Les enfants et les crises épileptiques

Guide pour garder des enfants épileptiques

 

Nous éditons cette brochure car nous souhaitons que les parents d'enfants ayant des crises puissent aussi trouver des baby-sitters lorsqu'ils en ont besoin. Nous aimerions aussi apprendre aux baby-sitters de tout âge ce que sont les crises épileptiques et ce qu'il y a lieu de faire en cas de crise.

En lisant ce dépliant, notez que garder des enfants épileptiques n'est pas différent de garder des enfants tout court. Un enfant épileptique devrait être traité comme tout enfant normal et actif - sauf si ses parents vous ont communiqué autre chose.

Ce qu'il faut savoir au sujet des crises :

Une crise veut dire que pendant une à deux minutes (ou seulement quelques secondes) un bref dérangement d'ordre électrique survient au niveau du cerveau à la manière d'un orage dans la nature. En dehors de ce dérangement, le cerveau travaille normalement.

Toute personne peut subir une crise, p. ex, à la suite d'un accident ou d'une maladie. Quand on dit qu'un enfant est épileptique, cela veut dire qu'il subit plus facilement des crises que d'autres.

Nous ne pouvons, évidemment, pas observer directement un dérangement qui survient au niveau du cerveau. Mais nous pouvons observer de brefs changements d'expression ou de comportement de l'enfant. Voici quelques exemples possibles :

  • L'enfant interrompt son activité et est absent pendant quelques secondes; il a le regard fixe ou « rêve» (absences). Ensuite, il reprend son activité.
  • Il tombe brusquement.
  • Pendant une à deux minutes, il perd le contrôle d'un bras ou d'une jambe qui sont agités par des secousses convulsives.
  • Tout d'un coup, il est de mauvaise humeur, angoissé ou perturbé; il perd le sens de la réalité.
  • Mais il peut aussi avoir une grande crise et tomber à terre. Il se raidit, ses bras, ses jambes et ses muscles faciaux peuvent être agités fortement par des secousses pendant une à deux minutes. L'enfant peut perdre connaissance.
  • Les crises épileptiques sont de nature différente parce qu'elles émanent de différents endroits du cerveau. Cependant, elles ont plusieurs caractéristiques communes :
  • Elles ne durent pas longtemps.
  • Elles s'arrêtent d'elles-mêmes. Le baby-sitter ne peut et ne doit rien faire pour les interrompre.
  • Elles n'exigent, en général, pas de secours immédiat.
  • Une intervention médicale d'urgence n'est que rarement nécessaire.
  • La plupart du temps, il suffit de surveiller l'enfant pendant la crise pour qu'il ne coure aucun danger supplémentaire.

 

Que faut-il faire ?

Heureusement, beaucoup d'enfants n'ont que peu de crises aujourd'hui, s'ils réagissent bien aux médicaments antiépileptiques. Grâce à la prise régulière de ces médicaments, il est possible qu'un enfant n'ait jamais ou que très rarement une crise.

Ainsi, il est tout à fait possible que vous ne voyiez jamais de crise, même si vous gardez un enfant régulièrement et pendant des années. C'est pour cela qu'en règle générale, vous pourrez traiter un enfant épileptique comme un enfant normal.

Cependant, le mieux, pour un enfant ayant de temps en temps une crise, est de le laisser entreprendre les mêmes choses qu'un autre enfant. Vous devez, néanmoins, être attentif aux points suivants :

  • Demandez aux parents, à quoi il faut faire particulièrement attention.
  • Donnez les médicaments selon la prescription du médecin. Les parents vous montreront où ceux-ci sont gardés, comment ils se présentent, quand et combien vous devez en donner. Respectez strictement ces prescriptions.
  • Surveillez particulièrement l'enfant quand il joue aux abords de l'eau ou grimpe sur quelque chose.

Que faire quand un enfant a beaucoup de crises ou est handicapé en plus?

Allez voir l'enfant à la maison en compagnie de ses parents. Vous le connaîtrez mieux et il prendra confiance en vous. Peut-être serez-vous témoin d'une crise et verrez comment cela se passe, connaîtrez la réaction des parents et le comportement de l'enfant après la crise.

De cette façon, vous ne vous sentirez pas perdu, quand vous vivrez seul la première crise avec l'enfant. Vous saurez comment réagir.

 

Premier secours

Heureusement, la plupart des enfants épileptiques n'ont plus de crises aujourd'hui. Néanmoins, vous devez savoir ce qu'il y a lieu de faire en cas de crise.

En général, vous ne devez et pouvez faire que peu de choses.

  • Si, à cause d'une crise, un enfant trébuche ou tombe, aidez-le à se relever. Contrôlez s'il s'est blessé. Calmez-le s'il est agité.
  • S'il semble perturbé et somnolent, restez avec lui et parlez-lui calmement. Eloignez-le d'endroits et d'objets où il pourrait se blesser (p. ex. escaliers, four, radiateur chaud, surface d'eau.) Calmez-le quand il sera de nouveau réceptif.
  • Si brusquement il crie, tombe, se raidit et est secoué par une convulsion, il n'y a toujours pas grand-chose à faire. La crise dure une à deux minutes. Quelques précautions simples peuvent aider l'enfant :
  • Si l'enfant est couché par terre, enlevez tout ce qui dérange.
  • S'il est sur un sol dur, posez sa tête sur quelque chose de mou.
  • Ouvrez un vêtement qui serre au cou pour permettre une bonne respiration.
  • A l'aide d'une montre, contrôlez la durée de la crise.
  • A la fin de la crise, tournez l'enfant dans la positions latérale pour empêcher qu'il avale de travers (aspiration) ou qu'une obstruction des voies respiratoires
  • se produise par la salive ou la vomissure.
  • N'essayez pas de lui ouvrir la bouche.
  • N'introduisez rien entre ses dents.
  • Ne le serrez pas.
  • Certains enfants ont besoin de dormir après une forte crise. D'autres sont perturbés ou agités et ont besoin d'être rassurés. D'autres encore poursuivent leur occupation comme si de rien n'était.

 

Les parents vous renseigneront comment, en règle générale, une crise se passe pour leur enfant.

Devez-vous appeler un service médical d'urgence en cas d'une forte crise?

Non, si la crise se termine sans problèmes et si l'enfant se comporte normalement.

Dans de très rares cas seulement il vous faut appeler le service médical d'urgence :

  • Si les parents vous l'ont demandé.
  • Si une crise dure plus de 5 minutes.
  • Si une crise est survenue dans l'eau (l’eau aurait pu rentrer dans les poumons).
  • Si l'enfant ne revient pas à lui et a des difficultés respiratoires.
  • Si une crise succède à l'autre.
  • Si l'enfant s'est grièvement blessé.
  • Si un enfant qui n'est pas épileptique a subitement une crise.

Résumé de l'essentiel:

  • Discutez avec les parents pour savoir exactement ce que vous devez faire en cas de crise.
  • Lors d'une crise, les premiers secours consistent, avant tout, à protéger l'enfant contre des blessures
  • Un enfant qui a une grande crise doit être tourné sur le côté (position en cas d'inconscience), pour éviter le danger d'étouffement.
  • La plupart des crises ne représentent pas des urgences. L'enfant n'a pas besoin d'un médecin.
  • Appelez un médecin d'urgence si une crise dure plus de 5 minutes, si une nouvelle crise survient ou si l'enfant ne se réveille pas complètement ou ne respire pas normalement.
  • Les crises sont désagréables et gênantes pour l'enfant. Il a besoin de votre réconfort et présence.
  • Un enfant épileptique doit prendre régulièrement ses médicaments.
  • Ce n'est la faute de personne, si l'enfant a une crise - ni de lui-même, ni de vous.
  • Dans tous les autres domaines, un enfant moyen souffrant d'épilepsie est pareil aux autres enfants et devrait, par conséquent, être traité comme tel.
  • Il est beaucoup plus probable qu'un enfant épileptique n'ait pas de crise pendant que vous le gardez, que le contraire.

Cette brochure est une adaptation aux conditions suisses du dépliant américain, avec l'autorisation de la Epilepsy Foundation of America, publiée par:

Association Suisse de Parents d'Enfants Epileptiques

ParEpi Secrétariat Romand
Danièle Bianchi
Serre 7 CH-2000 NEUCHATEL
032 - 724 08 14


www.parepi.ch


L'Association Suisse de Parents d'Enfants Epileptiques
vous donne volontiers de plus amples renseignements
sur ses buts ainsi que sur les publications concernant l'épilepsie.

Illustrations: Judith Wälti


retour_zap.gif (5643 octets) home.gif (2082 octets)