Bienvenue sur prevention.ch

Prevention.ch est la nouvelle plateforme d’information et d’échange pour la prévention et la promotion de la santé. Elle met en lien prévention des maladies non transmissibles, addictions et santé psychique.

Affections respiratoires

Les affections respiratoires englobent toutes les maladies liées au système respiratoire et aux organes des voies respiratoires en particulier. Certaines sont aiguës, comme les infections des voies respiratoires, la plupart du temps déclenchées par des virus et plus rarement par des bactéries. D’autres sont chroniques : la bronchite, l’asthme ou la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Durables, elles requièrent un diagnostic médical et un traitement.
Un enfant sur dix et un adulte sur 14 souffrent d’asthme, souvent déclenché par une allergie (acariens, poils d’animaux ou pollen) ou par la fumée de cigarette et la pollution de l’air. Les personnes affectées ont les voies respiratoires enflammées et hypersensibles. En Suisse, 400 000 personnes souffrent de BPCO. Cette obstruction chronique des voies respiratoires est souvent déclenchée par la fumée et réduit la respiration. Le corps entier est affecté par un manque d’oxygène.
En général, les asthmatiques souffrent de phases de détresse respiratoire, de toux et d’une sensation d’oppression dans la poitrine. Ces symptômes sont souvent mais pas toujours provoqués par des déclencheurs externes : allergènes, infections des voies respiratoires ou effort physique. Toux, expectorations ou difficultés respiratoires constituent les premiers signes d’une BPCO. Cette maladie évoluant insidieusement, les symptômes sont souvent minimisés et elle reste longtemps inaperçue.
Les prédispositions génétiques constituent un facteur de risque important pour l’asthme. Si l’un des parents est concerné, le risque est multiplié par trois chez les nouveau-nés. Fumer accroît aussi le risque et est même le facteur principal de la BPCO. 90 % des personnes touchées fument ou ont fumé. L’inhalation à long terme de gaz d’échappement diesel, de fumée de cheminée et de particules fines organiques favorise la BPCO, ce qui explique que les agriculteurs sont plus souvent touchés.
L’asthme et la BPCO sont des maladies chroniques primaires. Cependant, l’asthme peut généralement être bien traité. Des phases d’amélioration spontanée peuvent également se produire. La vitesse d’évolution de la BPCO dépend fortement de la précocité du diagnostic et de l’arrêt du tabagisme. Un entraînement régulier permet d’accroître la performance physique, de réduire la détresse respiratoire et d’améliorer ainsi la qualité de vie.
Maladies pulmonaires

Inspirez-vous