Solitaire du Figaro - 29è édition - Août 1998
Résultats de Michèle Paret avec photos et commentaires

Un bouquet de fleurs remis par "Carrefour Prévention® Genève" aux 4 femmes de la Solitaire du Figaro!


(de g. à dr. Anne Monmousseau, Karine Fauconnier, Frédérick Brulé et notre Michèle Paret)


Michèle Paret Dominique Wavre


Jeudi 27 août 1998 - Concarneau - Michèle est arrivée
13è et 2è des bizuths
de cette 4è et dernière étape de la Solitaire du figaro 1998.
Elle prouve ainsi sa progression après sa 21è place à la troisième étape.
Cela nous promet des prochaines éditions, dès 1999,
où Michèle est prête à jouer les tous premiers rôles!


Résultats de Michèle Paret sur 47 engagés-es dont 16 bizuths (3 abandons)
Classement général au temps (Trophée Rolex): 35è
Classement des bizuths:
Classement général aux points (Europcar): 30è
Clasement Grand Prix Sebago: 17è

Michèle a merveilleusement progressé: deux premières étapes très difficiles,
puis une 21è place à la troisième et une 13è à la quatrième.
A 1999 et 2000 avec un objectif précis, que Michèle soit la première femme à gagner la Solitaire du Figaro, naturellement sur le voilier 61 de Carrefour Prévention® Genève!!!






L'arrivée à Concarneau, les interviews avec une journaliste du Télégramme et Isabelle Musy du journal Le Temps ...


Les deux efficaces et sympas assistantes, Monique et Jeanne, entourant Michèle, les drapeaux genevois et suisse flottant devant la "Ville close" de Concarneau, et le premier repas avec Michèle, Dominique et les autres, 1 heure après son arrivée!

... et un grang bravo à Michel Desjoyeaux le magnifique vainqueur!



Communiqué officiel
Concarneau, le 27 août 1998 à 17H00

Vainqueur de l’étape: Damian Foxall (Barlo Plastics)
Premier au classement en temps Trophée Rolex : Michel Desjoyeaux (TBS)
Premier au classement aux points Europcar : Michel Desjoyeaux (TBS)
Premier au classement de la première participation Skipper Le Télégramme : Thomas Coville (Zurich)
Premier du Grand Prix Sebago : Michel Desjoyeaux (TBS)
Vainqueur de la dotation Unika de la meilleure progression journalière : Frédérique Brulé (Adage Investment)

Une arrivée en apothéose

Cette dernière étape a su nouer un scénario des plus épiques, avec une fin bonne enfant et moralisatrice comme dans les films américains. Le vainqueur de l’étape, l’Irlandais Damian Foxall (Barlo Plastics) a le profil idéal. Vainqueur du classement de la première participation Skipper Le Télégramme l’année dernière, premier étranger à engranger une victoire d’étape depuis une éternité, Damian symbolise à lui tout seul un avenir serein pour La Solitaire du Figaro qui cherche surtout à s’internationaliser, la scène française étant depuis longtemps séduite par cette épreuve. Damian sera un des favoris logiques de la 30ème édition au même titre que Pascal Bidegorry (Concorde Plaisance), et bien sûr Gilles Chiorri (Servant Soft) qui s’est promis lui aussi de revenir. 4ème de l’étape, Yann Eliès (Generali Ambition) représente, avec Karine Fauconnier (Ville de Saint-Raphaël), Christophe Lebas (Station voile Cherbourg Hague), Ronan Guérin (Groupe Louis Sanders) et beaucoup d’autres, la force vive de la Classe des Figaro Bénéteau et donc du circuit Solitaire. On les retrouvera tous l’année prochaine et eux aussi entreront désormais dans la longue liste des prétendants à la victoire, ainsi que les malchanceux de cette édition : Marc Guessard (Nantes &Saint-Nazaire), Sébastien Audigane (Galanz, Four à micro ondes) ou Gildas Morvan (Cercle vert – Andouilles Triskel). La Solitaire du Figaro a toujours été fière de son classement réservé aux bizuths. Le cru 98 est une nouvelle fois excellent avec un Thomas Coville (Zurich) régulier, un Sébastien Josse (Espoir Crédit Agricole) au dessus de tout soupçon et une jeune fille nommée Anne Monmousseau (BRS) qui s’est permis, comme d’autres grands, de passer complètement au travers de cette dernière étape. Pour boucler ce scénario en beauté, la présence de Bruno Jourdren (Nintendo 64) sur les pontons a été saluée par tous. Lui aussi sera là l’année prochaine, avec une rage de vaincre intacte. Mais pour ne pas tourner à l’eau de rose, cette dernière étape a eu sa victime. Patrice Bougard (Unilog) a été heurté à 9h20 par un bateau de pêche. Mât brisé, Patrice a rejoint La Trinité-sur-Mer et non Concarneau. Comme les 47 inscrits au départ de cette 29ème édition, il sera bien là samedi soir pour assister à la fête finale.

Les échos des pontons

Damian Foxall (Barlo Plastics) avouait avoir vécu son pire et son meilleur Figaro. « La fatigue, après trois semaines de course, commençait à se faire sentir. J’ai réussi à dormir chaque nuit par petites tranches de 10 minutes. De toute façon, pour gagner, ce qui compte, c’est d’aller au bon endroit. Dormir par petites tranches ne fait perdre que quelques mètres alors qu’une mauvaise option coûte beaucoup plus cher ».

Michel Desjoyeaux (TBS) a eu, comme tous ses petits camarades situés à l’ouest, la peur noué au ventre. « Quand on part dans une option, on sait depuis longtemps qu’il faut aller jusqu’au bout pour savoir si elle est bonne ou mauvaise. Mais je suis passé par toutes les couleurs de l’arc en ciel . Mais après l’île d’Yeu, c’était du tout droit et uniquement de la vitesse pure. Là j’étais serein ».

« Une victoire d’étape, cela aurait été grandiose, mais avant tout je jouais le classement général, explique Gilles Chiorri (Servant Soft) à son arrivée. Comme je naviguais seul dans mon coin, je n’avais aucun stress. Et je trouve que c’est même un avantage car tu ne te laisses pas influencer par les autres. La prise de décision est plus facile et c’est d’ailleurs ça qui a faillit payer ».

Jean Le Cam (Guy Cotten Chattawak) aurait bien voulu jouer un coup sur cette étape. « Mais Michel m’a marqué à la culotte. Il ne m’a pas lâché une seconde, sauf sur la fin. Nous avons vécu encore une superbe étape et Michel est un super vainqueur ». Jean a réussi à sauver sa 3ème place de 13 minutes. « Depuis hier je savais que Gilles avait six milles d’avance. C était donc chaud et en passant ce matin à l’intérieur de Belle-Ile, je ne savais pas du tout où j’en étais. Je suis content de sauver ma place ».

Contrat rempli pour Eric Drouglazet (Carven Defenders) qui conserve de belle manière sa seconde place au général. « J’ai failli partir avec Gilles Chiorri mais je n’ai pas voulu lâcher Jean. Nous venons de passer trois jours ensemble ».

Sébastien Josse ( Espoir Crédit Agricole) se dit prêt, comme la très large majorité de ses camardes, à revenir l’année prochaine. « Trois victoires d’étape chez les bizuths, le bilan est largement positif. Mais la première étape me coûte la victoire finale ».

« Je me souviendrai d’une chose, c’est que cette année là, c’est Michel Desjoyeaux qui avait gagné rigole Thomas Coville (Zurich). Je crois qu’il y avait tout dans cette étape : le vent, la stratégie, la tactique, le stress. On ne peut guère souhaiter plus ».