Bienvenue sur prevention.ch

Prevention.ch est la nouvelle plateforme d’information et d’échange pour la prévention et la promotion de la santé. Elle met en lien prévention des maladies non transmissibles, addictions et santé psychique.

Alcool

L’alcool fait partie intégrante de notre culture, est facilement accessible et bon marché. La plupart des gens en boivent dans une quantité raisonnable. En Suisse, une personne sur cinq en consomme toutefois de manière abusive, c’est-à-dire régulièrement trop, trop souvent ou à un moment inadéquat (p. ex., pendant une grossesse). Environ 250 000 personnes sont dépendantes à l’alcool en Suisse. Près de 1600 personnes entre 15 et 74 ans meurent chaque année des suites de l’alcoolisme.
Même à faible dose, l’alcool peut provoquer ou favoriser l’apparition de nombreuses maladies. Une consommation abusive fait augmenter fortement le risque de cirrhose du foie, de cancer de la cavité buccale ou de cancer de l’intestin. Les personnes qui boivent souvent beaucoup risquent de devenir dépendantes ou de s’intoxiquer. Des chutes et des accidents de la circulation peuvent aussi résulter de l’abus d’alcool. Les conséquences sociales et économiques touchent tout le monde.
Les hommes ont une consommation d’alcool à risque plus marquée que les femmes. De nettes différences existent aussi entre les groupes d’âge : les plus jeunes consomment trop et ponctuellement plus que leurs aînés, qui boivent plus souvent au quotidien. Le niveau de formation et l’activité professionnelle jouent un rôle : les gens avec un bon niveau d’études ont plus souvent une consommation à risque, les personnes sans emploi boivent plus souvent au quotidien que celles qui travaillent.
L’abus d’alcool pèse aussi sur les tiers. La famille proche et les enfants souffrent particulièrement des conséquences négatives. Aux complications relationnelles s’ajoutent les soucis financiers et sanitaires. L’abus d’alcool débouche souvent sur la violence, domestique ou publique. Le dommage économique est considérable : en Suisse, les coûts s’élèvent à environ 2,8 milliards de francs chaque année.
L’alcool est particulièrement nocif pour les futurs bébés, les enfants, les adolescents et les personnes âgées. Le corps et le cerveau des enfants et des adolescents, encore en développement, y sont très sensibles. Les personnes âgées, dont l'organisme se déshydrate, doivent faire attention car l’effet de l’alcool augmente. En outre, le risque de maladies liées à l’alcool augmente avec l’âge et le combiner avec des médicaments peut provoquer des interactions dangereuses.
La prévention de l’alcoolisme est largement reconnue et efficace. Grâce à la limite des 0,5 pour mille, les accidents de la circulation ont diminué de 3 % par an depuis 2005. Les restrictions de vente (magasins, stations-service, vidéothèques) dans le canton de Genève ont réduit de 35 % les intoxications alcooliques chez les adolescents. Grâce aux achats-tests, moins d’alcool leur est vendu. La publicité sur Internet et dans les médias sociaux, peu réglementée, reste problématique.
Alcool

Inspirez-vous