Rapport d’activité 2001

Perspectives 2002

 

 

1   

9

9

1

2

0

0

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Association pour la prévention du tabagisme (APRET)

 

Centre d’information pour la prévention du tabagisme (CIPRET-Genève)

 

 

Comité

 

Président fondateur     Dr V Anthony DOTTRENS

 

Président d’honneur    Dr Hubert S. VARONIER

 

Membre d’honneur     Dr Manoutchehre BAHY

 

Président                      Dr Yves BEYELER

Vice-Présidente           Mme Elisabeth DEBENAY

Trésorier                      M. Philippe BATTIAZ

Secrétaire                    M. Jean-Luc FORNI

                                      M. Adrian GRIFFITHS

                                      Mme Annie MINO Directrice générale de la Santé Publique (DASS)

 

 

Membres

 

- LIGUE PULMONAIRE GENEVOISE

- HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE GENÈVE (HUG)

- INSTITUT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE (IMSP)

  Faculté de Médecine, Professeur André ROUGEMONT

- ASSOCIATION DES CLINIQUES PRIVÉES DE Genève

- LIGUE VIE ET SANTE - GENEVE

- ONEX-SANTE Centre de prévention et de promotion de la santé

- Antenne des Diététiciens Genevois (ADiGe)

- M. Michel COHEN, Directeur du Centre  NICOSAN

- M. Jean-Michel LEFEBVRE, Directeur du Centre antitabac de Genève

- ASSOCIATION DES PHARMACIES DU CANTON DE GENÈVE

- SOCIETE DE PHARMACIE DU CANTON DE GENEVE

- FEDERATION GENEVOISE DES CAISSES MALADIE

- ASSOCIATION DES MEDECINS DENTISTES DE GENEVE

- MIGROS-GENEVE

- Mme Laurence BUCHETTI

- Mme Dr Lucilla SOULIER PARMEGGIANI

- M. Dr Jean-Charles RIELLE

- M. Raymond RIGONI

- Mme Françoise LEFRERE

- Mme Bénédicte ANQUETIN

- M. Ariel HAEMMERLE

- OxyGenève

 

Représentants-es

 

Service de santé de la jeunesse SSJ (Département de l'instruction publique), Service de santé du personnel de l'Etat SPE (Département des finances), Services Industriels de Genève SIG, Vernier-sur-Rock

 

Avec la collaboration de la Ligue Genevoise contre le Cancer

 

 

Ce Rapport d’activité 2001 – Perspectives 2002 est dédié

 

      aux 10'000 personnes qui décèdent, chaque année en Suisse, du tabagisme actif et passif,

 

ainsi qu’à tous celles et ceux qui pensent encore que la prévention du tabagisme est le combat de quelques illuminés, sectaires, aveuglés, et ne travaillant que pour leur propre publicité.

 

« Certes, les documents recueillis, source interne à Philip Morris, laissaient apparaître des liens entre un professeur à la faculté de médecine de l’Université de Genève et l’entreprise considérée, liens occultés. Certes, semblait possible le fait que ces liens auraient pu avoir une influence sur certains des travaux conduits par le professeur en question. Toutes ces constatations auraient pu être rendues publiques sans autre. Toutefois, mus par une volonté aveuglante de prévention du tabagisme et se sentant investis d’une mission en ce sens, ils ont en l’espèce agi dans la précipitation dans ce qui apparaît plus comme une recherche de publicité pour soi-même que comme une réelle volonté de mettre fin pour le futur à certaines pratiques contestables, but auquel ils seraient parvenus par leurs fonctions respectives sans l’aide des propos tenus à l’égard de la partie civile.

 

Par conséquent leur faute est d’une certaine gravité, ayant agi sans considération pour autrui. »

 

Extraitsts du Jugement du 24 mai 2002 dans le procès en diffamation intenté par le Professeur Ragnar Rylander au

Dr Jean-Charles Rielle, médecin responsable du CIPRET-Genève et à Pascal Diethelm, Président d’OxyGenève :

 

 

"Mieux vaut être condamné pour diffamation qu'être complice d'une imposture

en restant silencieux. Tous mes encouragements dans cette juste lutte."

 

Un homme politique genevois

 

 

 

 

SOMMAIRE

 

 

I.                   Message du Président                                                                                   9

II.                Objectifs - Historique                                                                                  11

III.             Remerciements                                                                                            12

IV.              Information, sensibilisation et programmes éducatifs                               14

V.                 Campagne Fumée passive et Service compris                                           15

VI.              Journée mondiale sans tabac 31 mai 2001                                                 15

VII.           Parrainages sportifs et culturels                                                                 19

VIII.        Partenariats et Commissions officielles                                                     22

IX.              Application de la législation – protection des mineurs                               23

X.                 Activités de formation                                                                                 23

XI.              Relations publiques                                                                                     23

XII.           Procès Rylander                                                                                          24

XIII.        Carrefour Prévention                                                                                   27

XIV.        Village Prévention et Environnement 2001 – Foire de Genève                28

XV.           Perspectives 2002                                                                                        28

XVI.        Conclusions                                                                                                  32

 

 

      Annexes

 

-         Comptes de profits et pertes 2001                                                                        34

 

-         Bilan 2001                                                                                                               36

 

-         Dossier Sport sans tabac                                                                                       37

 

-         Quelques Lettres ouvertes et Textes publiés ‘01-‘02                                          42

 

          Lettre ouverte au Président du Conseil national Peter Hess                           42

 

          2è Lettre ouverte à Monsieur. Peter Hess                                                       43

 

          Cannabisme : et si l’on nuançait notre enthousiasme !                                    44

 

          Tabagisme, cannabisme et cynisme : les limites de la prévention                   45

 

          Communiqué de presse et lettre ouverte                                                          49

          (faire-part) aux Parlementaires fédéraux et au Conseil fédéral

 

          Journée mondiale sans tabac « Le sport sans tabac »                                     52

 

          Vers un rationnemnent caché des soins?                                                                 54

          Compte rendu du Colloque de la Société suisse pour la politique de la santé (SSPS)

          Université de Genève-Jeudi 12 octobre 2000, Médecine&Hygiène 2333,

          7 février 2001, 340-341, J.-Ch. Rielle et S. Jacquemet

 

          SPECTRA - Juillet 2001 - N°27 – Forum politique prévention tabagisme               56

          Office fédéral de la santé publique - Berne

 

      Dossier procès affaire Ragnar Rylander (Extraits)                                            58

 

 

 

 

 

 

 

 

 


I.                   Message du Président

 

 

 

Combats

 

 

La proportion des jeunes qui fument augmente. D’aucuns crient aussitôt à l’échec de la prévention.

 

Il n’y a pas de commune mesure entre les fortunes investies pour la promotion, directe ou indirecte, des cigarettes et les ressources publiques allouées pour contrer ces messages aux conséquences dévastatrices sur la santé. De plus, les décisions prouvées efficaces pour diminuer le tabagisme, telle l’interdiction de la publicité ou l’augmentation du prix du paquet, ne sont pas prises.

 

Alors, échec de la prévention ou insuffisance de courage politique ? Poser cette question c’est déjà y répondre.

 

Nous savons  désormais que, pour expliquer cette apparente carence de volonté, on ne peut plus évoquer la simple lenteur des processus de décision, mais qu’il faut considérer aussi un lobby très actif à Berne qui pousse certains parlementaires influents à freiner les initiatives contraires aux intérêts de l’industrie du tabac et à encourager des mesures alibi.

 

Voilà le contexte dans lequel travaillent les personnes et associations qui, bénévolement ou par métier, luttent pour faire régresser ce qui n’est plus une endémie mais une véritable épidémie.

 

Avec une dynamique inhabituelle dans notre pays, poussés par une volonté politique cantonale de prévention, soutenus par l’allocation d’un budget digne de ce nom, applaudis au siège de l’OMS et outre frontières, encouragés par l’émergence d’associations sœurs dans d’autres cantons, les responsables du CIPRET-Genève et d’OxyGenève, association membre de l’APRET, ont pris le parti d’un certain activisme. Il s’agissait d’une part de répondre à l’agressivité des cigarettiers et d’autre part d’attirer l’attention du public et des média.

 

Il y avait déjà pour le CIPRET l’énorme travail d’organisation qu’exige l’information du public, le conseil aux entreprises, le maintien d’une présence dans le domaine du sport et de la culture ou la fédération des efforts de promotion de la santé. Ne citons que l’exemple du site internet www.prevention.ch ou celui du Village Prévention et Environnement de la Foire de Genève pour évoquer la masse de travail fournie. Chacun sait dans notre Cité, la quantité, la qualité et l’originalité de ce travail.

 

Jean Charles Rielle, médecin directeur du CIPRET-Genève et Pascal Diethelm, Président d’OxyGenève ont pourtant pris l’option supplémentaire de dénoncer les relations troubles entre l’industrie cigarettière, certains cercles de recherche scientifique et un Professeur à l’Université de Genève, qui manoeuvrait entre ces deux mondes, très discret sur sa double allégeance et pas trop soucieux de graves conflits d’intérêt potentiels ni d’indépendance intellectuelle. Ils ont rapporté ces agissements sans s’embarrasser d’euphémismes. C’est le style qu’on leur connaît, qu’on attend d’eux et qui contribue à leur efficacité. La personne visée ayant jugé qu’elle avait encore un honneur à défendre, notre médecin directeur et notre militant se sont retrouvés devant un tribunal et condamnés, en première instance, pour diffamation.

 

Avec le comité de l’APRET, votre Président s’étonne à la lecture des considérants du jugement. Ces derniers lui apparaissent excessivement sévères pour quelques unes des paroles de nos deux amis, finalement condamnés, mais tout à fait accablants pour le plaignant auquel, ne craignant pas le paradoxe, le Tribunal donne raison. Le comité de l’APRET soutient le recours fait contre ce jugement. Avec toutes ses forces de travail et de réflexion et dans la limite de ses moyens financiers, qui sont pour l’essentiel liés à un contrat annuel de prestation avec l’Etat, il se solidarise d’un combat nécessaire à la cause de la santé contre celle des intérêts économiques mortifères de l’industrie du tabac.

 

 

                                                        Dr Yves Beyeler

 

                                                        Président de l’APRET

                                                        Association pour la prévention du tabagisme

 

 

 

II.                Objectifs – Historique – Activités

 

 

Les buts

- Coordonner les actions antitabagiques sur le territoire genevois.

- Informer l'ensemble de la population genevoise.

- Faire le lien avec les autres organismes luttant contre le tabagisme, au niveau cantonal,

  intercantonal, fédéral, national et international.

 

 

Bref historique

 

L'Association pour la PREvention du Tabagisme (APRET) est née au printemps 1990 après dix ans de travail d'un groupe de femmes et d'hommes concernés par les méfaits du tabagisme. La volonté politique de notre Canton a permis la création de cette association d'utilité publique, subventionnée par la Direction générale de la santé du Département de l'action sociale et de la santé de la République et canton de Genève. Elle s'est dotée d'un Centre d'Information, le CIPRET-Genève, sous la responsabilité d'un médecin. Ce Centre a pour principale mission de coordonner les actions antitabagiques sur le sol genevois. Il a été inauguré le 12 septembre 1991.

 

 

Activités

 

• Campagnes ciblées : jeunes, femmes, consommateurs-trices, tout public

 

• Parrainage de manifestations sportives et culturelles

 

• Interventions auprès des pouvoirs publics et des médias sur des questions concernant le tabagisme

  et sa prévention

 

 

La plupart de ces activités sont menées en partenariat avec des professionnels-elles de la santé, du social, de l’éducation et de la formation sur le plan cantonal, intercantonal, national et international

 

 

Médailles et Certificats Tabac ou santé

de l’Organisation Mondiale sans Tabac (OMS)

 

31 mai 1994 - Dr Jean-Charles Rielle, médecin responsable du CIPRET-Genève

 

31 mai 1996 - Président du Conseil d’Etat genevois Guy-Olivier Segond, chargé du

Département de l’action sociale et de la santé

 

 

Le CIPRET-Genève est jumelé avec Besançon Non Fumeur et Paris Sans Tabac

 

 

 

III.             Remerciements

 

 

En préambule à ce rapport, nous souhaitons exprimer notre gratitude à celles et ceux qui soutiennent notre travail au quotidien.

 

 

En premier lieu, nos remerciements vont au Département de l’action sociale et de la santé (DASS), particulièrement à son ex-président, l’ancien conseiller d’Etat M. Guy-Olivier SEGOND, et au nouveau chef du Département, M. Pierre-François UNGER, ainsi qu’à la directrice générale de la santé, Mme Dr Annie MINO et ses deux Directeurs-adjoints, le Dr Claude-François ROBERT et M. Jean SIMOS, pour le soutien moral, politique, professionnel et financier qu’ils nous accordent.

 

 

Un merci tout particulier à :

 

- Mme Gro Harlem BRUNDTLAND, Directrice générale de l’OMS et à ses coll., le Dr Derek YACH, Mme Chitra SUBRAMAMIAM, et les collaborateurs-trices de TFI,

- Responsables des CIPRET romand et leurs équivalents tessinois et alémaniques

- Membres de la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme, présidée par M. Pietro Martinelli et

   son vice-Président, le Prof. Theodor Abelin

-    M. le Prof. Thomas ZELTNER, Directeur de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), et ses coll,

-    M. Dr H. WICK, Pdt de l'Association Tabagisme (AT), Berne, et Mme Verena EL FEHRI, Dir.,

-    GREAT (Groupement Romand d’Etudes sur l’Alcoolisme et les Toxicomanies) et son secrétaire général, M. Gérald PROGIN,

-    l’ISPA, en particulier MM. Richard MULLER, directeur et Michel GRAF, directeur-adjoint,

-    Besançon non fumeur et Paris sans tabac

-    Société et Fédération internationale de Cardiologie

-    Union internationale contre le Cancer et Ruben ISRAEL, Directeur du Réseau mondial Globalink

-    les membres des différents cantons suisses et des Ligues suisses: L. suisse contre le Cancer, L. suisse contre

     la tuberculose et les maladies pulmonaires, L. Vie et Santé. et l' Ass. “ Pro Aere ”,

-    Fondation Santé Suisse et ses coll.

-    aux membres du Comité d’OxyGenève et son Président M. Pascal Diethelm

-    aux membres des comités de l’APRET-CIPRET-Genève, de la FEGPA de l’ADiGe, de la Fourchette Verte, du CIMS et de l’association Rien Ne Va Plus, de l’Opération Nez rouge et de la Croix-Bleue genevoise

 

aux animateurs et animatrices de CARREFOUR PREVENTION, à savoir :

-    Mme Laurence Fehlmann Rielle, secrétaire générale de la FEGPA

-    M. René ALLEMANN, collaborateur de la FEGPA et Président de l’Opération Nez rouge-Genève,

-    Mme Nadine MAISONNEUVE, Présidente de l’ADiGe,

-    Mmes Tania LEHMANN, secrétaire exécutive de la Fourchette Verte,

     Mmes Christiane DUMUR, chargée de promotion et Céline LIVER, diététicienne,

-    M. Francis De RIBA, directeur du CIMS,

-    Mme Catherine BOUVIER, responsable de Rien Ne Va Plus,

-    M. Alain CHARPILLOZ, conseiller social de la Croix-Bleue genevoise,

-    Mme Chantal BORLOZ, secrétaire-comptable de la FEGPA,

-    M. Gonzague BERTHET, consultant pour le site internet.

 

Ainsi qu’à Mme Katia DUTILLEUL, responsable du Secrétariat du CIPRET-Genève, et coordinatrice des sponsorings sportifs et culturels, Mme Catherine ANDRE, animatrice de nos stands d’information,

et M. Daniel BINGGELI, notre agent de communication.

 

 

Nos remerciements vont également aux nombreux partenaires avec lesquels nous collaborons tout au long de l’année. Citons en particulier :

 

-    le Service de santé de la jeunesse (SSJ), dirigé par le Dr Paul BOUVIER,

-    l’équipe "Education pour la santé" du SSJ, dirigée par le Dr Philippe GRANGET,

-    le Service de santé du personnel de l’Etat, dirigé par M. Gilbert KÜNZI

-    M. Pierre HEYER, Directeur général, et Mme Claire RIHS, Dir. adjointe, Office de la jeunesse, DIP

-    M. Michel MARTI, Directeur du Service des loisirs de la jeunesse, OJ, DIP

-    le "Groupe Liaison Prévention Jeunesse", présidé par Mme Claire RIHS, (Office jeunesse),

-    le Centre Documentation, OJ, DIP, dirigé pat Mme Chantal BARBLAN

-    le CIPS (Centre d’Info. des Professions de la Santé) dirigé par Mme Corinne DIVORNE,

-    l’association Vernier-sur-Rock dirigée par M. Xavier MATAS (jusqu’à fin 2001)

-    le Centre Onex-Santé dirigé par Mme Sophie DEMAUREX,

-    le CIFERN dirigé par Mme Dorette FERT,

-    la section genevoise de la FRC présidée par Mme Pascale ERBEIA,

-    Dr Jean-François ETTER et Mme Evelyne Laszlo (IMSP)

-    Dr Jean-Claude SCHIRA, Médecin Dir. du Service de santé du personnel - Hôpitaux Universitaires Genevois

-    et Dr Jean-Paul HUMAIR, Chef de Clinique, Policlinique de Médecine et Coll.

-    Université et son Antenne Santé

-    Groupe de coordination du diplôme de Santé publique de la Faculté de Médecine de Genève

-    Prof. André ROUGEMONT, Dir. de l’Institut de Médecine sociale et préventive, Genève et ses Coll.

-    les Responsables d'associations

-    les Responsables des Communes genevoises et des Entreprises privées genevoises

-    les Journalistes et collaborateurs-trices de la Presse écrite, parlée et télévisée

-    la population genevoise.

 

 

Gestion du personnel RMCAS

 

Nous collaborons toujours étroitement avec le service du RMCAS qui nous propose un certain nombre de bénéficiaires qui font une contreprestation chez nous. Ainsi ces personnes sont très précieuses pour mener à bien de nombreuses activités. Ces dernières sont de tout ordre, des livraisons au rangement du matériel, de la mise à jour de la documentation à l'inventaire de tout notre matériel, ainsi que de l'organisation de la vidéothèque. Ce sont non seulement des collaborateurs-trices à part entière, mais ils sont aussi, chacun selon leur disponibilité, un maillon essentiel au dynamisme de Carrefour Prévention.

 

 

 

IV.              Information, sensibilisation et programmes éducatifs

 

1. Actions auprès des jeunes en milieu scolaire et extra-scolaire

 

Rappelons que les actions menées en milieu scolaire sont toujours organisées sur la base d’un partenariat avec le Service de santé de la jeunesse (SSJ) qui est chargé de la prévention et de la promotion de la santé à l’école.

 

De nombreuses actions de prévention sont mises en place dans différents établissements scolaires en fonction des programmes et des disponibilités des personnes répondantes (direction, éducateurs et éducatrices pour la santé du SSJ, conseillers sociaux, infirmières de santé publique du SSJ). Dans un certain nombre d’entre eux, des groupes santé sont en place et c’est à travers eux que s’organisent les actions. En outre, les centres de loisirs et maisons de quartier sont de plus en plus souvent associés à ce type d’activités.

 

En 2001, le CIPRET-Genève a participé aux événements suivants :

 

-    Une action de sensibilisation s’est déroulée les 26 et 27 avril au collège du Renard à l’attention des 8ème sur le thème « santé-bien-être » à laquelle le CIPRET-Genève et la FEGPA ont été associés.

 

-    Le Rallye des Colombières se poursuit avec succès depuis plusieurs années pour des élèves de 8ème année de ce collège. Dans le cadre d’un « atelier santé » de deux jours organisé par le service de santé de la jeunesse, les élèves prennent un après-midi pour visiter quelques institutions impliquées dans la prévention et susceptibles de leur être utiles. Le CIPRET-Genève et la FEGPA sont parties prenantes de ce rallye qui se déroule les lundis d’octobre à février.

 

-    Le CIPRET-Genève et la FEGPA qui soutiennent depuis plusieurs années le « Hip Hop Communes Ikation » ont été sollicités pour organiser une animation dans le cadre des ateliers prévus lors de cette manifestation qui mobilise plusieurs centaines d’adolescents (communes de Carouge, Plan-les-Ouates, Lancy, Bardonnex). C’est ainsi que le Cdi-tabac a été utilisé pour entrer en discussion sur la consommation de tabac et des cocktails sans alcool ont été confectionnés sur place avec l’aide de jeunes (24 novembre).

 

-    Des élèves viennent régulièrement, dans le cadre de certains cours ou d’activités particulières comme la formation par les pairs, pour consulter les documents et multimédias disponibles à Carrefour Prévention ou demander des conseils pour leurs travaux. Des séances sont aussi organisées pour des groupes d’apprentis de l’Etat ou parfois à la demande d’écoles privées.

 

-    Des stands d’information sont mis sur pied lors de soirées pour jeunes, soit à la demande des organisateurs, soit dans le cadre d’un partenariat. C’est le cas par exemple avec l’Undertown où l’on assure une présence avec une animation lors de certaines soirées.

 

2. Présence dans diverses foires et manifestations

 

Le CIPRET-Genève a participé aux manifestations suivantes :

 

aFESPO (Salon des sports, loisirs et du tourisme, 2 - 4 février)

aSalon du livre dans le cadre du Village Alternatif (27 avril – 1er mai)

bFête de l’Espoir au Bout du Monde (26 mai)

aAGIR 21 (Développement durable, 8 – 10 juin)

a40ème anniversaire d’Aigues–Vertes (9 juin)

aFête de la Maison de Quartier de Champel (9 juin)

aSemaine du soir (Club nautique de Versoix, 25 – 29 juin)

aChampionnat suisse d’athlétisme (Stade de Champel, 30 juin et 1er juillet)

aCourse des garçons de cafés (Fêtes de Genève, 11 août)

aVogue de Carouge (31 août - 2 septembre)

aJournée sans voiture (2 septembre)

a125ème anniversaire de la Policlinique de médecine (28 - 29 septembre)

bExpo autos-motos (Place Sardaigne, 6 - 7 octobre)

bFestival Vernier-sur-Rock (8 - 10 novembre)

bFoire de Genève – Village Prévention et Environnement 2001 (8 -18 novembre)

aCourse de l’Escalade (1er décembre)

 

 

 

V.                 Campagne Fumée passive et Service compris

 

Après le succès des « entreprises sans fumée mais pas sans fumeurs », le CIPRET-Genève avec OxyGenève et le soutien de la Société des Cafetiers, Restaurateurs et Hôteliers de Genève a lancé la campagne « Fumée passive Service compris ».

 

 

 

Après une première étape en 2000-2001 avec une vaste campagne d’affichage, de sets de tables, de sachets de sucres, un concours, etc., la campagne se poursuit en 2002 avec une campagne à l’automne de promotion des établissements qui offrent des espaces libres de fumée pour leur clientèle avec campagne d’affichage et site internet de référence.

 

 

 

VI.              Journée mondiale sans tabac 31 mai 2001

 

Genève s’est mobilisé aux côtés de l’Organisation Mondiale de la Santé pour :

 

Promouvoir le slogan officiel de l’OMS « La fumée des autres tue. Disons-le clairement. »

 

Promouvoir les avertissements officiels de l’OMS

 

« Ne nous laissons pas abuser par les industriels du tabac ».

 

A cet effet, les cigarettiers ont trop longtemps nié les évidences des conséquences du tabagisme passif, allant jusqu’à rétribuer des scientifiques chargés d’organiser de véritables fraudes scientifiques (cigarettiers et leurs avocats écrivant des conclusions de workshop pour un Professeur de santé publique, puis s’autocitant selon les conclusions de ce Professeur, notamment dans une lettre à un journal). Il faut ici aussi mentionner les contrats passés entre les cigarettiers et une Professeure de la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation définissant le ciblage d’enfants dès l’âge de 6 ans et renseignant ainsi de manière fort utile les cigarettiers sur leur stratégie marketing.

 

« Donnons un large écho à la Journée mondiale sans tabac, mobilisons-nous et organisons-nous dès maintenant. La Journée mondiale sans tabac est aussi votre action, votre projet. Aidez à faire de la santé publique une réalité. »

 

Promouvoir les slogans genevois

 

Les enfants sont particulièrement sensibles au tabagisme passif. C’est donc tout naturellement que notre action s’est dirigée vers les jeunes. En effet, quand ces jeunes sont respectés, ce sont en général aussi les adultes qui le sont. 3 affiches sont nées de la collaboration entre le CIPRET-Genève, l’Institut de Médecine sociale et préventive (qui a testé les affiches sur internet et qui est responsable de leur évaluation), OxyGenève, le Service de santé de la jeunesse (un merci tout spécial à la Dresse Nicole Pellaud) et les Hôpitaux universitaires genevois. Tout cela avec les compétences professionnelles de notre agent de communication Daniel Binggeli en collaboration avec Mcart.org.

 

Diffuser 460 emplacements d’affichage public (R12 et R4) dans l’ensemble du Canton de Genève et sur 7 Trams avec le slogan « Fumée passive – Kevin, 2 ans, fumeur »

 

Diffuser 6'000 Affiches destinées aux adultes et adolescents « Fumée passive – Kevin, 2 ans, fumeur » et « Fumer passivement n’est pas un choix »

 

 

avec envoi aux écoles genevoises, centres de loisirs, crèches, garderies, jardins d’enfants, pédiatres, gynécologues-obstétriciens, Hôpital des enfants, Maternité, sans oublier les pharmaciens genevois qui dès le début du CIPRET-Genève, il y a 10 ans, n’ont pas cessé de nous aider à passer le message. Rappelez-vous le succès de la campagne « Bébé non fumeur » dont Besançon non fumeur nous avait gracieusement donné les droits de diffusion.

 

Diffuser 10'000 Pancartes avec les slogans « s.v.p ne fumez pas chez nous» et « s.t.p, ne fume pas chez moi ». Pancartes que chacune et chacun pourra disposer sur sa porte pour annoncer son désir de respirer un air libre de fumée de tabac. Une version avec le tutoiement est particulièrement adressée aux enfants pour leur lieu de vie. Contrairement aux publicités des cigarettiers, lorsque nous tutoyons notre public cible, nous affirmons que nous nous adressons aux jeunes !

 

   

 

Diffuser 8'000 Box étui cigarettes avec briquet du CIPRET-Genève

 

 

Cela peut surprendre! Le CIPRET-Genève qui avait déjà fabriqué des briquets, véritable outil de communication avec les fumeurs-euses, permettant de débuter un dialogue sur un ton ne pouvant être vécu comme moralisateur, récidive avec cette fois-ci avec des Box-étuis pour les paquets de cigarettes.

 

Depuis de nombreuses années, il est demandé à nos autorités fédérales et aux parlementaires suisses de prendre des mesures supplémentaires notamment au niveau de mises en garde sérieuses sur les paquets de cigarettes. Devant le peu d’enthousiasme des responsables (et l’on comprend mieux avec l’affaire Peter Hess, Président du Conseil national), nous avons pris les devants et proposons aux fumeurs-euses de participer à la prévention du tabagisme en affichant et en recouvrant leurs propres paquets de cigarettes des messages de prévention. Apparemment et pour une fois, les cigarettiers n’ont pas 5 ans d’avance, puisqu’ en même temps que le CIPRET-Genève, ils auraient créé, eux aussi, ce genre de Box-étui pour recouvrir les incroyables images et slogans de prévention que leur impose la nouvelle loi canadienne et qu’ils ne pourraient pas supporter ! On les comprend, il est toujours difficile de supporter de telles photos!

 

Promouvoir 10 Sites internet

 

www.prevention.ch         Swissweb, véritable arcade virtuelle avec plus de 350 brochures complètes sur plus de 20 thèmes de prévention et de gestion promotionnelle de la santé + actualités

www.ciao.ch                  Site adressé aux jeunes avec réponses à leurs questions par des spécialistes, donc aussi intéressant pour les adultes qui veulent comprendre la jeunesse

www.stop-tabac.ch         Site genevois mondialement connu pour l’aide en ligne au sevrage tabagique

http://tobacco.who.int      Site officiel de l’OMS et de Tobacco Free Initiative

www.globalink.org          Réseau mondial de prévention du tabagisme

www.oxygeneve.ch        Pour une Genève où il fait bon respirer

www.sante-jeunesse.ch  Site du Service de santé de la jeunesse, Genève

www.geneve.ch/spe/      Site du Service de santé du personnel de l’Etat de Genève

www.hcuge.ch               Site des Hôpitaux Universitaires de Genève

www.geneve.ch             Site officiel de l’Etat de Genève

 

Comme on peut le percevoir, Genève a affiché pour cette Journée mondiale sans tabac, jeudi 31 mai, une politique offensive pour le respect des non-fumeurs et des fumeurs.

 

N’est-ce pas à Genève, aux Services Industriels avec la collaboration du CIPRET-Genève, qu’est né le concept repris depuis au niveau national des « Entreprises sans fumée mais pas sans fumeurs » qui doit garantir la protection des non-fumeurs sur la place de travail tout en respectant les fumeurs à qui il n’est pas interdit de fumer, mais bien au contraire autorisé de fumer dans les « espaces fumeurs » prévus à cet effet. Les Hôpitaux universitaires genevois, l’administration cantonale genevoise avec le soutien du service de santé du personnel de l’Etat, des municipalités ont depuis de nombreuses années intégré cette politique, de même que de très nombreuses entreprises privées. En décembre 2000, une campagne originale « Fumée passive Service compris » a été lancée en collaboration avec OxyGenève et avec le soutien de la Société des Cafetiers, Restaurateurs et Hôteliers de Genève, dans les établissements publics genevois. Cette Campagne se poursuivra jusqu’au 31 mai 2002.

 

Pour terminer, il faut ici remercier le Conseil d’Etat genevois qui, en 1996 déjà, a déclaré l’« administration cantonale genevoise « sans fumée mais pas sans fumeurs ».

 

Le CIPRET-Genève a aussi mis le feu, jeudi 31 mai 2001 à 12h à la Place du Molard-Genève, à la sculpture « Cavalier et sa monture » de l’artiste liégeoise Nicole Stenuit, entièrement faite en papier et notamment de publicités pour le tabac ! En présence du Dr Gro Harlem Brundtland, Directrice générale de l'OMS et de notre Ministre de la santé genevois Guy-Olivier Segond, avec remise d’un « Appel au respect», par Bastien, 3 ans, à Mme Dr Gro Harlem Brundtland qui le transmettra au Conseil d’Etat genevois.

 

Tout cela avec un stand d’information et de promotion des affiches, B’Box, etc., avec la production musicale des Woodpickers, du Cor de Zaneth, de Les Legroup et la participation de Bonaventure et ses ânes. Avec animation et distribution de matériel de promotion dans le Tram de la Pharmacie Principale.

 

Il faut ici remercier le Service d’incendie et de secours (SIS) et les pompiers volontaires, le Service des agents de ville et du domaine public, la Section manifestations et matériel de Fêtes, la Division de la voirie et le Secrétariat général du Département de justice, police et transports

 

L'affiche "Kevin, 2 ans, fumeur" a été montrée sur les écrans de la Télévision Suisse Romande 1 (TSR1) mercredi 30 mai au Téléjournal (TJ-Midi) en présence du médecin responsable du CIPRET-Genève, le jeudi 31 mai au Téléjournal (TJ-Midi et TJ-Soir), en présence du Dr Hubert S. Varonier, pédiatre-allergologue, Président du CIPRET-Valais, ainsi que sur la Télévision Suisse Italienne (TSI1) et Léman Bleu Télévision. Le message a été entre autres relayé sur les ondes de la Radio Suisse Romande (RSR1), de One FM et de WRG.

 

 

Par ailleurs, à l’occasion du lancement du thème et slogan retenus par l’OMS pour la prochaine Journée mondiale sans tabac du 31 mai 2002 « Tobacco Free Sports – Play it Clean » et en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Association Suisse pour la Prévention du Tabagisme et sa Directrice Mme Verena El Fehri, l’Association Cantonale Genevoise de Football et son Président M. Daniel Genecand, l’Association Genevoise des Sports et son Président M. Raymond Walther et Vice-Pdt M. Yvan Perroud, le CIPRET-Genève, OxyGenève et M. Daniel Roux ont organisé un POINT PRESSE, le Jeudi 22 novembre 2001, au chantier du nouveau Stade de Genève, à La Praille, avec les présences exceptionnelles de

 

- Mr Michael Laudrup,  Danish Football star and current AJAX Club coach

  Mr Johann Koss, Norwegian 4-time Olympic gold medallist in speedskating and Chairman of Olympic Aid

  Ms Muffy Davis, U.S. Disabled Ski Team and Paralympic bronze medallist

  Ms Almira Skripchenko-Lautier, Moldovian Chess Olympic Team and European Chess Champion

  Mr Giuseppe Abbagnale, Italian 5-time Rowing World Champion and 2-time Olympic gold medalist

 

 

 

VII.           Parrainages sportifs et culturels

 

La politique de parrainages de manifestations sportives et culturelles initiée par le CIPRET et la FEGPA depuis 1993 a porté ses fruits sur plusieurs plans, à savoir :

 

-    nos associations et leurs visuels sont maintenant connus du grand public. Cette visibilité est en effet nécessaire afin que la population identifie les lieux où l’on peut obtenir de l’information et une orientation dans le réseau des institutions d’aide et de traitement. Cela a aussi une fonction rassurante en transmettant le message que la société malgré ses contradictions se préoccupe du bien-être de ses membres ;

 

-          nos messages sont relayés à travers des événements perçus comme positifs par la population, ce qui leur donne de la crédibilité et contribue à préparer un environnement favorable, préalable indispensable aux campagnes de prévention. L’aspect médiatique est devenu incontournable et permet de montrer, toute proportion gardée, que le terrain doit aussi être occupé par des messages basés sur l’éthique et faisant appel au sens critique de l’individu ;

-          dans la plupart des cas, mais à des degrés divers, nos associations soutiennent des activités qui sont créatrices de liens sociaux. C’est particulièrement évident pour une association comme Vernier-sur-Rock qui, à travers la préparation du festival, fournit à une centaine de jeunes la possibilité de faire valoir ou d’acquérir des compétences et réussit parfois à les soustraire de la marginalisation. Ainsi directement ou indirectement, nos associations contribuent à atteindre la finalité de la prévention qui est l’amélioration de la qualité de vie et le partage de plaisir sans risque de dépendance.

 

   

 

A.   Parrainages sportifs :

 

portrait-1

 

Le CIPRET-Genève et la FEGPA ont poursuivi leur soutien à plusieurs sportifs, à savoir la championne suisse de badminton Santi WIBOWO, le sprinter Kevin WIDMER, le champion de motocross Julien BILL et le Pool Espoir entraîné par Serge DAVID, ainsi que la cycliste Stéphanie FISCHER.

 

Nos associations ont reconduit leur soutien à l’équipe genevoise du CER (Centre d’Entraînement à la Régate) qui s’engage chaque année dans le Tour de France à la Voile, sous  la direction motivée et  compétente d’Etienne DAVID, skipper, et de Jean-Marc MONNARD, barreur. Rappelons que ce sponsoring se fait conjointement avec le Service des Sports de la Ville de Genève et que le voilier se nomme Ville de Genève – Carrefour Prévention. Une 5è place dans la catégorie professionnelle est venue récompenser cette équipe de jeunes encadrés par ces deux pros.

 

Toujours au chapitre de la voile, nous avons poursuivi notre partenariat avec Dominique WAVRE et Michèle PARET, dans le cadre de leur participation à la Course du Café, en automne 2001. Précisons que ce partenariat comporte plusieurs volets dans la mesure où ces deux navigateur-trice viennent volontiers partager leurs aventures et leurs expériences avec des associations, des classes, voire des entreprises. La participation de Dominique WAVRE au Vendée Globe (5è) a permis des échanges passionnants avec des publics diversifiés, ainsi que des retombées médiatiques importantes, par exemple lors de l’émission Zig Zag Café pour ne citer que celle-là.

 

Il est important de souligner que tous ces sportifs-ves s’efforcent, chaque fois que l’occasion se présente, de mettre en valeur le lien qui les rattache à la prévention des problèmes liés à l’alcool et au tabac. A titre d’exemple, une séance de signatures de photos par Julien Bill a été organisée sur le stand de Carrefour Prévention au moment du Supercross à Palexpo qui a drainé une foule d’adolescents-es.

 

Comme chaque année, une mention spéciale à la Course de l’Escalade (1er décembre) et à son Comité et Président Jean-Louis Bottani (où siège le médecin responsable du CIPRET-Genève) qui soutiennent en force la prévention. Avec Claude Duvernay, nous animons une tente «Prévention Sourire» de 3’000 m2 où se déroulent la remise des dossards et des prix, la cérémonie et le repas de fin de la Course. De nombreux stands de prévention y cohabitent (Service de santé de la jeunesse, Hôpitaux Universitaires de Genève, Centre d’information des professions de la santé (CIPS) ainsi que le stand de Carrefour Prévention).

 

 

En outre, le CIPRET-Genève et la FEGPA ont soutenu un certain nombre de manifestations et de clubs sportifs, à savoir, de façon non exhaustive :

 

 

 

bGeneva Devils (Genève Versoix Basket)

bChênois Volley-Ball

bGenève Natation

bAssociation cantonale de gymnastique

aStade de Genève

bBol d’Or (championnat international de pétanque,  -  février)

bMeetings d’athlétisme (juin)

bTour pédestre du canton (mai-juin)

aChampionnat d’Europe de Bicross (juillet)

aSemaine du soir (Nautique de Versoix, 25 – 29 juin)

bConcours hippiques (Avusy, Chaumaz - juin)

aChampionnats de gymnastique rythmique (16 – 17 juin)

aTriathlon international (19 août)

bChampionnat suisse de Motocross (Sézeguin, 28 – 29 juillet)

aTournoi de tennis ATP (Drizia Miremont, 18 – 26 août)

aSupercross de Palexpo (14 – 15 décembre)

 

 

B.   Parrainages culturels :

 

Le CIPRET-Genève et la FEGPA ont poursuivi leur soutien au :

 

bFestival de Vernier-sur-Rock (8 -10 novembre)

bLa Bâtie-Festival de Genève (septembre)

bUndertown (Meyrin)

bFerme Foraine

bJournal Chrysalide

bSpectacles Onésiens

aFédération d’improvisation

 

Concernant les manifestations ponctuelles, citons aussi :

 

bTraverses Musicales (février)

bSoirées diverses (St Valentin, Soirée des Matus, 1er août au Vengeron, soirée de la Rentrée, Escalade, Saturnales, etc.)

bFête de l’Espoir (Pour y croire encore - Bout-du Monde, 26 mai)

bConcert annuel de la Fanfare de la Croix-Bleue (31 mars)

a150ème anniversaire d’Onex

bBataille des Livres

bFestival Hip-Hop Communes Ikation (Plan-Les-Ouates – 24 novembre)

aFestival jazz Contreband (novembre).

 

 

 

VIII.        Partenariats et Commissions officielles

 

1. Direction générale de la santé

 

Des séances de travail ont été instituées d’une part pour permettre au CIPRET-Genève de présenter chaque année ses axes de travail qui sont associés au budget des actions et d’autre part pour discuter des priorités dans le domaine de la politique de la prévention du tabagisme avec un groupe ad hoc. De plus, des collaborations ponctuelles sont établies sur des thèmes particuliers.

 

2. Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Le CIPRET-Genève poursuit son étroite collaboration avec l’OMS

 

3. Commission fédérale pour la prévention du tabagisme

Le médecin responsable du CIPRET-Genève est membre du Comité de la Commission

 

4. Office fédéral de la santé publique (OFSP)

Le CIPRET collabore étroitement avec l’OFSP dans le cadre du « Programme 2001-2005 ».

 

5. Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT)

Le médecin du CIPRET est membre du Comité de l’AT, qui est l’organisme faîtier suisse. Dans ce cadre, il participe au Forum Romand Tabagisme, qui réunit tous les cantons romands. Le CIPRET-Genève est le relais cantonal de l’AT.

 

6. GREAT (Groupement Romand d’Etudes sur l’Alcoolisme et les Toxicomanies)

 

7. ISPA (Institut Suisse de prévention de l’alcoolisme et autres toxicomanies)

Partenaire incontournable dans le domaine de la prévention du tabagisme. Ses recherches, enquêtes et le matériel didactique et de sensibilisation édité sont largement utilisés pour les activités locales.

 

8. Office de la jeunesse - GLPJ / Service de santé de la jeunesse

Le CIPRET-Genève assiste régulièrement aux séances du GLPJ (Groupe Liaison Prévention Jeunesse) qui est un lieu de réflexion sur la prévention primaire en général et d’échanges sur les projets des différents partenaires. Par ailleurs, une collaboration indispensable se poursuit avec le Service de santé de la jeunesse, en particulier, le secteur « éducation pour la santé » pour des projets en milieu scolaire ou qui concernent les jeunes en général.

 

9. Service de santé du personnel de l’Etat (SPE)

Le médecin responsable du CIPRET-Genève est médecin consultant au SPE

 

10. Les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG)

Le médecin responsable du CIPRET-Genève est membre de la commission ad hoc

 

11. Antenne Santé de l’Université de Genève

 

12. CIPS (Centre d’Information des Professions de la Santé)

 

13. Association La Fourchette Verte

La promotion du label Fourchette Verte va dans le sens des intérêts du CIPRET puisque l’un des critères de l’obtention du label est la mise à disposition d’un espace “ non-fumeur ” d’au moins 25% des places assises contiguës.

 

14. Divers  Il convient de mentionner la participation à des séances de différents comités d’associations dont est membre le médecin responsable du CIPRET-Genève et à de très nombreuses Assemblées générales.

 

 

 

IX.              Application de la législation – protection des mineurs

 

Il faut souligner que la loi cantonale sur les procédés de réclame, dont l’article 9 interdit désormais la publicité pour le tabac et l’alcool (plus de 15°) par voie d’affichage, sur le domaine public et privé, visible du domaine publique, a été confirmée par le Tribunal fédéral en 2002, suite au recours interjeté.

 

 

 

X.                 Activités de formation

 

Le CIPRET-Genève est régulièrement sollicité pour un certain nombre d’interventions, exposés ou débats sur des thèmes en lien avec la prévention du tabagisme, les dépendances et la promotion de la santé.

 

Certaines interventions sont liées à des actions mises en place en collaboration avec différents partenaires, d’autres sont ponctuelles.

 

Formation, exposés et participation à un Jury sur la prévention du tabagisme par le médecin responsable du CIPRET-Genève (liste non-exhaustive) :

 

       - Le Bon Secours, élèves infirmiers-ères et sages-femmes

       - Ecole d’hygiéniste dentaires

       - Ecole d’ambulanciers-ères

       - Institut d’études sociales (IES)

       - Etudiants-es en Pharmacie 3ème

       - EIG et Brigade du traffic (avec M. Gilbert Künzi, directeur du SPE)

       - Ressources humaines Administration Ville de Genève

       - Présentation de Carrefour Prévention à des représentants de la Ville de Liège (3 avril)

       - Discussion à la Mairie de Meinier en lien avec la « Fête du Bourru »

       - Jury de l’EIG pour la Journée mondiale sans tabac

       - Différentes sociétés privées genevoises

       - Congrès annuel de l’Office fédéral des sports de Macolin

       - Foyer de jour personnes âgées Foyer Soubeyran

       - Exposé sur l’affaire Rylander au séminaire de l’Assoc. Prév. Tabagisme (21 nov., Berne,

         avec Pascal Diethelm)

       - Grasse – Congrès TSH5 Toxicomanies Sida Hépatite sur le thème « Tabagisme, cannabisme et

         cynisme, les limites de la prévention »

       - Centre intégration professionnelle

       - Conférence-Débat Centre Espoir – Armée du salut

       - Association suisse des Médecins scolaires – Berne – 2 workshops

       - Débat Dopage Collège d Staël

 

Mentionnons aussi que Carrefour Prévention a accueilli un stagiaire de 2ème de l’IES, M. Eric CORNUZ, de septembre à décembre.

 

 

 

XI.              Relations publiques

 

1.    Médias

 

Le CIPRET-Genève s’attache à maintenir des relations suivies avec les médias, soit en mettant à disposition des dossiers spécifiques, soit en organisant des conférences de presse ou en répondant aux très nombreux interviews.

 

Participation du médecin responsable du CIPRET-Genève à (liste non exhaustive) :

 

Différentes interviews :

 

       - Radio suisse romande (RSR1), Radio Cité, Radio Lac, One FM, Radio Nostalgie

       - Télévision suisse romande (RSR1) au Téléjournal, en direct sur le plateau et en interview,

       - Télévision suisse italienne (Telegiornale + Falo) – Télévision suisse allemande (Tagesschau)

       - Léman Bleu Télévision, en direct sur le plateau et en interview

       - Presse écrite : Le Courrier, La Liberté, Le Matin, Le Temps, Dimanche.ch, Tribune de Genève, GHI,

         24Heures, La Côte, Le Nouvelliste, Tages Anzeiger, Construire, BMS FMH, Médecine et Hygiène,

         ATS, AP, etc.

 

 

 

 

Par ailleurs, le médecin responsable du CIPRET-Genève à eu l’honneur d’être :

 

-          une semaine durant, du 14 au 17 mai 2001, l’invité principal de Jean-Philippe Rapp dans l’émission Zig Zag café sur la Télévision suisse romande TSR1, sur le thème « le regard Jean-Charles Rielle sur la santé publique »

 

 

            

 

- l’invité de Mme Sofia Pekmez, le 21 novembre 2001, dans l’émission « Comment çà va » de la TSR1, sur le thème du « burn out », avec référence au livre « Manager la santé dans l’entreprise »

- l’invité de ONE FM à trois reprises sur le thème de la fumée et du cannabis, 2 dimanches soir et 1 matin, en répondant en direct aux auditeurs-trices.

- Sur le plateau de Zig Zag café (TSR1) à la Cité des Métiers (Foire de Genève) « Profession Santé »

 

2.    Conférences, colloques, rencontres diverses

 

Le médecin responsable du CIPRET-Genève a participé à un certain nombre de colloques organisés tout au long de l’année (rencontres et séances de travail organisées par la Direction générale de la santé, le GREAT, l’ISPA, réunions du GLPJ, avec des centres de loisirs et des écoles, etc.)

 

Il convient aussi de signaler que Mme Laurence FEHLMANN RIELLE, pour Carrefour Prévention, a représenté la Direction générale de la santé lors de la rencontre des Villes santé qui s’est déroulée à Seixal (Portugal) du 24 au 28 octobre 2001 (phase III – évaluation du Plan d’action villes santé).

 

 

 

XII.           Procès Rylander (cf. extraits du dossier, dont le jugement, en annexes)

                      à suivre sur www.prevention.ch/rylanderpm.htm.

 

 

 

 

Le 29 mars 2001, le CIPRET-Genève et OxyGenève tenaient une conférence de presse au cours de laquelle ils dénonçaient l'infiltration de l'Université de Genève par les cigarettiers, lançant par là même ce qui allait devenir l'«affaire Rylander». En effet, l'agent de cette infiltration n'était pas moins qu'un professeur suédois réputé, le Professeur Ragnar Rylander, directeur du Département de Médecine Environnementale à l'Université de Göteborg, et qui exerçait aussi depuis près de trente ans la fonction de professeur associé à l'Institut de Médecine Sociale et Préventive de Genève.

 

C'est en faisant des recherches dans les documents internes de l'industrie du tabac, mis sur Internet à la suite des procès américains, que des documents révélant la « double vie » de Ragnar Rylander sont apparus en grand nombre. Le seul site de Philip Morris dénombre près de 20'000 documents le mentionnant. A l'examen de ces documents, un nombre de faits très troublants ont été graduellement reconstitués : pendant près de trente ans, Rylander travaillait étroitement pour Philip Morris et ses activités relatives au tabagisme passif étaient fortement orientées dans un sens favorable aux intérêts de l'industrie du tabac. Il est devenu un grand spécialiste des facteurs « confondants », dont l’effet principal était de nier ou de minimiser les effets toxiques de la fumée ambiante en attribuant la cause des maladies généralement associées à la fumée passive à d'autres facteurs, tels que les habitudes alimentaires, le mode de vie des non-fumeurs vivant avec des fumeurs, la présence de moisissures dans l'habitation, ou même les excréments d'oiseaux.

 

Rylander a aussi organisé des symposium internationaux sous l'égide de l'Université de Genève dont les conclusions, qu'il rédigeait en étroite collaboration avec les avocats de l'industrie, étaient favorables aux thèses de l'industrie du tabac. Celles-ci ont d'ailleurs été largement reprises par les cigarettiers américains dans des campagnes de relations publiques. Rylander a conduit plusieurs travaux de recherche commandités par l'industrie du tabac et financés par elle - notamment dans le but de contrer l'étude sur la fumée passive de l'OMS - dont les résultats publiés allaient tous dans une direction "intéressante" pour ses sponsors, en omettant toutefois de mentionner dans ses articles le soutien de l'industrie du tabac et la source réelle du financement de ses travaux.

 

Finalement, Rylander a pendant trente années supervisé le laboratoire de recherche INBIFO à Cologne en Allemagne pour le compte de Philip Morris USA à Richmond. Il recevait pour ses services en moyenne 10'000 francs suisses par mois, activité qui selon ses propres déclarations prenaient moins de 10% de son temps. Le laboratoire INBIFO a effectué pendant trente ans des tests animaux sur les effets biologiques de la fumée active et passive, observant les modifications cellulaires et le développement de tumeurs, en utilisant des cigarettes "expérimentales" identifiées uniquement par des codes. Dans leur grande majorité, ces recherches sur la toxicité des cigarettes n'ont pas été publiées. Tous les rapports sur les recherches conduites à INBIFO pour le compte de Philip Morris USA, ainsi que les factures, transitaient pas Rylander.

 

A la suite des révélations des deux associations, Rylander a porté plainte pour diffamation contre Jean-Charles Rielle, médecin responsable du CIPRET-Genève et Pascal Diethelm, Président d’OxyGenève. Le procès s'est ouvert en juin 2001 devant le Tribunal de Police de Genève. La déposition des témoins a été interrompue par le président du tribunal après l'audition de six témoins de la défense (Prof. André Rougemont, directeur de l'Institut de Médecine Sociale et Préventive - IMSP; Dr Yol Lee; Dr Theodor Abelin; Prof. Philippe Leuenberger du CHUV de Lausanne; Dr. Hubert Varonier et Prof. Thomas Zeltner, directeur de l'OFSP) et un témoin de la partie civile (Dr Richard Carchman, ex vice-président de Philip Morris USA). Le tribunal a estimé disposer de tous les éléments d’appréciation nécessaires.

 

Les témoignages de la défense ont permis d'éclairer le tribunal sur les travaux et les méthodes de Ragnar Rylander et ont étayé dans une large mesure les révélations du CIPRET et d'OxyGenève. Le directeur de l'IMSP a confirmé que pendant de nombreuses années il ne connaissait pas les liens entre Rylander et Philip Morris, et qu'il les avait appris d'abord par un bruit de couloir avant d'en avoir récemment la confirmation officielle. Les juges ont entendu que les symposiums étaient "tronqués" et que des études étaient "manipulées". Le tribunal a aussi appris comment l'industrie suisse de la cigarette a tenté de saboter les études SAPALDIA et de l'OMS, tentative auxquelles Rylander a activement participé par le canal de Philip Morris USA. Ses méthodes scientifiques ont a été mises en cause, et il a été observé par un témoin que Rylander avait deux facettes, et pouvait être très méthodique lorsqu'il s'agissait de travaux n'ayant pas de relations avec le tabac et très laxiste dès lors que son sujet touchait de près ou de loin la fumée. Un témoin de la défense avait refait les calculs d'une étude publiée par Rylander qui avançait que la fumée pouvait avoir à petite dose un effet protecteur contre le cancer, pour arriver à un résultat opposé à celui de Rylander. Deux témoins ont confirmé que les conclusions de Rylander concernant la fumée ambiante et les maladies respiratoires contredisaient les résultats des études SCARPOL et SAPALDIA, études portant sur des échantillons de population beaucoup plus importants que ceux utilisés par Rylander, et études que Rylander avait omis de citer, alors qu'elles étaient incontournables, au dire des témoins.

 

Le témoin de la partie civile, Richard Carchman, est un vice président à la retraite de Philip Morris. Il a confirmé que Rylander travaillait pour Philip Morris en tant que coordinateur du laboratoire INBIFO à Cologne, propriété à 100% à Philip Morris, et qu'il recevait pour cela un salaire sous forme d'une indemnité journalière. Lorsque la défense lui présente une liasse de factures émises par INBIFO pour un montant de 12Mo de DM pour une seule année, et lui demande pourquoi le paiement de ces factures a été approuvé par Rylander, le témoin s’embrouille dans les explications : « C’est parce que les Allemands vous font signer tous les papiers possibles » ; sauf qu’en l’occurrence, Rylander avait visé les factures pour le compte de Fabriques de Tabac Réunies à Neuchâtel ! Selon Carchman, Philip Morris n'a bien entendu jamais demandé à Rylander d'effectuer des recherches favorisant l'industrie.

 

"Si j'avais remarqué que ses recherches allaient dans le but de satisfaire l'industrie du tabac, alors je ne pense pas que nous nous serions attaché ses services, ni ne les aurions rémunérés." Cette affirmation résonne étrangement lorsque vers la fin de sa déposition, Carchman indique qu'il continue de travailler pour Philip Morris comme consultant, et qu'un tiers de son temps est passé à témoigner dans des procès pour la compagnie, prestation pour laquelle il est payé  4000 Frs par jour !

 

Pour connaître l’épilogue provisoire, cf. les extraits du dossier en annexe, dont le jugement consternant du 24 mai 2002. Appel a été interjeté et la première audience en appel devant la Cour de justice pénale est programmée au 24 juin 2002 à 9h.

 

 

 

XIII.        Carrefour Prévention

 

Le CIPRET-Genève a poursuivi sa collaboration et son partenariat dans le cadre de Carrefour Prévention

 

-          Gestion de l’Arcade

 

-          Editions Carrefour Prévention et la poursuite, avec succès, du livre « Manager la santé dans l’entreprise », la deuxième version française revue et augmentée et la version allemande

 

-          Site internet www.prevention.ch : Le site www.prevention.ch a atteint son rythme de croisière avec une fréquentation régulière de très nombreux surfeurs. Il y a lieu de relever que ce résultat est le fruit d’un travail inlassable avec la mise à jour et le renouvellement des différentes rubriques par le médecin responsable du CIPRET-Genève (webmaster) et M. Gonzague BERTHET (consultant).

 

 

 

 

Classement au Hit Parade, le dimanche 9 juin 2002, sur 102'891 sites :

 

Classement professionnel + amateur 1’286 - Classement thématique 32

 

Classement professionnel 552 - Classement thématique 15

 

Formé actuellement de six associations, CARREFOUR PREVENTION projette de s’établir dans des locaux plus vastes avec, en particulier, une arcade plus spacieuse afin de pouvoir améliorer l’accueil du public, d’offrir des animations diversifiées et de mieux mettre en valeur les ressources de chacun des organismes. D’autres partenaires, notamment le CIPS (Centre d’Information des Professions de la santé) et le CIFERN (Planning familial) seraient prêts à s’associer à une telle entreprise. Dans l’attente de trouver un lieu adéquat, l’arcade actuelle devrait faire l’objet, dans le courant 2002, d’une réorganisation afin de la rendre plus attrayante.

 

 

 

XIV.        Village Prévention et Environnement 2001 – Foire de Genève

 

1'700 m2 – 18 maisons – plus de 100 associations

 

 

Il a été possible de reconduire le Village Prévention 2000 à la Foire de Genève qui est devenu le Village Prévention et Environnement 2001 grâce au soutien renouvelé du Département de l’action sociale et de la santé, de la Ville de Genève et du nouveau soutien du Département de l’intérieur, de l’agriculture, de l’énergie et de l’environnement. Une maison de l’environnement très remarquée a ainsi pu être construite avec, à proximité, un hangar de l’agriculture présentant les produits cultivés dans notre canton. Autre nouveauté d’importance : un restaurant Fourchette Verte tenu par Coop-Restaurant, qui a servi des plats de plusieurs pays. La coordination de l’ensemble du projet a été assurée par le médecin responsable du CIPRET-Genève.

 

 

 

XV.           Perspectives 2002

 

 

1) Jumelage  Zürich -Fribourg –Genève : La prévention du tabagisme abat le Röstigraben !

 

Le vendredi 31 mai, comme chaque année à pareille date, est la Journée mondiale sans tabac de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cette année, le thème nous est particulièrement cher puisqu’il s’agit du slogan « Le sport sans tabac ».

 

A cette occasion, trois cantons suisses ont décidé d’unir leurs efforts de prévention du tabagisme. Pour la première fois, une affiche intercantonale bilingue a été créée par Daniel Binggeli.

 

                           

 

LaOla, la prévention dans les clubs de sports (Office fédéral de la santé publique, Office fédéral du sport et Swiss Olympic) mène, sous le slogan « sport. espace sans fumée », cette action au niveau national dans le cadre de la campagne de prévention du tabagisme « Fumer, ça fait du mal..__».

 

Dans une action commune des cantons de Genève, Fribourg et Zurich, en accord avec l’OMS et en collaboration avec l’OFSP (Office fédéral de la santé publique), nous renforçons cette action par l’envoi d’un dossier (annexé) et invitons les clubs et organismes sportifs à adhérer aux objectifs de la Charte. Si les clubs font le choix de participer et de nous retourner au plus vite l’Engagement signé, ils reçoivent la Charte nationale imprimée à afficher dans le Club et peuvent en échange apposer les logos officiels « Le Sport sans tabac » (OMS et/ou LaOla) sur l’ensemble des documents que le club ou organisme produit (papier en-tête, affiches, programmes des manifestations sportives, etc.). De plus, et pour les remercier, ces Clubs prendront part automatiquement au concours cantonal annexé, ainsi qu’au tirage national avec délai d’inscription au 16 septembre 2002.

 

Pour ce 31 mai, Genève s’est fortement mobilisée !

 

- Du 20 mai au 10 juin 2002, 10 bus et 25 trams ont relayé le message bilingue Le sport sans tabac et Sport ohne Tabak.

 

 

Dès le 29 mai, l’Association des Pharmacies de Genève, en collaboration avec le CIPRET-Genève, a lancé une campagne d’affichage Pour arrêter de fumer, votre pharmacien est là pour vous aider.  Ces affiches apposées sur les bus des TPG se complètent par un Clip-TV produit pendant 15 jours sur la Télévision suisse romande (TSR1).

 

 

Le 30 mai et du 3 au 7 juin 2002, s’est tenu un Plan de 5 Jours pour cesser de fumer.

 

 

Vendredi 31 mai, de très nombreuses activités se sont déroulées durant la Journée :

 

-          dans les écoles genevoises, avec le Service de santé de la jeunesse,

-          dans les Hôpitaux Universitaires de Genève (cf. Communiqué annexé),

-          dans le Tram de la Pharmacie Principale, avec des hôtesses du CIPRET-Genève,

-          à Uni-Mail, avec la tente de Carrefour Prévention, la cuisson dans une Poêle géante avec distribution de Röstis et jus d’orange. 2 sportives, Santi Wibowo (badminton) et Stéphanie Fischer (cyclisme sur route), sponsorisées par le CIPRET et la Fegpa ont accueilli le public,

-          à l'OMS, avec un Stand du CIPRET-Genève et de l’OMS, la cuisson dans une Poêle géante avec distribution de Röstis et jus d’orange. 2 sportifs, Julien Bill (motocross) et Serge David (motocross et ancien du Continental Circus 500cm3), sponsorisés par le CIPRET et la Fegpa ont aussi accueilli le public. Les Dixie Roses, orchestre de Jazz News Orléans, ont animé le grand hall de l’OMS. On a pu aussi admirer des Compétitions de Volley avec la fédération internationale de Volley et assister, sur écran géant à la retransmission à 13h30 du premier match de la Coupe du Monde de Football France - Sénégal. Première Coupe du Monde déclarée sans fumée de tabac !

 

 

 

Ce 30 mai, en présence de Monsieur le Conseiller d’Etat Pierre- François Unger, en charge du Département de l’action sociale et de la santé, De Mme Dr Annie Mino, Directrice générale de la santé, et de Monsieur Raymond Walther, Président de l’Association Genevoise des Sports (AGS), lors d’une Conférence de Presse, a été lancé le dossier « Sport sans tabac » (cf. dossier en annexes) avec le jumelage des canton de Zürich, Fribourg et Genève, ainsi que le site www.nuitgrave.ch adressé aux adolescents-es et jeunes adultes, avec la participation pour la promotion du CIPRET-Genève et d’OxyGenève.

 

 

 

Dans le communiqué de presse, on pouvait lire :

 

Plus de 40% des jeunes qui fument quotidiennement veulent laisser tomber la cigarette. Un nouveau site internet peut les aider.

 

 

Un jeune âgé de 16 ans sur quatre fume tous les jours. S’ils ne sont pas moins de 41% à vouloir arrêter de fumer, 70% d’entre eux continuent cependant à fumer parce qu’ils ne peuvent plus s’en passer. En cause, les symptômes de sevrage : selon une enquête réalisée en 1999 par l’Association suisse pour la prévention du tabagisme, 36% des jeunes âgés de 13 à 19 ans citent comme raison de leur « rechute » la nervosité, le stress, les problèmes ou la frustration, l’envie et le plaisir de fumer.

En outre, on estime que 95% des personnes qui commencent à fumer avant 20 ans deviennent plus tard des fumeurs quotidiens, même si leur consommation était modérée au début.

Les jeunes représentent la cible privilégiée des industriels du tabac qui savent tirer partie de leur vulnérabilité et de leur incapacité à prendre en considération les risques à long terme du tabagisme.

Le problème avec les programmes d’aide au sevrage, c’est qu’ils sont conçus pour les adultes et qu’ils ne répondent donc pas, ni dans la forme, ni dans le contenu, aux besoins des jeunes. Raison pour laquelle l’Institut de médecine sociale et préventive de Genève, a eu l’idée, en collaboration avec des professionnels travaillant avec des jeunes (SSJ, FAS’e), de mettre sur pied un site internet destiné aux 14-18 ans : www.nuitgrave.ch  est le petit frère de la version adulte www.stop-tabac.ch, un logiciel d’aide à la désaccoutumance, lancé avec succès en 1997.

Comme chaque jeune fumeur est différent, la rubrique « Profilperso » a été créée. Cette rubrique propose des comptes rendus individuels rédigés en fonction des réponses faites par l’internaute. Ces conseils personnalisés tiennent compte du degré de dépendance, de la motivation à arrêter de fumer. Ils donnent également des informations concernant les manipulations de l’industrie du tabac, les additifs contenus dans la cigarette, les mécanismes de dépendance ou encore les aides au sevrage. « Glossaire » , documentations diverses, « faq », « Quiz »,  et concours agrémentent le tout.

 

Cette approche « sur mesure » a un autre avantage : elle permet d’améliorer les capacités des jeunes à résister aux pressions sociales en donnant des conseils utiles pour mieux gérer des situations à risque (stress, fêtes…) où la tentation de fumer est particulièrement forte.

L’échange avec les pairs, si précieux à l’adolescence, n’a pas été oublié : le « Forum » offre la possibilité aux jeunes de dialoguer soit avec un spécialiste, soit avec d’autres personnes de son âge. Enfin, grâce à la rubrique « témoignages », ils  peuvent partager leurs expériences avec les autres.

Le site est soutenu par le Département de l’action sociale et de la santé du canton de Genève, projet de la planification Sanitaire Qualitative. Il est également financé par le CIPRET (www.prevention.ch), Oxygenève (www.oxygeneve.ch) et l’AT, www.at-suisse.ch). Pour toutes informations ou suggestions veuillez contacter Evelyne Laszlo, IMSP, CMU, Boîte postale, 1211 Genève 4, (laszlo@cmu.unige.ch).

 

 

 

2) Poursuite de la Campagne Fumée passive Service compris avec campagne d’affichage public en automne et site internet de promotion des établissements qui offrent la différence.

 

3) Poursuite du Procès en appel dans l’Affaire Ragnar Rylander, à suivre sur www.prevention.ch/rylanderpm.htm.

 

4) Coordination du Village Prévention et environnement 2002 à la Foire de Genève (50ème anniversaire et Floralies 2002). Les Départements de l’action sociale et de la santé et de l’intérieur, de l’agriculture et de l’environnement ont reconduit leurs soutiens. Le Département de l’instruction publique et la Ville de Genève devraient aussi y participer (demandes en cours).

 

5) 25è édition de la Course de l’Escalade.

 

6) Partenariat toute l’année avec Léman Bleu Télévision dans l’émission sportive du lundi soir.

 

7) Poursuite du soutien à OxyGenève.

 

8) Aménagement de l’Arcade Carrefour Prévention.

 

9) Editions Carrefour Prévention : Edition d’un nouveau livre en septembre sur les dépendances, par deux professionnels de la santé genevoise.

 

10) Développement du site www.prevention.ch, etc.

 

_______________________________________________________________________________________________________________

 

 

XVI.        Conclusions

 

2001-2002 a une fois de plus démontré que la santé publique suisse devait s’affirmer et gagner en reconnaissance. Certaines et certains pensent encore que la prévention du tabagisme est le combat de quelques illuminés, sectaires, aveuglés, et ne travaillant que pour leur propre publicité. Puisse ce rapport d’activité 2001 et ses Perspectives 2002 leur apporter les éléments de réflexion leur permettant de découvrir un travail professionnel de santé publique, au service de la population de notre canton et de notre pays. Les 10'000 personnes qui décèdent chaque année, en Suisse, des conséquences du tabagisme actif et passif, méritent cette démarche de respect.

 

J’aimerai remercier très chaleureusement mon Comité, qui m’a plus que jamais, dans le cadre du procès en diffamation, apporté tout son soutien. Un merci tout particulier à son Président d’honneur, le Dr Hubert Varonier, au Président Yves Beyeler et au Trésorier Philippe Battiaz.

 

Mon estime va aussi à Mme Katia Dutilleul, qui m’accompagne avec compétence et compréhension depuis la création, en 1991, du CIPRET-Genève.

 

Permettez-moi, pour terminer d’avoir une pensée émue pour une personnalité qui a marqué la santé publique genevoise et qui a contribué de manière prépondérante, il y a plus de 10 ans, à la formation du médecin responsable du CIPRET-Genève. Il s’agit de Mme Dr Danielle LECOMTE, trop tôt disparue, qui a su porter un regard à la fois aigu, compétent, empreint d’humour sur la problématique de la prévention auprès des jeunes. Pendant de nombreuses années, le CIPRET-Genève a bénéficié de son expérience dans le cadre d’un partenariat fructueux avec l’EPS (Education pour la santé – Service de santé de la jeunesse).

 

 

Excellent 10ème Anniversaire au CIPRET-Genève !

 

 

                                                                                  Dr Jean-Charles RIELLE

                                                                                  Médecin directeur

 

 

 

Genève, le 18 juin 2002.

 

 

P.S. Deux publications en 2001

 

Vers un rationnement caché des soins?

Compte rendu du Colloque de la Société suisse pour la politique de la santé (SSPS)-Université de Genève-Jeudi 12 octobre 2000, Médecine&Hygiène 2333, 7 février 2001, 340-341, J.-Ch. Rielle et S. Jacquemet

 

Ages at Initiation of Cigarette Smoking and Quit Attempts Among Women: A Generation Effect
American Journal of Public Health 71-74 | January 2002, Vol 92, No. 1
Alfredo Morabia, MD, PhD, Michael C. Costanza, PhD, Martine S. Bernstein, MD and Jean-Charles Rielle, MD
Alfredo Morabia, Michael C. Costanza, and Martine S. Bernstein are with the Division of Clinical Epidemiology, Geneva University Hospital, Geneva, Switzerland. Jean-Charles Rielle is with the Centre d'information prévention tabagisme (Centre for Information on Smoking Prevention), Geneva, Switzerland.

 

 

Annexes

 

 

 

-         Comptes de profits et pertes 2001                                           34

 

-         Bilan 2001                                                                                   36

 

-         Dossier Sport sans tabac                                                           37

 

-         Quelques Lettres ouvertes et Textes publiés ‘01-‘02            42

 

        Lettre ouverte au Président du Conseil national Peter Hess                           42

 

        2è Lettre ouverte à Monsieur. Peter Hess                                            43

 

        Cannabisme : et si l’on nuançait notre enthousiasme !                             44

 

        Tabagisme, cannabisme et cynisme : les limites de la prévention               45

 

        Communiqué de presse et lettre ouverte                                              49

        (faire-part) aux Parlementaires fédéraux et au Conseil fédéral

 

        Journée mondiale sans tabac « Le sport sans tabac »                              52

 

        Vers un rationnemnent caché des soins?                                                                 54

        Compte rendu du Colloque de la Société suisse pour la politique de la santé (SSPS)

             Université de Genève-Jeudi 12 octobre 2000, Médecine&Hygiène 2333,

             7 février 2001, 340-341, J.-Ch. Rielle et S. Jacquemet

 

             SPECTRA - Juillet 2001 - N°27 – Forum politique prévention tabagisme               56

             Office fédéral de la santé publique - Berne

 

-         Dossier procès affaire Ragnar Rylander (Extraits)               58

 

 

 

 

                                                                  

 

 

Aux Clubs et Organismes sportifs de notre Canton

 

Genève, mai 2002

 

Mesdames, Messieurs,

 

Le vendredi 31 mai prochain sera, comme chaque année à pareille date, la Journée mondiale sans tabac de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cette année, le thème nous est particulièrement cher puisqu’il s’agit du slogan « Le sport sans tabac ».

 

Notre canton, actif en matière de prévention et de promotion de la santé, vous propose de vous associer à cet événement.

 

LaOla, la prévention dans les clubs de sports (Office fédéral de la santé publique, Office fédéral du sport et Swiss Olympic) mène, sous le slogan « sport. espace sans fumée », cette action au niveau national dans le cadre de la campagne de prévention du tabagisme « Fumer, ça fait du mal..__». Le début sera marqué par une conférence de presse au Musée Olympique à Lausanne le 16 mai 2002.

 

Dans une action commune des cantons de Genève, Fribourg et Zurich, en accord avec l’OMS et en collaboration avec l’OFSP (Office fédéral de la santé publique), nous renforçons cette action et invitons les clubs et organismes sportifs à adhérer aux objectifs de la Charte. Si vous faites le choix de participer et de nous retourner au plus vite l’Engagement annexé dûment signé, vous recevrez la Charte nationale imprimée à afficher dans votre Club et pourrez en échange apposer les logos officiels « Le Sport sans tabac » (OMS et/ou LaOla) sur l’ensemble des documents que votre club ou organisme produit (papier en-tête, affiches, programmes des manifestations sportives, etc). De plus, et pour vous remercier, vous prendrez part automatiquement au concours cantonal annexé, ainsi qu’au tirage national avec délai d’inscription au 16 septembre 2002.

 

L’action des trois cantons fera l’objet d’une conférence de presse le mercredi 29 mai à Fribourg, et le jeudi 30 mai à Zurich et Genève et sera ainsi présentée au public. A Genève, sera notamment présent, entouré de sportifs de notre Canton, Monsieur le Conseiller d’Etat Pierre-François Unger, en charge du Département de l’action sociale et de la santé.

 

Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

 

Recevez, Mesdames, Messieurs, Chers amis-ies du sport, nos très cordiales salutations.

 

Pour l’AGS                                                                          Pour le CIPRET-Genève

                                                 

Raymond WALTHER                                                           Dr Jean-Charles RIELLE

Président                                                                              médecin responsable

 

Annexes mentionnées.

 

Association Genevoise des Sports                                                              CIPRET-Genève

Maison des Sportifs - Villa Le Plonjon                                                         Rue Henri-Christiné 5

Case postale 3062 - CH-1211 Genève 3                                                   case postale 567 - CH-1211 Genève 4

                                                                                                                            

Tél. + fax 022 735 61 60 - Mobile 079 310 45 10                                       Fax 022 346 26 08 - Mobile 079 436 80 20

www.sports-geneve.ch - sports-geneve@span.ch                                   www.prevention.ch - carprev@iprolink.ch

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

  

 

Jumelage Genève – Fribourg – Zürich

Journée mondiale et nationale sans Tabac - Vendredi 31 mai 2002

 

Zürich, Fribourg et Genève ont décidé de s’unir afin de répondre aux demandes de

l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS, de l’Office fédéral de la santé (OFSP)

et de l’Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT).

 

 

 

Sports sans tabac – jouons clean !

 

En réponse à l’appel général, l’OMS et ses partenaires lancent une campagne pour libérer le sport de toute forme de tabagisme – consommation de tabac, exposition au tabagisme passif, publicité, promotion et marketing pour le tabac.

 

Les Centres de contrôle des maladies et de la prévention nord-américains (CDC), le Comité  international olympique (CIO,), la Fédération internationale de football amateur (FIFA), la Fédération internationale de l’automobile (FIA), l’Aide olympique et les autres organisations sportives régionales et locales rejoindront l’OMS dans sa campagne pour le sport sans tabac. Des manifestations antitabac ont été et seront organisées dans le monde entier, y compris dans le cadre des jeux olympiques 2002 de Salt Lake City et lors de la prochaine Coupe du monde de football en Corée et au Japon.

 

Les athlètes, les organisations sportives, les autorités sportives nationales et locales, les équipes sportives scolaires et universitaires, les médias sportifs et toutes les personnes intéressées par l’activité physique sont invités à rejoindre la campagne pour un sport sans tabac.

 

L’OMS exhorte la population à défendre ses droits à la santé, à une vie saine et à protéger les générations futures d’une mort prématurée et de maladies causées par le tabac.

 

 

 

Logos à disposition à télécharger sur

www.prevention.ch/jmst2002.htm

 

 

 

 

Logos de l’OMS              Logo national de LaOla

 

 

 

 

 

 

 

 

Concours cantonal SFR 2000.-

 

 

 

1er Prix   SFR   1’000.-

2è Prix   SFR   500.-

3è Prix   SFR   250.-

4è Prix   SFR   150.-

5è Prix   SFR   100.-

 

Délai d’inscription : 16 septembre 2002

 

La participation au Concours cantonal donne automatiquement droit au Tirage national

 

 

 

 

 

 

 

Promotion 31 mai 2002

 

 

Affichage bus

Dossiers Clubs sportifs

Site internet www.prevention.ch/jmst2002.htm

 

Genève Clip TSR1 avec l’Association des Pharmacies de Genève

 

 

Mercredi 29 et Jeudi 30 mai 2002

Conférence de Presse – Zürich (30 mai) – Fribourg (29 mai) – Genève (30 mai)

avec la présence de personnalités politiques, sportives et associatives

 

 

Vendredi 31 mai 2002

Manifestations publiques : Zürich – Fribourg - Genève et OMS

La prévention du tabagisme abat le Röstigraben!

 

 

 

 

 

 

 

Coupon-réponse - à retourner par

 

fax 022 329 11 27  -  poste CIPRET-Case postale 567 1211 Genève 4  -  email carprev@iprolink.ch

 

Délai d’inscription : au plus vite ! Dernier délai 16 septembre 2002

 

__________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

Objectifs  Sur une base strictement volontaire, s’engager à:

 

- promouvoir le sport sans tabac, notamment auprès des jeunes;

 

-  organiser des événements sportifs et autres activités du Club sans promotion directe et indirecte pour le tabac;

 

- favoriser un environnement sans tabac afin d’éviter l’exposition à la fumée passive.

 

__________________________________________________________________________________________________

 

 

Engagement

 

 

- Notre Club sportif / Organisme s’engage à respecter les présents objectifs.

 

- Dés le retour de cet Engagement, notre Club sportif / Organisme recevra la Charte nationale imprimée à afficher et  pourra adjoindre sur tout document (papier en-tête, affiche, programme de manifestation, etc.) produit par le Club, au choix, les logos sur le thème Sport sans Tabac de l’OMS et/ou de LaOla.

 

- Par notre engagement, notre Club / Organisme participe automatiquement au Concours cantonal et au tirage national.

 

 

Nom du Club/Organisme            ……………………..……………………………………………

 

Responsable              Nom            ……………………………   Prénom…………..……………...

 

Adresse                      Rue             …………………………………….     ………..

 

                                   Localité       ……………………………………………….  NP  ……………

 

                                   Téléphone   022 ……………………….   Fax   022 ………………………...

 

                                   Site internet  www.                                   Email                          @

 

 

 

   Fait à                             , le                  2002                    Signature et tampon

 

 

 

 

                                                                  

 

Les Premiers Clubs et Organismes sportifs

genevois qui s’engagent !

Au 28mai 2002…

 

- Association Cantonale Genevoise de Football

- Association des Clubs sportifs de Varembé

- Association Genevoise d’Athlétisme

- Association Genevoise de Natation

- Bicross Club Genève

- Ecole Kim Tae Kwon Do Genève

- Genève Escalade

- Genève Rink-Hockey Club

- Groupement Sportif des Services Industriels de Genève (GSSIG)

- Handisport Genève

- Service des loisirs de la jeunesse (Département de l’instruction publique)

- Société Genevoise de Sumo (SGS)

- Stade Genève Athlétisme

- Tchoukball Club Genève

- Triathlon Club de Genève

- Vel d’Hiv de Genève

- CLASSIQUE GENEVOISE.CH

- Motocross Club MCC Les Meyrinos

 

 

…Venez nous rejoindre !

 

 

Monsieur le Président du Conseil national

Peter Hess

par e-mail law@eichlin-hess.ch

 

Lettre ouverte à Monsieur le Président du Conseil national:

Monsieur Peter Hess, ayez le courage de démissionner!

Genève, le 13 février 2001

 

Monsieur le Président du Conseil national,

 

Les dernières révélations par la presse des pratiques de certains Conseillers nationaux quant à leur participation à certains conseils d'administration, mandats passés sous silence sous prétexte que la taille de la société et celle du mandat seraient trop petite pour devoir les déclarer, est un véritable scandale. Il suffit donc à une multinationale d'utiliser de petites sociétés affiliées pour s'assurer le fidèle soutien de parlementaires fédéraux, quitte peut-être à fractionner les mandats. A vérifier!

 

Monsieur Hess, vous êtes le premier de nos citoyens et vous n'avez pas hésité à vous lier financièrement à des sociétés qui mettent en vente des produits tuant plus de 8000 de nos concitoyennes et concitoyens, chaque année!

 

Le rapport de janvier 2001 de l'Organisation Mondiale de la Santé, mentionnant la mainmise des cigarettiers sur la santé publique suisse et les lois de notre pays, annonçait de tels scandales.

 

Les scandales du sang contaminé et de l'amiante en France ainsi que celui de la vache folle en Angleterre et en Allemagne ont démontré les limites franchies par certains qui n'hésitent pas à faire de leurs mandats politiques la vache à traire pour leurs retraites économiques. Où situez-vous l’éthique dans tout cela ?

 

Ayez donc le courage de démissionner et de faire un acte courageux en révélant l'ensemble de vos mandats qui vous empêche d'être un homme totalement libre. D'autres avec ou après vous devront le faire. C'est le prix à payer pour que le-la politique dans notre pays retrouve la confiance des électrices et électeurs!

 

Et ne m'accusez pas de sombres manoeuvres politiciennes, ne faisant pas plus de cadeau à ma camarade Ruth Dreifuss qui a su, quant à elle, conserver l'éthique indispensable à sa noble fonction.

 

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président du Conseil national, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Dr Jean-Charles RIELLE

 

Médecin

Membre de la Commission fédérale consultative d'experts pour la prévention du tabagisme

Membre du comité de l’AT-Berne

Association suisse pour la prévention du tabagisme

Membre de Globalink - Réseau mondial de prévention du tabagisme

 

Copie aux Représentantes et Représentants des Médias.

 

 

Monsieur le Président du Conseil national Peter Hess

par e-mail law@reichlin-hess.ch

 

Deuxième Lettre ouverte à Monsieur le Président du Conseil national:

Monsieur Peter Hess, abandonnez vos fonctions politiques et consacrez-vous dorénavant, et avec le talent que l'on vous reconnaît, à vos affaires commerciales!

 

Genève, le 6 mai 2001

 

Monsieur le Président du Conseil national,

 

Le 13 février dernier, j’étais l’un des premiers citoyens de notre pays à réclamer votre démission de la Présidence du Conseil national - demande relayée par les médias suisses et que vous pouvez consulter sur le site http://www.prevention.ch/hess.htm - après les terribles révélations de votre appartenance à des conseils d’administration de sociétés vendant du tabac, produit tuant plus de 8'000 de nos concitoyens chaque année. Il faut préciser que vous avez démissionné de ces sociétés après que le Sonntagsblick vous a confronté à des documents internes à l’une de ces sociétés, documents qui prouveraient le lien de l’entreprise avec la contrebande internationale de cigarettes et en particulier avec un présumé parrain du trafic de tabac au Monténégro, toujours selon les médias. Rassurez-vous, car d’autres que vous, appartenant au monde scientifique, n’ont eux aussi pas hésité à se lier financièrement avec les cigarettiers, révélations à consulter sur le site http://www.prevention.ch/rylander.htm.

 

N’ayant pas reçu de votre part le moindre élément de réponse à ma première lettre, et ayant eu le triste privilège depuis de constater au travers des titres de la presse que d’autres « Casseroles pour Peter Hess »1 vous rattrapaient, je lis avec effroi dans la presse dominicale de ce jour que les accusations se multiplient. Vos propres amis politiques semblent enfin vous demander, au travers du Téléjournal de la Télévision Suisse Romande - TSR1 - de ce jour, des explications plus minutieuses voire de vrais comptes. (1 cf. l’article sur votre appartenance à la « Task Force chargée de défendre les intérêts du riche canton de Zoug dans la bagarre de la péréquation financière » paru dans Dimanche.ch du 18 février 2001, et que vous pouvez consulter sur http://www.prevention.ch/hessdimch180201.jpg).

 

Je me permets donc de vous réitérer ma première demande, celle d’avoir le courage de démissionner de vos fonctions politiques actuelles et de vous consacrer dorénavant et avec le talent que l’on vous reconnaît, à vos affaires commerciales.

Je suis prêt tout de même et si vous daignez m’expliquer vos agissements à prendre connaissance de votre prochaine réponse. Si ce n’était pas le cas, je devrais en tirer la conclusion que ma démarche était totalement fondée.

 

Dans l’attente de votre éventuelle réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président du Conseil national, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Dr Jean-Charles RIELLE

 

Médecin, Membre de la Commission fédérale consultative d'experts pour la prévention du tabagisme

 

Copie aux Représentantes et Représentants des Médias.

 

 

 

 

Cannabisme : et si l’on nuançait notre enthousiasme !

 

Texte paru dans Repère social N°36 – avril 2002

 

 

Les consommateurs réguliers de stupéfiants (quelque soit la substance en cause) doivent être considérés comme des personnes dépendantes et non comme des criminels. Pour le médecin que je suis, il me paraît donc tout à fait cohérent de soutenir une dépénalisation de la consommation de l’ensemble des drogues. Renoncer à pénaliser ne signifie pas automatiquement encourager et autoriser la consommation sans cadre préventif.

 

La politique fédérale, dans sa proposition de nouvelle loi fédérale, va dans ce sens, tout en ayant pris la précaution de proposer une variante uniquement sur le chanvre. Elle avait auparavant défini sa politique des 4 piliers (prévention - thérapie et réinsertion - réduction des risques et aide à la survie -contrôle et répression).

 

Cette politique réaliste, diversifiée et appliquée avec grande nuance et responsabilité politique et professionnelle dans notre canton a fait ses preuves. C’est donc forts de ces certitudes, que les ténors de la liberté de consommation, soixant’huitards-es nostalgiques et consommateurs en tout genres claironnent que le cannabis ne représente aucun danger pour la santé.

 

Il est bien clair que l’on fait la différence entre une consommation récréative, style fin de semaine, et une consommation compulsive dès 7h du matin, où l’on fume un joint comme on boirait un verre de vin pour supporter l’idée de démarrer sa journée. Cette consommation répétée, égrenant la journée et souvent la soirée, s’accompagne trop souvent de démotivation et de banalisation de l’échec et touchent en premier les plus vulnérables. A cela s’ajoutent la difficulté bien réelle du financement, pour les jeunes notamment, d’une telle consommation, et en conséquence certaines prises de risques supplémentaires pour équilibrer le budget.

 

Quant à la toxicité du cannabis, reconnaissons tout de même que dans l’immense majorité de sa consommation il est mélangé avec le tabac (produit hautement toxique) et fumé (avec son cortège de substances résiduelles de la combustion), et qu’il ne saurait donc être sans danger comme on le proclame. Il n’est pas simple d’ailleurs, lorsque l’on s’occupe de prévention du tabagisme de se laisser bercer par les chantres de la légalisation d’une troisième drogue.

 

Actuellement, les mots dépendance (psychique et/ou physique), toxicité, dépénalisation, libéralisation et légalisation sont abondamment commentés voire mélangés (comme on le ferait pour un joint…) au point que le citoyen et notamment les jeunes ne savent plus bien si la loi est passée ou doit encore être votée.

 

La société suisse va, ces prochains mois, en vue de la votation, longuement commenter les avantages et les inconvénients de la dépénalisation et d’une certaine légalisation de la vente contrôlée et certes accompagnée de messages de prévention. Il faut toutefois rappeler que cette loi prévoit 18 ans comme âge légal et ne résout donc en rien la problématique posée par la consommation des mineurs. Et ce n’est pas l’attitude irresponsable qu’affiche le Conseil fédéral en matière de prévention du tabagisme, ayant privilégié éhontement l’économie au détriment de la santé publique, qui nous rassure. Quelle assurance en effet attendre de décisions si « hypocrites et fallacieuses » comme l’a spécifié le bureau de la santé à Berne, le Conseil fédéral n’hésitant pas ainsi à désavouer  son propre Office fédéral de la santé publique et les dizaines de milliers de professionnels-elles de la santé.

 

Un autre aspect est celui de la consommation sur le lieu de travail et donc à l’école ? Comme l’alcool ou tout autre produit modifiant la vigilance, le cannabis doit y être clairement proscrit. Il en va de la sécurité au travail et de l’attention soutenue que réclament des études bien conduites

 

Comme on le voit, acceptons de nous poser quelques questions supplémentaires. Personne ne peut prétendre détenir la solution, encore moins la vérité. Le constat de l’échec de la seule répression et la volonté de développer de nouvelles stratégies de prévention nous poussent à explorer ces pistes.

 

Une chose est certaine, il faut voter et vite, car plus dangereux que la consommation de drogues sont l’incohérence et le manque d’un cadre légal clair permettant aux jeunes de se confronter et de devenir adulte. A chacune et chacun de nuancer sa réponse. En ce qui me concerne, je voterai oui à la dépénalisation, m’assurant au préalable que l’élaboration des mesures de prévention et leur financement auront été clairement explicités. Ce Conseil fédéral ne mérite pas notre confiance et même pas notre indulgence.

 

Dr Jean-Charles Rielle, Carrefour Prévention-Genève

 

 

 

THS5  Exposé du Dr Jean-Charles Rielle

 

 

Médecin responsable du CIPRET-Genève (Centre d’information et de prévention du tabagisme)

Membre de la Commission fédérale consultative d’experts pour la prévention du tabagisme - Département fédéral de l’intérieur

 

 

Tabagisme, cannabisme et cynisme: les limites de la prévention!

 

De la responsabilité des politiques en santé publique, après les scandales

du sang contaminé, de l’amiante et de la vache folle, voire de l’uranium!

 

 

Après les scandales du sang contaminé et de l’amiante, en France, et de la vache folle en Angleterre, l’opinion publique est très émue et demande avec véhémence aux différentes autorités sanitaires nationales d’être totalement responsables en matière de politique sanitaire.

 

Quelle est la situation, en Suisse, sur le plan de la santé publique et des responsabilités quant à l’épidémie de tabagisme ?

 

Dans nos pays, le tabagisme est la principale cause évitable de mortalité et de maladie. Un tiers de la population suisse consomme du tabac, 38% d’hommes et 27% de femmes, avec une tendance à la hausse chez les femmes. Le nombre des 15-19 ans qui fument est en très forte augmentation ces dernières années, et le tabagisme débute de plus en plus tôt chez les jeunes. Quant au tabagisme passif, il touche 40% de la population.

 

Un fumeur sur deux meurt d’une maladie attribuable au tabagisme. Chaque année, le tabagisme tue plus de 8000 personnes en Suisse. Il est à l’origine d’un décès sur huit. C’est plus que la totalité des décès dus aux accidents de la route (700), aux drogues illégales (310), au sida (80), aux cirrhoses alcooliques (650) et aux suicides (1’500). Le tabagisme réduit l’espérance de vie d’environ 8 ans: 80% des non-fumeurs mais seulement 60% des fumeurs sont encore en vie à 70 ans. En Suisse, 50 à 70 % des fumeurs désirent, à des degrés divers cesser de fumer et 1/3 essaye chaque année avec un taux de réussite encore trop faible.

 

En 1998, le Professeur Claude Jeanrenaud et son équipe ont réalisé, sur mandat de l’Office fédéral de la santé publique, une étude sur les vrais coûts du tabagisme. Elle a démontrée que le tabac coûte plus qu’il ne rapporte, soit 10 milliards de francs par an. Cette somme qui représente environ 3% du produit intérieur brut suisse est l’addition des frais de santé (1,2 milliard dus aux prestations médicales), des pertes de productivité et des sommes évaluées hypothétiquement par les personnes interrogées pour échapper aux souffrances et aux décès provoqués par le tabagisme.

 

Malgré tous ces chiffres alarmants, le tabac et son cortège de pathologies (cancers, maladies respiratoires et cardio-vasculaires…) est banalisé par une certaine société « infiltrée » par la pensée des cigarettiers et leurs méthodes « quasi-maffieuses ». N’ont-ils pas persister à mentir de trop nombreuses années sur les dangers connus du tabagisme et sur la dépendance à la nicotine ? Des compagnies de tabac ne sont-elles pas actuellement accusées de contrebande et de blanchiment d’argent sale ? Notre propre président du Conseil national (2000-2001), donc premier citoyen de notre pays, a dû démissionner de 48 conseils d’administration dont 2 représentant les cigarettiers.

 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a attiré l’attention des autorités sanitaires nationales en mettant dans ses deux priorités, pour les prochaines années, le tabagisme et le paludisme.

 

L’OMS a clairement émis ses recommandations pour limiter l’ampleur de cette épidémie.

 

Or, contrairement aux luttes contre le sida et contre les toxicomanies illégales, qui disposent chacune de plus de 10 millions de francs, la prévention du tabagisme, en Suisse, n’a disposé, durant de trop longues années que de 2 millions et demi. Ce déséquilibre financier est dû à l’action efficace du lobby des cigarettiers. Il est vrai qu’il n’y a pas de lobbys légaux pour devenir séropositif ou pour s’injecter de l’héroïne!

 

De plus, depuis plus de 10 ans, le Conseil fédéral suisse n’a manifesté aucune intention de lutter efficacement contre le tabagisme. Bien au contraire, par collégialité, le Conseil fédéral n’a pas hésité même à prendre la défense des cigarettiers, lors de la votation populaire pour l’interdiction de la publicité en faveur du tabac.

 

Cependant, le programme de l’OFSP (Office fédéral de la santé publique) 2001-2005 de prévention du tabagisme laisse poindre quelques espoirs. Pourtant, il aura des effets très limités s’il reste, lors du prochain budget 2001voté par les chambres fédérales, sans moyens financiers adaptés. Nous avons donc demandé aux parlementaires suisses, dès le vote du budget 2001, de clairement démontrer leur volonté de donner les moyens financiers pour combattre l’épidémie du tabagisme. Nous avons également demandé que le budget 2002 donne les mêmes moyens financiers à la prévention du tabagisme, soit 10 millions par an, que ceux qui ont fait leurs preuves, dans notre pays, dans la lutte contre le sida et les toxicomanies illégales.

 

Ces 10 millions par an pour la prévention du tabagisme démontreront leur prise de responsabilité dans la lutte contre cette épidémie. Si cette demande de financement minimale devait rester sans suite, nous devrions envisager alors d’autres approches, telles que des procédures judiciaires en Suisse ou à l’étranger. Ces procédures viseraient alors à mettre en cause les diverses responsabilités et notamment la responsabilité du Conseil fédéral suisse dans l’épidémie du tabagisme. Désormais, les Responsables politiques suisses, ne pourront plus dire « Je ne savais pas ! ».

 

Echapperons-nous au scandale suisse, dans les années 2010, de l’inaction de certains-es de nos politiques quant à l’épidémie de tabac ?

 

Genève et son ministre de la santé ont fait leur choix courageux et responsable, celui de donner les ressources morales, politiques et financières à la prévention des dépendances et à la promotion de la santé en général.

 

Par exemple lors de Tabexpo (Congrès mondial des cigarettiers-19 au 22 octobre 1998 à Palexpo-Genève), la Prévention genevoise et suisse du tabagisme a accueilli ces drôles de congressistes à sa manière ! Citons le texte produit alors :

 

Pour paraphraser le titre de la déclaration faite par M. le Conseiller d’Etat genevois Guy-Olivier Segond, Genève, une fois de plus, affronte le paradoxe de la liberté ! Liberté de vendre et de promouvoir un produit légal, le tabac, produit qui tue toutes les 9 secondes dans le monde et chaque heure en Suisse. Liberté de se réunir à Palexpo pour développer des synergies de marketing encore plus offensif auprès notamment des pays de l’Est, de l’Asie et de l’Afrique, marketing ciblant surtout les jeunes dès leur plus jeune âge et les femmes. Liberté à la prévention du tabagisme et au CIPRET-Genève, organisme subventionné par la Direction générale de la santé publique (Département de l’action sociale et de la santé – Genève), avec le concours de l’Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT-Berne), de développer une vaste campagne de visibilité avec les slogans bien connus du CIPRET-Genève J’embrasse les non-fumeurs et de Besançon non fumeur Non fumeur, c’est meilleur! sous forme d’affichage sur des panneaux le long des principales artères conduisant à Palexpo et en Ville de Genève et sur plus de 100 bus, notamment sur les lignes amenant les congressistes à Palexpo ! Liberté de développer une campagne médiatique dans des quotidiens suisses sous forme de pleines pages avec des déclarations claires et combatives de personnalités politiques et de la santé publique qui ont apporté leur complet soutien à la campagne et qui se sont retrouvés au lunch à l’Hôtel Intercontinental de Genève, sur invitation du ministre de la santé, en l’honneur de la nouvelle Directrice Générale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS-WHO), Madame Dr Gro Harlem Brundtland. Liberté à la prévention de dénoncer le cadeau fiscal, accordé chaque année aux cigarettiers, de plus de 500 millions de francs suisses (plus d’un ½ milliard !), la Suisse étant le pays qui impose le moins le paquet : 56,74% actuellement avec la TVA contre 83,4% au Portugal ou 75,4% en France, et tout cela au moment où, au niveau du budget de la Confédération, l’on coupe dans les budgets du social et du chômage, sans compter les hausses des primes des caisses-maladie découlant notamment des coûts médicaux engendrés par le tabac. C’est à notre connaissance la première fois que le congrès mondial des cigarettiers est accueilli de cette manière, dénonçant ainsi le cynisme de ces milieux qui, pour des raisons économiques, nient les conséquences du tabagisme! A ce titre, certains cigarettiers basés en Suisse continuent à mentir à la population ne reconnaissant pas la dépendance à la nicotine et le ciblage des jeunes, faits que leurs propres collègues basés aux Etats-Unis ont avoué ! La Suisse serait-elle le dernier camp retranché des dealers du tabac ?

 

Permettez-moi de citer quelques considérations scientifiques et éthiques, concernant le tabagisme et prononcés lors de Tabexpo:

 

J’estime personnellement que tous ceux qui favorisent l’usage du tabac prennent une lourde responsabilité Guy-Olivier SEGOND, Conseiller d’Etat, chargé du Département de l’action sociale et de la santé, République et canton de Genève.

 

La cigarette est probablement le seul produit manufacturé qui tue son acquéreur s’il est employé correctement Prof. Thomas Zeltner, Directeur de l’Office fédéral de la santé publique.

 

Je suis médecin et je crois à la science et aux faits. Aujourd’hui, je dois le dire ici : le tabac tue. Nous devons constituer une vaste alliance contre le tabac. Les enfants sont les plus vulnérables, et c’est à un jeune âge que les habitudes se forment. L’industrie du tabac le sait et agit en conséquence (Mme Dr Gro Harlem Brundtland, Directrice Générale de l’Organisation Mondiale de la santé, OMS).

 

Le tabac entraîne 1 décès toutes les 9 secondes ! Le marketing offensif des cigarettiers vise sélectivement les ‘‘marchés émergeants’’, c’est à dire les jeunes du monde entier et l’ensemble des habitants des pays en développement. On peut déjà prévoir un XXIè siècle ‘‘inauguré’’ par une épidémie mondiale de cancers et autres maladies pulmonaires ainsi que cardio-vasculaires. La totalité de ce fléau incombera aux producteurs, manufacturiers et dealers du produit incriminé (Prof. André Rougemont Directeur de l’Institut de médecine sociale et préventive, Faculté de Médecine de Genève).

 

Quant au Dr Gro Harlem Brundtland, elle déclarait en octobre 2000 après les auditions du Geneva Public Hearings : D’une manière générale, les sociétés productrices de tabac ont appuyé les politiques et les mesures dont on sait qu’elles ont un impact limité sur le tabagisme des jeunes et des adultes. Elles semblent être opposées aux interventions que l’OMS, la Banque mondiale et les experts de la santé publique ont reconnues comme ayant des effets mesurables et durables sur l’usage du tabac, et qui associent les mesures suivantes : augmentation des taxes sur le chiffre d’affaires, interdiction de la publicité, du parrainage et du marketing en faveur du tabac, limitation du tabagisme dans les lieux publics, élargissement de l’accès aux méthodes efficaces pour arrêter de fumer, contre-publicité sans indulgence, sanctions rigoureuses contre la contrebande. J’espère que les Etats Membres privilégieront ces interventions lorsqu’ils examineront les mesures à inclure tant dans la convention-cadre que dans leurs lois et politiques nationales. Il ressort de nos analyses que la position de l’OMS et de la plupart des Etats Membres est radicalement différente de celle des sociétés productrices de tabac. Pour sa part, l’OMS réclame instamment la mise en oeuvre immédiate des mesures dont il est notoire qu’elles ont pour effet durable de réduire le tabagisme. Nous souhaitons que cela soit fait sans ingérence de la part des sociétés productrices de tabac. Or, il semble que celles-ci vont continuer à faire obstacle aux mesures propres à diminuer réellement le nombre des fumeurs et des nouveaux fumeurs.

 

Au début 2001, Les révélations par la presse suisse des pratiques de certains Conseillers nationaux quant à leur participation à certains conseils d’administration, mandats passés sous silence sous prétexte que la taille de la société et celle du mandat seraient trop petites pour devoir les déclarer, furent un véritable scandale. Il suffisait donc à une multinationale d’utiliser de petites sociétés affiliées pour s’assurer le fidèle soutien de parlementaires fédéraux, quitte peut-être à fractionner les mandats.

 

Dans 1 première lettre ouverte écrite à Monsieur Peter Hess, Président du Conseil national et premier citoyen suisse, je lui signifiais : Vous êtes le premier de nos citoyens et vous n’avez pas hésité à vous lier financièrement à des sociétés qui mettent en vente des produits tuant plus de 8000 de nos concitoyennes et concitoyens, chaque année! Le rapport de janvier 2001 de l’Organisation Mondiale de la Santé, mentionnant la mainmise des cigarettiers sur la santé publique suisse et les lois de notre pays, annonçait de tels scandales. Les scandales du sang contaminé et de l’amiante en France ainsi que celui de la vache folle en Angleterre et en Allemagne ont démontré les limites franchies par certains qui n’hésitent pas à faire de leurs mandats politiques la vache à traire pour leurs retraites économiques. Où situez-vous l’éthique dans tout cela ? Ayez donc le courage de démissionner et de faire un acte courageux en révélant l’ensemble de vos mandats qui vous empêche d’être un homme totalement libre. D’autres avec ou après vous devront le faire. C’est le prix à payer pour que le-la politique dans notre pays retrouve la confiance des électrices et électeurs!.

 

Je poursuivais dans une seconde lettre ouverte : Le 13 février dernier, j’étais l’un des premiers citoyens de notre pays à réclamer votre démission de la Présidence du Conseil national - demande relayée par les médias suisses - après les terribles révélations de votre appartenance à des conseils d’administration de sociétés vendant du tabac, produit tuant plus de 8’000 de nos concitoyens chaque année. Il faut préciser que vous avez démissionné de ces sociétés après que le Sonntagsblick vous a confronté à des documents internes à l’une de ces sociétés, documents qui prouveraient le lien de l’entreprise avec la contrebande internationale de cigarettes et en particulier avec un présumé parrain du trafic de tabac au Monténégro, toujours selon les médias. Rassurez-vous, car d’autres que vous, appartenant au monde scientifique, n’ont eux aussi pas hésité à se lier financièrement avec les cigarettiers. N’ayant pas reçu de votre part le moindre élément de réponse à ma première lettre, et ayant eu le triste privilège depuis de constater au travers des titres de la presse que d’autres « Casseroles pour Peter Hess » vous rattrapaient, je lis avec effroi dans la presse dominicale de ce jour que les accusations se multiplient. Vos propres amis politiques semblent enfin vous demander, au travers du Téléjournal de la Télévision Suisse Romande de ce jour, des explications plus minutieuses voire de vrais comptes. ( cf. l’article sur votre appartenance à la « Task Force chargée de défendre les intérêts du riche canton de Zoug dans la bagarre de la péréquation financière » paru dans Dimanche.ch du 18 février 2001. Je me permets donc de vous réitérer ma première demande, celle d’avoir le courage de démissionner de vos fonctions politiques actuelles et de vous consacrer dorénavant et avec le talent que l’on vous reconnaît, à vos affaires commerciales…

 

En mars 2001, avec Pascal Diethelm, Président d’OxyGenève (autre association de prévention du tabagisme) nous avons dénoncé une fraude scientifique sans précédent mettant en cause un Professeur de la Faculté de Médecine de Genève, qui travaillait depuis environ les années 70 pour les cigarettiers. Dans le Communiqué de presse, nous mentionnions : Pendant plus de 25 ans, ces travaux de recherche étaient payés par l'industrie du tabac. Le principal dirigeant de ces travaux, le Professeur Ragnar Rylander, professeur d'hygiène à la Faculté de Médecine de l'Université de Genève, puis Professeur à l'Université de Gothenburg, Suède, était secrètement employé par Philip Morris USA et payé par les Fabriques de Tabac Réunies (FTR, Neuchâtel). La conclusion d'un de ses projets sur les infections respiratoires chez les jeunes enfants et facteurs de l'environnement "la fumée de tabac dans l'environnement ne modifie pas les risques de maladie [chez les jeunes enfants]", laisse pantois. Comment ne pas remettre en cause l'objectivité de ces travaux lorsqu'on apprend que Ragnar Rylander était l'un des consultants les plus grassement payés de Philip Morris ? Son long parcours commence à Genève au début des années 70 …

En 1972, alors qu'il est au Bureau de Protection de l'Environnement suédois, Ragnar Rylander envoie une lettre à Philip Morris HQ (Richmond, Virginia)
. Il indique qu'il a l'intention de déménager à Genève et il propose alors ses services à Philip Morris comme Consultant, secrètement et en exclusivité. Sa proposition est reçue favorablement. Il est engagé comme représentant de Philip Morris USA auprès de l'INBIFO (Institute für Biologische Forschung), la branche R&D de Philip Morris à Cologne. Sa tâche est de superviser l'INBIFO. Philip Morris désire l'exclusivité de ses services mais il peut continuer à travailler pour des organisations non-commerciales telles que l'OMS (sic).

 

Ce communiqué de presse nous vaut actuellement une plainte pénale pour diffamation. Le procès est en cours. Il s’agit du premier procès suisse sur ce thème. Il est important qu’après les rapports d’août 2000 de l’OMS sur les infiltrations onusiennes et de janvier 2001 sur les infiltrations du monde politique et scientifique suisse par les cigarettiers, la transparence soit totalement faite sur les agissements de cette industrie.

 

Pour terminer, permettez-moi de souligner une fois encore que lorsque l’on connaît les chiffres liés aux conséquences du tabagisme et que l’on ne fait pas tout ce que l’on est en droit d’attendre de nos élus, quelle responsabilité le pouvoir politique est-il prêt à assumer ces prochaines années? Nous ne nous contenterons pas toujours du simple pardon des responsables. Un jour, comme pour ces scandales cités plus haut (sang contaminé, amiante, vache folle…), on peut imaginer que des citoyens demanderont des comptes aux politiques. Par exemple, en 2005 ou 2007, un juge me demandera de venir à la barre. Il me dira: dans les années 1990-2000, les autorités suisses connaissaient-elles les conséquences liées au tabagisme, soit 8’000 morts par an dans notre pays + les maladies chroniques invalidantes + les souffrances inutiles + le coût social du tabagisme?  Je répondrai: Oui, pour preuves les lettres ouvertes écrites à Messieurs les Conseillers fédéraux Cotti et Villiger et celles écrites à Mme la Conseillère fédérale Ruth Dreifuss. Ce même juge me posera alors une deuxième question Ont-t-ils/A-t-elle développé une politique digne de ce nom, suivant notamment les injonctions de l’Organisation Mondiale de la Santé? Je répondrai alors Non! Pire ils-elle ont freiné toutes initiatives de prévention dérangeant trop les cigarettiers! J’ajouterai qu’ils, elle n’ont fait que le minimum, ce qu’on appelle l’alibi devant le peuple suisse. Le Juge prononcera alors surement ces paroles lourdes de conséquences Ils, elle savaient. Ils-elle n’ont pas fait ce qu’il était attendu d’élus-es responsables de la santé publique de leur pays. Ils-elle sont coupables!.

 

Je vous laisse fixer la peine... Merci de votre écoute!

 

 

 

                                                                                              

Aux Représentantes et Représentants des Médias et aux personnes intéressées

 

Genève, le 13 mars 2002

 

Mesdames, Messieurs,

 

Vous recevez ce jour par envoi postal du CIPRET-Genève et d’OxyGenève -deux organisme genevois de prévention du tabagisme- le faire-part de décès envoyé au Conseil fédéral, aux Parlementaires fédéraux et aux Représentants-es de la Presse. Cette démarche inhabituelle s’inscrit dans un moment décisif de la prévention du tabagisme et traduit notre déception et notre colère envers le Conseil fédéral qui a la responsabilité de la protection de la santé des habitants-es de notre pays.

 

Les neuf organisations qui soutiennent le *Bureau pour une politique de la santé dans ses propositions de loi sur l’imposition du tabac ont déclarées être consternées face à une politique qu’elles qualifient d’hypocrite et de fallacieuse. En créant un fonds de prévention et en augmentant à terme l’impôt sur le tabac au niveau de celui de l’Union européenne, la Suisse aurait franchi un pas décisif en matière de prévention du tabagisme. La Suisse s’y est d’ailleurs engagée, le 19 février dernier, à Varsovie, à la conférence des ministres de la région Europe de l’OMS, par la voix du Professeur Thomas Zeltner (directeur de l’Office fédéral de la santé publique-OFSP). Le Conseil fédéral a préféré défendre les intérêts de l’industrie du tabac. Les neuf organisations ajoutent qu’une catastrophe de santé publique est préprogrammée, si l’on arrive pas à inverser cette tendance.

 

De même, les experts-es de la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme se sont dits choqués. Ils-elles déplorent que Monsieur Kaspar Villiger, au nom du Conseil fédéral, s'aligne sur la politique des cigarettiers et persiste à penser que notre pays doit rester attractif pour l'industrie du tabac. La Commission a, par ailleurs, rappelé au Conseil fédéral et au Parlement l'ampleur de l'épidémie de tabagisme en Suisse, ainsi que la croissance dramatique du nombre de jeunes qui ont commencé à fumer. Elle a aussi signifié qu'elle a proposé et qu'elle soutient le Programme 2001-2005 accepté par le Conseil fédéral et actuellement mis en oeuvre par l'OFSP. Ce programme contient les mesures prouvées les plus efficaces suivantes : augmentation de l'imposition des cigarettes, restrictions plus rigoureuses en matière de publicité, protection contre la fumée passive et un fonds adéquat pour le financement de la prévention. La Commission fédérale a enfin précisé que la protection de la jeunesse serait d'autant plus efficace que ces mesures seront réalisées. Ajoutons que ce programme de prévention ne sera qu’alibi s’il n’obtient pas le financement pour sa mise en oeuvre.

 

Comme mentionné dans le faire-part de décès, nous prenons donc acte que le Conseil fédéral et les parlementaires fédéraux sont apparemment prêts à assumer leurs responsabilités auprès des malades et familles de malades qui, au même titre que dans les scandales du sang contaminé et de l’amiante en France ou de la vache folle en Angleterre, ne manqueront pas, dans les prochaines années, de demander des comptes dans le cadre de cette épidémie qui tue plus de 8'000 Suisses chaque année, soit 1 décès chaque heure !

 

Pour terminer, permettez-nous ici de relever la continuité du soutien moral, politique et financier accordé par notre ministre genevois de la santé Pierre-François Unger et de sa Direction générale de la santé, qui permet à notre Canton de développer une politique responsable en matière de prévention du tabagisme.

_______________________________________________________________________________________

* le Bureau pour une politique de la santé regroupe l’Association suisse pour la prévention du Tabagisme (AT), la Ligue pulmonaire suisse, l’Institut suisse de prévention de l’alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA), la Ligue suisse contre le cancer (LSC), Promotion Santé Suisse et la Société suisse de santé publique (SSSP), de même que la Fédération des médecins suisses (FMH), la Fédération des assureurs-maladie (santésuisse) et la Fondation pour la protection des consommateurs

 

Vous pouvez consulter sur www.prevention.ch/tabcf2002.htm l’ensemble des documents.

 

Nous vous remercions de votre attention et vous prions d’agréer nos plus cordiales salutations.

Pascal Diethelm                                                                                              Dr Jean-Charles Rielle

 

Président OxyGenève                                                                                                             Médecin responsable CIPRET-Genève

 

 

 

 

 

 

Le CIPRET-Genève et OxyGenève

 

ont le devoir et le regret de vous faire part des décès prématurés d’au moins

 

150'000 citoyens-ennes suisses et résidents-es

 

(années 1990-2010)

 

leurs très chers époux-épouses, papas-mamans, grands-pères-grands-mères, fils-filles, frères-sœurs, beaux-frères-belles sœurs, oncles-tantes, cousins-cousines, filleuls-filleules

 

survenus dès les années nonante, après de très graves maladies suite à leur tabagisme actif ou passif (cancer, bronchite chronique, emphysème, infarctus du myocarde, asthme, mort subite, etc.).

 

Les inhumations ont eu lieu et auront lieu dans chaque Commune de notre pays.

 

Le CIPRET-Genève et OxyGenève tiennent à remercier :

 

- le *Bureau pour une politique de la santé qui a dénoncé la  politique hypocrite et fallacieuse du **Conseil fédéral. Ce dernier a privilégié, en s’alignant sur les cigarettiers, une politique économique à courte vue, au détriment de la santé publique ;

 

- la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme, qui déplore que Monsieur Kaspar Villiger, au nom du Conseil fédéral, persiste à penser que notre pays doit rester attractif pour l’industrie du tabac ;

 

- les professionnels-elles de la santé et autres spécialistes de la santé publique qui ont inlassablement, dès les années 90, averti le Conseil fédéral des mesures efficaces préconisées par l’Organisation mondiale de la santé et par son propre Office fédéral de la santé publique ;

 

- les médecins, infirmiers-ères et aides-soignants-es de notre pays pour les soins compétents et attentionnés prodigués à ces femmes et  hommes dont la maladie était évitable ;

 

- ainsi que le ministre genevois de la santé Pierre-François Unger et sa Direction générale de la santé pour la continuité du soutien moral, politique et financier qui permet à notre Canton de développer une politique responsable en matière de prévention du tabagisme.

 

Nous prenons acte que le Conseil fédéral et les parlementaires fédéraux sont apparemment prêts à assumer leurs responsabilités auprès des malades et familles de malades qui, au même titre que dans les scandales du sang contaminé et de l’amiante en France ou de la vache folle en Angleterre, ne manqueront pas, dans les prochaines années, de demander des comptes dans le cadre de cette épidémie qui tue plus de 8'000 Suisses chaque année, soit 1 décès chaque heure !

 

Il est prié de ne pas offrir de fleurs, mais il est suggéré aux électeurs-trices et à leurs élus-es de prendre leurs responsabilités et de voter des mesures et des budgets permettant à l’Office fédéral de la santé publique et aux organismes de prévention du tabagisme de limiter l’ampleur de l’épidémie de tabagisme.

 

Cet avis tient lieu de faire part.

 

 

* le Bureau pour une politique de la santé regroupe l’Association suisse pour la prévention du Tabagisme (AT), la Ligue pulmonaire suisse, l’Institut suisse de prévention de l’alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA), la Ligue suisse contre le cancer (LSC), Promotion Santé Suisse et la Société suisse de santé publique (SSSP), de même que la Fédération des médecins suisses (FMH), la Fédération des assureurs-maladie (santésuisse) et la Fondation pour la protection des consommateurs

 

** Monsieur le Pésident de la Confédération suisse Kaspar Villiger, Madame la Conseillère fédérale Ruth Dreifuss, Madame la Conseillère fédérale Ruth Metzler-Arnold, Monsieur le Conseiller fédéral Samuel Schmid, Monsieur le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger, Monsieur le Conseiller fédéral Pascal Couchepin, Monsieur le Conseiller fédéral Joseph Deiss

 

 

 

 

 

Vendredi 31 mai 2002 – Journée mondiale sans tabac Le sport sans tabac

Texte paru dans BMS - Bulletin des médecins suisses – 22 mai 2002

 

 

La Suisse et la prévention du tabagisme : un constat affligeant ! Un combat à poursuivre le 31 mai !

 

Le Conseil fédéral a approuvé un programme 2001-2005 attrayant, mais a vite renoncé à lui donner un financement suffisant, allant même jusqu’à désavouer son propre Office fédéral de la santé publique. De multiples infiltrations des milieux politiques et scientifiques par les cigarettiers, un carrefour de la contrebande de cigarettes et une absence de politique crédible au niveau de la publicité, de la fiscalité et du prix du paquet de cigarettes ont fait de notre pays le paradis d’accueil des multinationales du tabac. Celles-ci vendent un produit qui, comme le rappelle volontiers le Professeur Thomas Zeltner, directeur de l’OFSP, s’il est employé comme le recommandent ceux qui le vendent, tue un consommateur sur deux ! En Suisse, environ 10'000 décès sont annuellement la conséquence du tabagisme actif et passif, soit plus d’un décès chaque heure.

 

Les médecins suisses n’ont pas à rougir du constat. Nous nous sommes, les premiers, très vite mobilisés. les pneumologues, les cardiologues et l’ensemble du corps médical ont à chaque instant témoigné des conséquences du tabagisme, ont demandé l’interdiction de la publicité, ont réclamé une politique de prévention, etc. Cette situation n’est pas l’échec de la prévention, mais bien l’échec des politiciens et surtout du Conseil fédéral. La Commission fédérale pour la prévention du tabagisme a ainsi déploré que Monsieur Kaspar Villiger, au nom du Conseil fédéral, s'aligne sur la politique des cigarettiers et persiste à penser que notre pays doit rester attractif pour l'industrie du tabac. De même, le Bureau pour une politique de la santé et les neuf organisations qui le soutiennent se sont montrés consternés face à une politique qu’elles qualifient d’hypocrite et de fallacieuse. La FMH n’a pas hésité, elle non plus, à écrire dans ce sens au Conseil fédéral.

 

En mars dernier, dans un faire-part adressé au Conseil fédéral et aux parlementaires fédéraux, deux associations genevoises de prévention du tabagisme prenaient acte que le Conseil fédéral et les parlementaires fédéraux étaient apparemment prêts à assumer leurs responsabilités auprès des malades et familles de malades qui, au même titre que dans les scandales du sang contaminé et de l’amiante en France ou de la vache folle en Angleterre, ne manqueront pas, dans les prochaines années, de demander des comptes dans le cadre de cette épidémie !

 

Ce constat affligeant doit nous inciterà poursuivre le combat. L’Organisation Mondiale de la Santé a mis dans ses deux priorités pour les prochaines années le paludisme et le tabagisme. L’Office fédéral de la santé publique dispose du programme 2001-2005 de prévention du tabagisme. A nous, médecins et autres professionnels-elles de la santé, de le défendre et de le soutenir inlassablement.

 

L’occasion nous est donnée le 31 mai prochain avec la célébration de la Journée mondiale et nationale sans tabac sur le thème Le sport sans tabac.

 

De multiples initiatives seront entreprises : le concours national de l’AT avec 5'000.- francs en prime à qui réussit à cesser de fumer et de très nombreuses activités des CIPRETs (Centre d’information et de prévention du tabagisme) et autres organismes cantonaux et locaux.

 

Sur le thème spécifique de la journée du 31 mai, LaOla -la prévention dans les clubs de sports (Office fédéral de la santé publique, Office fédéral du sport et Swiss Olympic)- mènera, sous le slogan sport. espace sans fumée , cette action au niveau national dans le cadre de la campagne de prévention du tabagisme Fumer, ça fait du mal..__.

 

Dans cette perspective, Zürich, Fribourg et Genève organisent un jumelage pour démontrer que la prévention du tabagisme abat le Röstisgraben !

 

Dans une action commune, Züri Rauchfrei, le CIPRET-Fribourg et le CIPRET-Genève avec OxyGenève, en collaboration avec les associations cantonales du sport et en accord avec l’OMS et l’OFSP (Office fédéral de la santé publique), renforceront cette action en invitant les clubs et organismes sportifs à adhérer aux objectifs de la Charte. Celle-ci propose de promouvoir le sport sans tabac, notamment auprès des jeunes, d’organiser des événements sportifs et autres activités du Club sans promotion directe et indirecte pour le tabac et de favoriser un environnement sans tabac afin d’éviter l’exposition à la fumée passive.

 

Ces clubs qui feront le choix de signer la Charte nationale pourront en échange apposer les logos officiels Le sport sans tabac (OMS) ou le sport. espace sans fumée (LaOla) sur l’ensemble de leurs documents produits (papier en-tête, affiches, programmes des manifestations sportives, etc). En remerciement, ces clubs prendront part automatiquement aux concours cantonaux, ainsi qu’au tirage national avec délai d’inscription au 16 septembre 2002.

 

De très nombreux sites web1 vous apportent plus d’informations et vous redirigent vers d’autres sites spécifiques,

 

Vous toutes et tous, chères-ers Consoeurs et Confrères, poursuivez la mobilisation dans votre cabinet mais aussi dans vos diverses activités associatives et notamment sportives. Le tabagisme est l’une des principales maladies évitables et sa prévention, comme l’a rappelé dernièrement lors de sa venue à Genève, le Professeur de santé publique tunisien Moncef Marzouki, est pleinement une action en faveur des Droits de l’Homme qui inclut, rappelons-le, le droit à la santé pour chacune et chacun !

 

 

Dr Jean-Charles Rielle

 

Médecin responsable du CIPRET-Genève

Membre du Comité de la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme

 

Rue Monnier 7 – 1206 Genève

natel 079 436 80 20 - fax 022 346 26 08 - jcrielle@iprolink.ch

 

 

1Sites Web à consulter :

- OMS http://tobacco.who.int

- OFSP www.bag.admin.ch

- AT www.at-suisse.ch/

- Site sevrage tabagique www.stop-tabac.ch

- FMH www.fmh.ch

- Swissweb santé publique www.prevention.ch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SPECTRA - Juillet 2001 - N°27 - Office fédéral de la santé publique - 3003 Berne

 

 

 

DOSSIER AFFAIRE RAGNAR RYLANDER (Extraits)

 

 

à suivre sur www.prevention.ch/rylanderpm.htm.