Fraud, Distorsion, Delusion, and Consensus: The Problem of Human and Natural Deception in Epidemiologic Science
Alvan R. Feinstein
 The American Journal of Medicine
Volume 84 pp 475-478 (March 1988)

(Document PM 2501187831/7834)

 

 

L'article traite de différents types de fraude scientifique, en les plaçant dans le contexte de la recherche en épidémiologie. Il considère trois formes particulières de la tromperie scientifique (deception) : la dénaturation des faits (distorsion), l'interprétation fallacieuse des faits (delusion), et finalement ce qu'il appelle le "syndrome du consensus". Nous traduisons ci-dessous quelques extraits de cet article, suivis de notre commentaire.

 

Pendant les deux dernières décennies, la recherche de la vérité scientifique dans le monde de la médecine a été confrontée à des problèmes proéminents lorsqu'il a été découvert que des preuves avaient été fabriquées ou lorsque des faits étayés ont provoqués des controverses majeures quant à la validité de leur interprétation. Si la recherche de la vérité est un objectif à la fois professionnel et moral dans la pratique de la recherche scientifique, toute tricherie qui dissimule la vérité est particulièrement répugnante.

 

Une interprétation fallacieuse des faits (delusion) provient habituellement d'un zèle excessif dans les attentes, les croyances ou le comportement de l'investigateur. […] Une interprétation fallacieuse se produit régulièrement quand des faits qui peuvent être exacts et non biaisés sont interprétés avec le préjudice de croyances préconçues.

 

Les faiblesses humaines à l'origine de la déformation de la vérité ou de l'interprétation fallacieuse sont difficiles à éviter. Elles proviennent de trois réactions humaines naturelles : le désir de croire ce que nous voulons croire ; notre réticence à accepter ce qui est contraire à nos croyances ; notre aversion pour tout ce qui suggère que nous avons eu tort ou avons fait du tort.

 

En l'absence de standards scientifiques rigoureux, beaucoup de déformations de la vérité ou d'interprétations fallacieuses des faits (y compris les controverses qui leur sont associées) se produiront inévitablement dans tous les types de recherche. Avec le progrès scientifique courant, cependant, la survenance de résultats contradictoires doit permettre d'identifier les problèmes ; et des solutions peuvent être développées lorsque des méthodes nouvelles ou améliorées sont proposées pour remédier aux défauts des anciennes. […] Cependant, ce type de progrès peut être entravé par un nouveau concept dans la science médicale moderne - le "syndrome du consensus". Dans la forme la plus modérée de ce syndrome, les arguments ne sont pas résolus par le processus scientifique qui consiste à identifier et à remédier aux défauts méthodologiques, mais en recourrant à une forme de processus politique : le vote majoritaire d'un panel d'autorités bien choisies. […] Le consensus devient un dogme indéracinable, dans lequel les critiques divergentes sont considérées comme des activités hérétiques. Le rejet de leurs demandes de subventions suffisant à réduire les hérétiques au silence, la perpétuation du consensus peut ainsi être vigoureusement encouragée et parfois même imposée activement. […] Le "syndrome du consensus" est devenu aujourd'hui plus manifeste. Au cours des années récentes, des sujets de recherche ayant suscité l'incertitude ou la controverse ont été traités dans une série de conférences à caractère consensuel aux Etats-Unis (et plus récemment au Royaume Unis). Les conférences arrivent à produire le "consensus" par l'accord ou le vote majoritaire de panels choisis d'experts réunis pour la cause. Aucune tentative n'est faite de prendre connaissance, d'identifier, ou de remédier aux défectuosités scientifiques donnant lieu à l'incertitude ou à la controverse. […] Le "syndrome du consensus" est particulièrement dommageable pour le progrès scientifique en épidémiologie, parce que les investigateurs peuvent rarement effectuer des essais expérimentaux et doivent se baser sur des études observationnelles.

 

Commentaire :

 

Partant du principe que toute tricherie qui dissimule la vérité est particulièrement répugnante,  l'auteur décrit la notion de "syndrome du consensus" qui correspond parfaitement le mécanisme de fonctionnement des symposiums Rylander :

·        croyance préconçue (dans le cas qui nous intéresse, motivée par les intérêts de l'industrie du tabac) ;

·        panel d'experts triés sur le volet et choisis pour la cause ;

·        résultats basés non sur un processus scientifique mais sur un processus politique reflétant l'opinion de la majorité des participants ;

·        suppression des avis divergents à l'intérieur du groupe choisi d'experts par élimination des dissidents ;

·        exploitation des faiblesses de l'état de la connaissance sur le sujet donné et de la controverse qui peut s'ensuivre ;

·        absence d'analyse en profondeur des défectuosités des méthodes  ayant abouti aux résultats étudiés et absence de désir d'améliorer ces méthodes et de pallier à leurs défauts.

 

Lors des symposiums Rylander, les participations étaient sur invitation seulement, tous frais d'hébergement et de transport étant pris en charge par le sponsor financier. La liste des participants était étroitement contrôlée par les avocats de l'industrie du tabac. Dans le premier symposium (1974), les  participants dans leur majorité soit appartenaient à l'industrie du tabac, soit étaient des chercheurs dont celle-ci finançait les travaux. Dans le deuxième symposium (1983), les participants étaient dans leur grande majorité des consultants de l'industrie du tabac ou des chercheurs liés financièrement à elle. Les personnalités scientifiques les plus représentatives de l’état de la connaissance de l’époque (Hirayama, Garfinkel, Trichopoulos, White) n’ont délibérément pas été invitées.  Le cadre des discussions et les conclusions du symposium étaient largement préétablis sous la forme d'un article synoptique sur le sujet rédigé par Rylander et passé en revue par les avocats de l'industrie avant le symposium. Cet article à peine remanié servait de résumé des résultats du symposium dans le compte-rendu final publié après le symposium, dont la rédaction a été réalisée sous l’étroite supervision des avocats.

 

L'auteur conclut en observant que le "syndrome du consensus" est particulièrement dommageable pour le progrès scientifique en épidémiologie. Les conséquences d’un tel dommage sont particulièrement sérieuses lorsque le progrès scientifique ainsi entravé aurait permis de sauver des vies humaines et d’éviter de graves maladies.

 

Pad/2002-04-15