Bienvenue sur prevention.ch

Prevention.ch est la nouvelle plateforme d’information et d’échange pour la prévention et la promotion de la santé. Elle met en lien prévention des maladies non transmissibles, addictions et santé psychique.

Cannabis

Le cannabis est l’une des plus anciennes plantes agricoles et médicinales. Le tétrahydro-cannabinol (THC) qu’il contient est la substance enivrante illégale la plus consommée depuis les années 70. La drogue psychoactive, marihuana (fleurs séchées) ou haschisch (résine de fleurs) est surtout fumée avec du tabac et, parfois, consommée sous forme d’aliment ou de boisson. La consommation et la possession de cannabis contenant plus de 1 % de THC sont interdites par la loi.
Près de 40 % des hommes et plus de 25 % des femmes ont goûté au cannabis au moins une fois. Par extrapolation, environ 222 000 personnes en avaient consommé en Suisse le mois précédant l’enquête. Près de 1 % de la population en consomme quotidiennement. Chez moins de 4 % d’entre eux, cette consommation est problématique (risque de dépendance et/ou d’évolution problématique). Ce petit groupe génère les plus grands coûts pour la société.
La consommation de cannabis comporte toujours un risque. Le fumer est nocif pour la santé physique. Le cannabis vendu sur le marché noir a une teneur en THC inconnue et peut être contaminé. Éléments déterminants : Qui consomme ? Combien ? Dans quelle situation ? Une consommation durable peut engendrer une dépendance psychique.
Les jeunes surtout consomment du cannabis. En plein développement physique et psychique, ils risquent d’autant plus des conséquences négatives. Le THC peut diminuer la concentration et la capacité d’apprentissage et, à long terme, affecter les performances scolaires et le développement de compétences sociales. Plus on consomme tôt, plus les risques sont grands. La prévention à l’école et l’intervention précoce chez les adolescents menacés sont donc nécessaires.
Le cannabis en tant que plante médicinale gagne en importance depuis quelques années. La loi sur les stupéfiants, révisée en 2008, permet de traiter des patients avec des médicaments à base de cannabis sur autorisation exceptionnelle de l’OFSP. En 2019, l’OFSP a en délivré près de 3000. Une nouvelle adaptation de la loi permettrait aux médecins de prescrire ces médicaments sans bureaucratie.
Les produits cannabiques avec une teneur en THC inférieure à 1 % sont légaux selon la législation sur les stupéfiants. Leur vente en tant que succédanés de tabac a considérablement augmenté. Le cannabidiol (CBD), substance non enivrante contenue dans le cannabis, gagne en popularité. Le CBD ne rendant pas dépendant, plusieurs applications thérapeutiques sont envisagées, p. ex. en substitution du cannabis enivrant pour réduire les risques ou comme médicament.
Cannabis

Inspirez-vous