Communiqué de presse n°3 du 10/08/99

La Solitaire du Figaro 99 de Michèle Paret : Abandon de Michèle sur cette 2ème étape.

Ce mardi 10 août à 12h50, le bateau Carrefour Prévention Genève entre dans le port de la Trinité sur mer tracté par la vedette de la capitainerie. De toute évidence, cette étape n'aura encore pas souri à Michèle. Elle qui s'était lancée avec une détermination de fer et un moral d'acier au départ de cette 2ème étape n'aura pas vu ses ambitions se concrétiser. "Depuis hier matin, le moteur a refusé de démarrer. " En bricoleuse avertie Michèle a tout essayé : " Je suis restée plus d'une heure la tête dans le moteur. Le problème vient du démarreur électrique. J'ai vérifié toutes les cosses électriques, cherché les faux contacts, testé les batteries mais ça n'a rien changé." Cette petite séance de mécanique forcée a fini d'épuiser Michèle après une première nuit de course très éprouvante : " Le speedo a enregistré des vents de prés de 50 nœuds. La mer était démontée. Il y avait des creux de 4 mètres. Le bateau était submergé à chaque déferlante. A plusieurs reprises, j'ai été projetée violemment dans le cockpit. Je ne pouvais même pas aller à l'avant pour changer de voile; la seule fois où j'ai dû y aller pour raccrocher le tangon je me suis retrouvée étalée à plat ventre!"

Cette panne de moteur privait Michèle de tout son électronique de bord : " Sans moteur impossible de recharger les batteries du bateau. Je n'avais plus de pilote automatique, plus de GPS, plus de VHF. Le matin le vent avait molli mais la mer restait encore très difficile. Dans un premier temps, l'envie de régater a été la plus forte. Je décidais de continuer la régate coûte que coûte. Puis quelques heures après, la fatigue aidant, mon sens marin a repris le dessus. Continuer cela voulait dire naviguer de nuit sans feu de signalisation alors que j'avais déjà failli me faire éperonner par un cargo quelques jours auparavant. Cela voulait dire aussi rester collée à la barre 4 jours de suite, sans pouvoir dormir ni même aller chercher à manger dans le bateau! La météo annonçait des vents portants soutenus qui ne m'auraient pas permis de stabiliser la barre avec des bouts. "

Le mécanicien contacté par l'équipe de Michèle dés l'annonce de son avarie par le comité de course, est à bord du bateau moins d'une 1/2 heure après son arrivée. Il confirme très vite le diagnostic de Michèle. Heureusement un démarreur de rechange est disponible. La réparation ne prendra pas plus d'une heure. Au bruit du moteur qui démarre, le visage de Michèle s'illumine : "J'aurais tellement aimé l'entendre plus tôt. J'en ai rêvé!"

Malgré l'intervention rapide du mécanicien, le temps écoulé depuis le 1/2 tour de Michèle avoisine les 20 heures, 20 heures pendant lesquelles le reste de la flotte, bénéficiant de vents soutenus et favorables, a continué de faire route à vive allure vers l'Espagne. "Il faut se faire une raison. Cette étape est définitivement hors de ma portée." Afin d'éviter une trop grande fatigue à Michèle qui lui serait préjudiciable pour cette 3ème et ultime étape, Monique son assistante embarquera sur le bateau pour l'allée en Espagne. C'est donc avec deux skippers que le bateau Carrefour Prévention Genève a quitté le quai à 19h00.

Contact : Magali + 33 (0) 6 80 33 58 76 E mail magalipar@aol.com


retour_zap.gif (5643 octets) home.gif (2082 octets)