Communiqué de Presse

 

Réaction du CIPRET-Genève et d’OxyGenève au jugement du Tribunal de police du 24 mai 2002

 

Après avoir pris connaissance des considérants du jugement rendu ce matin, nous constatons que le Tribunal a retenu l'exactitude du grief que nous avions formulé à l'égard du Dr RYLANDER, en tant que nous avons affirmé qu'il était secrètement employé par PHILIP MORRIS.

 

Par ailleurs, le Tribunal a constaté que les pièces produites par la défense démontraient :

 

- que l'indépendance du Dr RYLANDER "a pu être entravée par les agents de son bailleur de fond";

 

- que le Dr RYLANDER souhaitait "maintenir une apparence de chercheur indépendant, ce qui sous-entend qu'il ne l'est pas";

 

- que les résultats de recherches "effectuées par lui ont été retouchés";

 

- que "les bases établies avant l'initiation d'une recherche ont été modifiées, de sorte que les résultats puissent être conformes aux attentes des pourvoyeurs de fond";

 

- des indices troublants de conflits d'intérêts potentiels entre les observations scientifiques effectuées par le Dr RYLANDER et le financement non annoncé de ses recherches par l'industrie du tabac;

 

- le bien-fondé et l'exactitude des propos que nous avons tenus à l'égard du Dr RYLANDER.

 

Nous ne pouvons donc qu'exprimer notre perplexité en constatant qu'en dépit de ce qui précède, le Tribunal a estimé devoir conclure qu'une fraude scientifique n'avait pas été prouvée.

 

Nous accueillons par ailleurs avec consternation le grief selon lequel nous aurions agi "dans la précipitation" et pour une "recherche de publicité". Nous avons été accusés de nous sentir "investis d'une mission" de prévention du tabagisme, qui créerait chez nous une "volonté aveuglante". Nous rappelons à cet égard que notre seule intention, ainsi que l'objectif des associations qui nous soutiennent, est de promouvoir la cause de la santé publique en attirant l'attention de nos concitoyens sur les dangers du tabac et sur les pratiques de son industrie. Ce plan d'action se situe parfaitement dans l'intérêt public tel que le comprennent l'Organisation mondiale de la santé, l'Office fédéral de la santé publique et la Direction générale de la santé du canton de Genève, parmi d'autres autorités.

 

La déclaration d'appel de ce jugement sera déposée lundi et nous attendons avec confiance la décision de la Cour de justice de Genève.

 

Genève, le 24 mai 2002

 

                                           

Pascal Diethelm                                   Dr Jean-Charles Rielle

 

Président OxyGenève                                           Médecin responsable CIPRET-Genève

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

CONTACTS :      Dr Jean-Charles Rielle     Natel   079 436 80 20           Fax   022 329 11 27

 

                                                                              E-mail   jcrielle@iprolink.ch              Internet   www.prevention.ch

 

                                                                              Adresse CIPRET-Genève / Rue Henri-Christiné 5

                                                                                              Case postale 567 / CH-1211 Genève 4

 

                               Pascal A. Diethelm            Natel   079 507 98 02           E-mail   president@oxygeneve.ch