Mon enfant au soleil

LE GUIDE DES PARENTS

Faut-il s’en inquiéter ?

Comment protéger votre famille ?

Que signifie l’I.P. ?

 

GROUPE DE TRAVAIL MELANOME MALIN

Sous l’égide de la Direction générale de la santé publique, Département de l’action sociale et de la santé, en collaboration avec l’Association des Médecins de Genève et la Ligue genevoise contre le cancer.

Le mélanome malin est une tumeur de la peau potentiellement mortelle. Les épidémiologistes ont observé depuis quelques années que sa fréquence est en augmentation, plus particulièrement chez les jeunes adultes. Pourtant des moyens simples de protection existent. A l’instigation de la Direction générale de la santé publique et en collaboration avec l’Association des Médecins du canton de Genève un groupe de travail " Mélanome malin " a été mis sur pied. Il réunit des professionnels de la santé des secteurs privés et publics ainsi que des représentants des milieux de l’éducation, tous concernés par la nécessité d’unir leurs forces pour promouvoir la prévention de ce cancer.

Le but de cette brochure est de saisir l’occasion de la campagne nationale de prévention du mélanome malin pour mobiliser et informer parents, enseignants et éducateurs, avec la collaboration du service de santé de la jeunesse, sur les risques et sur les mesures de protection destinées à leurs enfants. La santé est un bien qui se gère dès le plus jeune âge. La publication de cette brochure s’accompagne d’autres actions éducatives et de promotion de la santé axées vers la prévention de mélanome pendant l’enfance.

L’Association des Médecins du canton de Genève et les praticiens soutiennent ces actions qui s’inscrivent dans la panoplie des mesures préventives préconisées par les médecins.

Le Département de l’action sociale et de la santé se réjouit d’avoir pu créer les conditions favorables aux actions de ce groupe de travail et de continuer à soutenir ses projets. 

Dr Claude AUBERT

Président de l’AMG

Guy-Olivier SEGOND

Conseiller d’Etat

La Ligue genevoise contre le cancer est à votre écoute au

329 17 62

tous les après-midi de 14h30 à 17h. Tous les mercredis durant les mois de mai et juin, un médecin répondra à vos questions à ce même numéro. Pour les problèmes médicaux relevant d’une consultation, nous vous conseillons de prendre contact avec votre médecin.

Portez des vêtements qui protègent du soleil

Partout en Suisse, on attend l’été avec impatience. Après les longs mois d’hiver, nous avons hâte de jouir de la nature.

Pourquoi la saison chaude remonte-t-elle à ce point notre moral ? C’est le soleil ! Quel plaisir que de travailler et de se détendre au soleil par une belle journée d’été ! Nous aimons sentir les rayons du soleil caresser notre peau.

Mais attention ! Le soleil a également des griffes et il faut savoir s’en protéger. Ce livret vous expliquera comment vous et votre famille pouvez jouir du soleil sans souffrir de ses effets néfastes. Lisez-le avant d’emmener vos petits à la plage, au parc ou même dans la cour.

 

Faut-il s’en inquiéter ?

Sans le soleil, il n’y aurait pas de vie sur la Terre. Mais, certaines de ses radiations peuvent être nocives. C’est le cas des rayons ultraviolets (UV) qui peuvent provoquer les coups de soleil et le cancer de la peau.

La couche d’ozone agit comme un écran solaire. Depuis quelques années, cette couche s’amenuiserait graduellement, ce qui se traduit par une augmentation des rayons ultraviolets qui nous parviennent.

Les rayons UV ne sont pas nouveaux : Le soleil en émet depuis toujours. Nous aurions dû nous inquiéter depuis longtemps des effets nocifs de l’exposition au soleil… bien avant que la disparition de la couche d’ozone ne fasse la une des journaux.

Conséquences à long terme

Les coups de soleil ne sont pas les seules conséquences d’une exposition excessive au soleil. Avec les ans, une exposition trop prolongée aux rayons UV et les coups de soleil répétés peuvent causer :

  • le cancer de la peau
  • le vieillissement de la peau
  • des cataractes qui peuvent provoquer la cécité
  • l’affaiblissement du système immunitaire, ce qui diminue l’aptitude de l’organisme à combattre des maladies comme le cancer.

Le cancer de la peau et le soleil

Le soleil est la principale cause du cancer de la peau, qui est le type de cancer le plus répandu en Suisse.

Tous les cancers de la peau peuvent défigurer et même entraîner la mort s’ils ne sont pas traités. Mais c’est le mélanome malin, souvent fatal, qui préoccupe les spécialistes, car le nombre des cas a doublé depuis 1980.

Les rayons UV, c’est quoi ?

On classe les rayons ultraviolets émis par le soleil en trois groupes, selon leur longueur d’ondes. Les rayons UVC ont les longueurs d’ondes les plus courtes et n’atteignent la surface de la Terre qu’en faible quantité. Les rayons UVB, dont les ondes sont de longueur moyenne, sont responsables du bronzage lent, des coups de soleil, du vieillissement de la peau et du cancer de la peau.

Les rayons UVA, aux longueurs d’ondes les plus longues, causent le bronzage rapide ainsi que le vieillissement et les rides de la peau. Dans les salons de bronzage, les lampes émettent surtout des rayons UVA.

Les enfants sont vulnérables

Notre peau subit quotidiennement les agressions du soleil.

C’est durant notre enfance, avant l’âge de 18 ans, que nous nous exposons le plus au soleil (entre 60 et 80% de la dose totale reçue pendant la vie), surtout l’été.

D’ailleurs, le fait d’avoir attrapé plusieurs coups de soleil graves durant l’enfance ou l’adolescence est l’un des facteurs qui prédisposent au cancer de la peau.

Autres facteurs : avoir le teint clair (peau qui ne bronze pas facilement), les cheveux blonds ou roux et les yeux pâles (bleus, gris ou verts), avoir fait de longs séjours dans les climats chauds, fréquenter des salons de bronzage ou utiliser des lampes solaires, des réflecteurs, etc.

Comment protéger votre famille

Les bébés courent le plus grand risque

Les bébés ont la peau très sensible parce que la couche extérieure de leur épiderme est plus mince que celle des adultes.

  • Le système qui protège notre peau n’est pas développé chez les nouveaux-nés. Ils sont donc plus sensibles aux brûlures. Même les enfants de parents ayant le teint foncé doivent être protégés.
  • Votre nourrisson ne peut pas vous dire qu’il a trop chaud ou que le soleil est trop fort, s’il a soif ou s’il est fatigué.

Votre bébé ne peut pas se déplacer à l’ombre.

  • Un enfant a plus de surface de peau, par rapport à son poids, qu’un adulte. Lorsqu’il attrape un coup de soleil, c’est donc plus grave.

Il faut bien protéger les enfants

Comment protéger bébé…

Durant leurs premières années, tous les bébés devraient éviter le soleil direct. Ceci préviendra le vieillissement de la peau aussi bien que la déshydratation. Gardez votre bébé à l’ombre et mettez un parasol sur sa poussette.

Les vêtements le protègent du soleil. Mettez-lui un pantalon large, une blouse à manches longues et un chapeau à large bord. Choisissez de préférence des tissus denses : si vous pouvez voir à travers le tissu, les rayons du soleil pourront le pénétrer. Les vêtements mouillés assurent moins de protection.

Couvrir un enfant d’écran solaire le protégera des rayons nocifs, mais il est préférable de bien l’habiller et de le garder à l’ombre.

Lorsque le soleil brille, gardez bébé à l’ombre

…et les autres enfants

Ne laissez pas les enfants sortir sans protection entre 10h. et 15h. lorsque les rayons UVB sont les plus intenses. Protégez votre enfant au moyen d’un écran solaire et de vêtements appropriés lors de toute exposition directe au soleil. Comme 40% des rayons UVB peuvent être réfléchis par le sable, la neige et le béton, habituez votre tout-petit à porter des lunettes de soleil qui bloquent les rayons ultraviolets.

Les écrans solaires pour enfants

Choisissez un lait ou une crème pour les tout-petits. Les autres préparations risquent de contenir de l’alcool, substance irritante. Certains produits peuvent irriter les yeux. Si votre bébé pleure ou si votre enfant se plaint de douleurs aux yeux, essayez une marque différente.

  • Utilisez un produit qui filtre la majorité des rayons UVB et UVA (consultez l’étiquette) et qui a un indice de protection d’au moins 15.
  • Si votre enfant a la peau particulièrement sensible, assurez-vous qu’il n’est pas allergique à l’écran solaire avant de le couvrir de produit. Appliquez la crème sur une petite surface à l’intérieur de l’avant-bras et répétez l’expérience plusieurs jours de suite. Si la peau rougit ou que d’autres réactions se manifestent, choisissez un autre produit.
  • Dans la mesure du possible, appliquez l’écran solaire entre 15 et 30 minutes avant de sortir. Appliquez généreusement le produit sur les régions exposées, y compris les oreilles, le nez, le dessus des pieds et l’arrière genoux.

Que signifie l’IP ?

L’acronyme IP (parfois FPS= facteur de protection solaire) sert à désigner l’indice de protection qu’assure un produit, c’est-à-dire la mesure dans laquelle il vous protège contre les agressions du soleil. Plus l’IP est élevé, plus vous pouvez prolonger votre exposition au soleil avant d’en subir les effets néfastes.

Par exemple, si vous pouvez habituellement rester au soleil pendant une dizaine de minutes avant de brûler, un écran solaire ayant un IP de 15 vous assurerait, en principe, 150 minutes de protection. (En réalité, l’eau et la sueur diminuent cette protection). Plus de 92% des rayons UVB sont filtrés par un produit ayant un IP de 15.

Appliquez l’écran solaire entre 15 et 30 minutes avant de sortir. Pour maintenir la protection, il convient de répéter l’application du produit après la baignade ou si l’on transpire, en règle générale toutes les 2 heures.

Les écrans solaires n’empêchent pas la peau de bronzer, car aucun de ces filtres chimiques n’absorbe tous les rayons ultraviolets.

Le Soleil, Mythes et réalité

Mythe : Etre bronzé, c’est être en bonne santé.

Réalité : Au contraire, cela indique que votre peau a déjà subi les agressions du soleil.

Mythe : Mon bronzage me protégera du soleil.

Réalité : Chez les personnes à peau blanche, un bronzage équivaut à un IP d’environ 4.

Mythe : Ma peau noire me protégera du soleil.

Réalité : Les personnes à peau noire peuvent attraper des coups de soleil et souffrir du cancer de la peau. Leur teint foncé équivaut à un IP d’environ 8.

Mythe : Il est impossible d’attraper un coup de soleil si le ciel est nuageux.

Réalité : Environ 80% des rayons solaires pénètrent à travers les nuages minces et le brouillard.

Mythe : On ne brûle pas lorsqu’on est dans l’eau.

Réalité : L’eau n’offre aucune protection contre le soleil. En fait, elle réfléchit les rayons et intensifie leur effet.

Mythe : L’huile pour bébé est un bon produit de bronzage.

Réalité: L’huile augmente les effets du soleil et la peau brûle plus rapidement.

Etendez délicatement la crème autour des yeux en évitant les paupières : les tout-petits ont tendance à se frotter les yeux, ce qui risque de les irriter.
  • Répétez l’application souvent, surtout après la baignade ou si l’enfant transpire. Si votre enfant joue dans l’eau ou transpire beaucoup, choisissez une lotion à l’épreuve de l’eau.
  • Evitez les produits parfumés qui risquent d’attirer les insectes.
  • Rajoutez une crème à l’oxyde de zinc afin de protéger davantage les régions vulnérables telles que le nez, les pommettes, le dessus des oreilles et les épaules. Très efficace, l’oxyde de zinc n’est pas irritant.

RAPPEL

Les écrans solaires ne sont pas conçus pour prolonger l’exposition au soleil, mais pour se protéger lorsqu’il faut être au soleil.

Renseignements

Pour de plus amples renseignements, adressez-vous à votre médecin traitant.

En cas de coup de soleil

Un coup de soleil est d’autant plus grave que l’enfant est petit.

Dans les cas moins graves :

  • donner à boire suffisamment
  • appliquer des compresses froides, les renouveler souvent
  • appliquer des lotions calmantes
  • si nécessaire, donnez du paracétamol, en respectant le dosage selon l’âge.

Si votre enfant présente en plus des maux de tête, une somnolence, une fièvre élevée et des " cloques " cutanées, contactez un médecin.

Soleil et médicaments

Lors d’exposition au soleil certains médicaments peuvent provoquer une éruption cutanée.

Lisez attentivement la notice du médicament ou renseignez-vous auprès du médecin ou du pharmacien.

Avec la participation de Santé et Bien-être social
en collaboration avec les publications Mère nouvelle et l’Association canadienne de dermatologie