Les tumeurs
du cerveau

Causes. Symptômes.
Diagnostic. Traitement. Pronostic.

Ligue suisse contre le cancer

Qu'est-ce que le cancer ?

La vie commence toujours à l'intérieur d'une cellule qui se divise et se multiplie avant de se spécialiser. Les cellules normales fonctionnent entre elles de manière synchrone et harmonieuse. Elles se rassemblent pour former des tissus bien différenciés qui formeront eux-mêmes les organes du corps.
La maladie cancéreuse apparaît lorsqu'une partie des cellules normales commence à se transformer et à se diviser de façon anarchique pour devenir malignes ou dangereuses. Si les mécanismes de défense du corps ne sont pas capables de détruire ces cellules malades, leur nombre continue d'augmenter pour former une tumeur, tout d'abord bien délimitée. Avec le temps, cependant, la tumeur va envahir les tissus voisins pour les détruire progressivement. Les cellules cancéreuses peuvent également utiliser la voie lymphatique ou sanguine pour atteindre des régions du corps très éloignées de leur point de départ, où elles formeront de nouvelles tumeurs appelées métastases.
Le mot "cancer" est un terme générique qui' désigne près de 150 types de tumeurs différentes affectant les divers organes du corps, le tissu myéloïde (ou moelle osseuse) qui fabrique les cellules du sang ainsi que le système lymphatique.
Si le cancer est la deuxième cause de décès en Suisse, suivant de près les maladies cardiovasculaires, il n'est pas toujours mortel puisque plus de la moitié des 30'000 personnes atteintes chaque année guérissent définitivement. Il faut savoir en outre que les chances de guérison augmentent dans tous les cas où la tumeur est encore bien délimitée. C'est pourquoi il est essentiel de détecter et traiter les maladies cancéreuses à un stade précoce.

La Ligue contre le cancer tient à votre disposition une documentation riche et variée.
  • des dépliants vous informent de manière générale sur les cancers les plus fréquents;
  • une documentation détaillée vous apprend comment vous pouvez prévenir le cancer en vous alimentant de façon saine et équilibrée, en modérant votre consommation d'alcool, en évitant de fumer, en vous exposant raisonnablement au soleil et en vous soumettant à des examens de détection ;
  • enfin, des brochures élaborées spécialement à l'intention des personnes atteintes d'un cancer leur expliquent quelles sont les méthodes thérapeutiques les plus courantes (chirurgie, médicaments et autres) et les moyens de se faire suivre après le traitement afin de confirmer la guérison ou de contrôler l'évolution de la maladie.
  • Toutes ces publications sont disponibles en français, en italien et en allemand. Pour les obtenir, il vous suffit d'appeler le 157 30 05 (Fr. 1.49 la minute).

Si vous avez des questions particulières ou si vous souhaitez mieux connaître le cancer, vous pouvez aussi utiliser notre ligne téléphonique gratuite, ouverte du lundi au vendredi, de 16 h 00 à 19 h 00, au 0800 55 42 48.

Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40, case postale 8219 3001 Berne

Les tumeurs du cerveau

Les tumeurs du cerveau sont des proliférations de cellules dans le cerveau et dans la moelle épinière. On distingue à ce propos les tumeurs primaires, qui se forment dans le cerveau, des métastases d'autres tumeurs qui s'y développent. Les diverses tumeurs du cerveau sont cataloguées selon le type de cellules et de tumeurs. Les tumeurs primaires du cerveau comprennent un grand nombre de types d'affections cancéreuses. Les gliomes en représentent la moitié. En raison de leur malignité, on les subdivise en quatre catégories, le glioblastome multiforme étant la forme la plus grave. En raison de la forme en étoile de leurs cellules d'origine, on qualifie aussi d'astrocytomes les tumeurs du cerveau moins malignes. Avec le temps, ce type de gliome peut évoluer et prendre une forme agressive. Outre les gliomes, on compte parmi les tumeurs rares du cerveau les médulloblastomes et les épendymomes, qui touchent surtout les enfants, ainsi que les oligodendrogliomes. Les méningiomes, les neurinomes acoustiques, les adénomes de l'hypophyse et les crâniopharyngiomes sont d'autres tumeurs primaires du cerveau. Leurs noms sont issus du type de cellules et des régions du cerveau qu'elles concernent. Puisque le cerveau exerce le contrôle de nos sens, de nos sensations et de notre mémoire, les tumeurs qui le touchent représentent une menace particulière pour les personnes qui en sont atteintes.

Fréquence

Les tumeurs malignes du cerveau touchent 400 à 450 personnes chaque année en Suisse (6 sur 100'000). Les hommes sont un peu plus souvent atteints que les femmes. Un cas sur six concerne les enfants, les adolescents et les adultes jusqu'à 30 ans, un cas sur trois des personnes de 30 à 60 ans et un cas sur deux des personnes de plus de 60 ans. Les tumeurs du cerveau sont les tumeurs solides que l'on rencontre le plus fréquemment chez les enfants. Le méningiome est une tumeur fréquente, mais bénigne dans la plupart des cas. Il touche plus souvent les femmes que les hommes.
(Source: Association suisse des registres des tumeurs, 1990-1994)

Symptômes

Comme pour toutes les tumeurs, les cellules cancéreuses se multiplient et provoquent une augmentation de la taille de la tumeur. Cet accroissement a d'importantes conséquences pour le malade, liées au rôle capital du cerveau chez l'être humain. Les cellules cancéreuses augmentent la pression dans la boîte crânienne et repoussent les cellules du cerveau, ce qui peut provoquer la destruction de structures cérébrales vitales. Selon l'emplacement de la tumeur, divers troubles peuvent apparaître, tels que, par exemple, des lésions de la vision ou des troubles de la motricité. L'augmentation de la pression dans la boite crânienne peut provoquer des maux de tête ou des crises d'épilepsie.

Causes

On ne sait que peu de choses sur les causes des tumeurs primaires du cerveau. Comme pour d'autres types de cancers, on suppose que des processus génétiques jouent un rôle important dans leur formation. L'observation des enfants soumis à des radiations semblerait confirmer ce qui précède, puisqu'elle montre qu'ils sont plus souvent susceptibles d'être atteints par une tumeur du cerveau. Les carcinomes du sein et du poumon sont entre autres connus pour développer, dans certains cas, des tumeurs secondaires du cerveau (métastases).

Prévention et détection précoce

Les causes des tumeurs primaires du cerveau étant inconnues, aucun conseil de prévention ne peut être proposé. Cependant, si d'autres cancers, formant des métastases dans le cerveau, sont dépistés et soignés à temps, le risque de les voir développer des tumeurs cérébrales secondaires diminue.

Les symptômes précoces d'une tumeur cérébrale ne sont pas caractéristiques. Les maux de tête peuvent être un symptôme non spécifique, mais aussi vertiges ou vomissements. De légères modifications du comportement, difficiles à reconnaître, même pour la personne concernée, peuvent également être le premier signe d'une tumeur. C'est pourquoi des changements de comportement inexpliqués devraient faire l'objet d'une consultation. Parmi ces premiers signes, on compte aussi les troubles de la mémoire ou une baisse des capacités intellectuelles. Des crises d'épilepsie apparaissant chez des personnes de plus de quarante ans n'en ayant jusqu'alors jamais eues, constituent un signe alarmant supplémentaire.

Confirmation du diagnostic

En cas de suspicion de tumeur cérébrale, le neurologue contrôle d'abord les fonctions du cerveau à l'aide de plusieurs tests simples. Il porte alors plus particulièrement son attention au fonctionnement de la mémoire et des organes sensoriels. Si la suspicion se confirme, il examinera le cerveau au moyen de techniques d'imagerie, telles que le scanner ou la résonance magnétique nucléaire. Le médecin obtient ainsi une représentation imagée de l'intérieur du cerveau et peut alors déterminer la localisation et la taille, parfois aussi le type de tumeur. Un diagnostic précis nécessite dans un grand nombre de cas un prélèvement ciblé de tissus. Les techniques modernes permettent au médecin de guider très précisément une aiguille dans la tumeur, si bien qu'il ne prélève que du tissu tumoral et pas de tissu sain. La ponction lombaire permettant l'analyse du liquide céphalo-rachidien n'est plus que rarement pratiquée.

Traitement

Dans la mesure du possible, on opère les tumeurs cérébrales primaires. Selon le type de tumeur, une radiothérapie et des médicaments complètent le traitement. Pour l'opération, on doit ouvrir la boîte crânienne, l'incision étant pratiquée si possible à la racine des cheveux, de manière à ce qu'elle reste invisible. Au moyen des techniques microchirurgicales, il est aujourd'hui possible d'exciser complètement les tumeurs dans les régions facilement accessibles du cerveau, sans léser les tissus voisins. De cas en cas, il faut décider de l'ablation complète ou partielle d'une tumeur, les critères de décision étant le type de tumeur, les troubles dus aux déficits à prévoir après l'opération et les chances de guérison. On ne renonce à une intervention chirurgicale que si celle-ci n'apporte aucune chance d'amélioration de l'état de santé du patient.

En complément de l'opération, un grand nombre de patients atteints d'une tumeur cérébrale subit une radiothérapie qui, dans certains cas, permet d'augmenter leur durée de survie. Selon le type de tumeur et l'âge du patient, la radiothérapie améliore la qualité de vie et soulage les symptômes, bien que ses effets secondaires soient souvent perçus comme pénibles: la perte des cheveux et la fatigue sont en effet courants après une radiothérapie.

Le médecin prescrit parfois des médicaments à la suite du traitement, afin de retarder la réapparition de la tumeur. Pour certaines d'entre elles, comme par exemple l'oligodendrogliome et le médulloblastome, le traitement médicamenteux est même prioritaire. Une plus large utilisation de médicaments est limitée par la barrière hémato-cérébrale, qui entrave ou empêche la pénétration dans le cerveau de substances contenues dans le sang.

Suivi médical

Les divers types de tumeurs, leurs différentes incidences et chances de guérison, empêchent de donner des conseils d'ordre général pour le suivi médical. Toutefois, pour toutes les personnes touchées, l'expérience et les compétences des professionnels qui les entourent sont indispensables. La gravité de l'intervention rend particulièrement important le soutien sans restrictions des patients touchés par une tumeur cérébrale. Cette aide peut contribuer à améliorer la qualité de vie.

Chances de guérison

Les chances de guérison dépendent du type de tumeur, du stade de son évolution au moment du diagnostic et des possibilités de traitement ainsi que de l'âge et de l'état de santé de la personne concernée. Les perspectives de traitement des tumeurs cérébrales bénignes, qui se développent lentement, sont bonnes, au contraire des tumeurs malignes croissant avec rapidité, pour lesquelles le pronostic est moins fréquemment favorable.

La recherche aujourd'hui

Le mode de formation et le traitement des tumeurs cérébrales sont au coeur des préoccupations des chercheurs. Les oncologues s'intéressent aujourd'hui particulièrement aux mécanismes génétiques des cellules cancéreuses, qui semblent jouer un rôle important dans l'apparition des tumeurs. Il pourrait en résulter, à l'avenir, de nouvelles possibilités thérapeutiques. Les premiers groupes de recherche expérimentent déjà des méthodes de traitement au moyen de techniques génétiques. On ne sait pas encore si l'espoir suscité par ces thérapeutiques est justifié. C'est pourquoi la médecine se concentre sur l'amélioration des traitements chirurgicaux, radiothérapeutiques et médicamenteux.

Répartition des décès par groupe d'âge en Suisse
(Moyenne sur quatre ans, 1990 -1993)

Chaque année en Suisse, 350 personnes environ meurent d'une tumeur maligne du cerveau. Ces maladies sont responsables de 2,1 pour cent des décès par cancer chez l'homme, qui sont estimés à 9'200, et de 2,2 pour cent des décès par cancer chez la femme, qui sont estimés à 7'300. Le graphique montre la répartition selon l'âge des personnes décédées d'une tumeur cérébrale maligne.

Auteur : Prof. Dr Nicolas de Tribolet
Responsable d'édition: Stefan Stöcklin
Graphisme : Agnes Weber, Bern
Réalisation : Elisabeth Rohrer, LSC
Impression : Werner Druck AG, Basel
Copyright : ã 1997 Ligue suisse contre le cancer
LSC 9.97 / 7'000 / 2078


Ligue suisse contre le cancer
Effingerstr. 40, case postale 8219, 3001 Berne
Tél. 031 389 91 00, Fax 031 389 91 60
http://www.swisscancer.ch
e-mail: info@swisscancer.ch

Aargau
Aargauische Krebsliga
Buchserstrasse 19, 5000 Aarau
Tel. 062 824 08 86
Solothurn
Krebsliga des Kantons Solothurn
Dornacherstrasse 33, 4500 Solothurn
Tel. 032 622 58 68
Basel-Baselland
Krebsliga beider Basel
Engelgasse 77, 4052 Basel
Tel. 061 313 48 48
St Gallen-Appenzell
Krebsliga St. Gallen-Appenzell
Rorschacherstrasse 15, 9000 St. Gallen
Tel. 071 245 01 01
Bern
Bernische Krebsliga
Marktgasse 55, Postfach, 3000 Bern 7
Tel. 031 312 35 39
Thurgau
Thurgauische Krebsliga
Rathausstrasse 30, 8570 Weinfelden
Tel. 071 622 61 11
Fribourg
Ligue fribourgeoise contre le cancer
Route des Daillettes 1, 1709 Fribourg
Tél. 026 426 02 90
Ticino
Lega ticinese contro il cancro
Via L. Colombi 1, 6500 Bellinzona 4
Tel. 091 826 35 25
Genève
Ligue genevoise contre le cancer
10, place des Philosophes, 1205 Genève
Tél. 022 322 13 33
Valais
Ligue valaisanne contre le cancer
Rue de la Dixence 19,1950 Sion
Tél. 027 322 99 74
Spitalstrasse 5, 3900 Brig
Tel. 027 922 93 21
Glarus
Krebsliga des Kantons Glarus
Kantonsspital, 8750 Glarus
Tel. 055 646 33 33
Vaud
Ligue vaudoise contre le cancer
Case postale 17, 1011 Lausanne
Tél. 021 314 72 22
Graubünden
Bündner Krebsliga, Chu
Ottostrasse 25, 7000 Chur
Tel. 081 252 50 90
Zentralschweiz
Zentralschweizerische Krebsliga
Frankenstrasse 3, 6003 Luzern
Tel. 041 210 25 50
Jura
Ligue jurassienne contre le cancer
Case postale 582, 2800 Delémont
Tél. 032 421 44 50
Zug
Krebsliga des Kantons Zug
Poststrasse 18, 6300 Zug
Tel. 041 728 35 40
Neuchâtel
Ligue neuchâteloise contre le cancer
Rue de la Maladière 35, 2000 Neuchâtel
Tél. 032 721 23 25
Zürich
Krebsliga des Kantons Zurich
Klosbachstrasse 2, 8032 Zürich
Tel. 01 383 05 07
Schaffhausen
Schaffhauser Liga für Krebsbekâmpfung
Kantonsspital, 8208 Schaffhausen
Tel. 052 634 28 16
Liechtenstein
Krebs-Hilfe Liechtenstein
Im Malarsch 4, FL-9494 Schaan
Tel. 075 233 18 45


retour_zap.gif (5643 octets)home.gif (2082 octets)