Les accidents
 de la vie courante

 

On estime à plus de 8 millions le nombre annuel des accidents de la vie courante. A l'origine de très nombreux décès et de handicaps sévères, ils constituent à l'évidence, une préoccupation majeure dans le domaine de la santé publique. Les enfants, les adolescents et les personnes âgées sont les plus exposés à ce risque. En préalable à la vigilance et la prévention, il est nécessaire d'avoir une bonne connaissance de ce phénomène.

Quelle est la définition de l'accident ?

Selon les experts, il s'agit de " tout événement indépendant de la volonté de l'homme, caractérisé par la libération soudaine d'une force extérieure qui peut ou non atteindre une personne et qui incite celle-ci à solliciter un examen médical, indépendamment de l'atteinte portée au corps ou à l'esprit ".

Et celle concernant les accidents de la vie courante ?

Cette appellation regroupe :

Les accidents du travail et de la circulation, les accidents liés à des éléments naturels, les suicides et agressions ne sont pas pris en compte dans la définition de l'accident de la vie courante.

Quelle est l'importance de ce phénomène ?

Statistiquement, les accidents de la vie courante ont une fréquence élevée. Le dernier recensement sur lequel s'appuient les experts, et qui analyse l'année 1992, faisait état de plus de 8 millions de cas ayant entraîné 18 832 décès, 440 000 hospitalisations et, au total, plus de 2 millions de blessés.
Au cours d'une année, 17 % des hommes et 14 % des femmes sont victimes d'un accident dans le cadre de leur vie courante.
Sur le plan humain, ces événements ont donc des conséquences graves voire dramatiques.
Enfin, sur le plan économique et social, les accidents produisent des effets très lourds. Les rares estimations effectuées pour évaluer les coûts de santé concluent à une charge de plus de 15 milliards de francs par an.

Y-a-t-il des circonstances favorisant l'événement ?

Les accidents de la vie courante répondent à des facteurs de risques liés à l'individu et aux circonstances.

Le graphique ci-dessous détaille le pourcentage des accidents en fonction de l'âge.

Accidents en fonction de l'âge

Le tableau ci-dessous répartit les accidents en fonction des lieux et des âges.

Où les accidents se produisent-ils le plus fréquemment ?

Quel que soit l'âge, la très grande majorité des accidents de la vie courante se produit à l'intérieur de la maison.
Selon la dernière enquête EHLASS (European Home and Leisure Surveillance System), système communautaire d'information sur les accidents domestiques, 78 % des accidents des enfants de moins d'un an et 47 % de ceux concernant les personnes âgées de plus de 65 ans, surviennent au sein des habitations.

Comment se traduisent les accidents ?

On parle de " mécanisme accidentel ". La liste ci-dessous établit en ordre décroissant la fréquence de ces mécanismes, tous âges confondus.

Cette énumération ne prend évidemment pas en compte la gravité des conséquences. Ainsi, la brûlure qui apparaît relativement peu fréquente provoque souvent des blessures gravissimes.

Que faire en cas d'accident ?

Protéger

Examiner

Alerter

Secourir

L'évolution de l'enfant, les précautions de l'adulte

De 0 à 3 mois :
L'enfant est totalement dépendant. Il est inconscient du danger, son entourage devra surtout :

  • vérifier la température du biberon (attention au four micro-ondes qui chauffe le contenu sans chauffer le verre ou le plastique)

  • enlever autour du cou du bébé des objets qui pourraient l'étrangler, ne pas trop le couvrir dans son lit et ne pas utiliser de trop grandes couvertures

  • veiller également à le coucher sur le dos et non sur le ventre

  • vérifier la température de l'eau du bain avec un thermomètre adapté

  • laisser les produits qui servent à sa toilette dans leurs emballages d'origine afin de pouvoir repérer leur nom (ne pas confondre alcool et sérum physiologique par exemple).

De 3 à 6 mois :
L'enfant devient mobile de manière autonome, il saisit et porte à sa bouche tous les objets avec lesquels il est en contact.

  • éviter de laisser des objets de petite taille ou coupants à sa portée

  • ne pas le laisser seul, par exemple, sur une table à langer surélevée, sur un lit sans barreau...

De 6 à 9 mois:
L'enfant sait s'asseoir et commence à se déplacer. Sa curiosité le pousse à toucher tous les objets qui sont à sa portée :

  • toute position élevée, chaise, lit sans protection, table à langer doit être l'objet d'une attention rigoureuse de la part de l'entourage

  • même assis, les chutes sont fréquentes, il peut se faire mal en fonction de la surface qui l'entoure, la surveillance doit être très attentive pendant le bain

  • à partir de cet âge les prises électriques doivent être protégées, les fils des appareils électriques (surtout celui du fer à repasser...) et les plantes qu'il pourrait avoir envie de goûter... placés hors de sa portée

De 9 à 12 mois :
Il marche à quatre pattes et commence à se lever et étend ainsi son champ d'investigation et son terrain d'aventure. A partir de cet âge :

  • placer les médicaments, les produits d'entretien hors de sa portée et sous clé

  • ne pas laisser les escaliers sans protection (par une barrière ou porte fermée à clé...)

A partir de 12 mois :
C'est l'aventure avec un grand A qui commence :
L'enfant commence à être autonome et va découvrir le monde en utilisant la méthode expérimentale.

  • maintenir les précautions essentielles (mise hors de portée de l'ensemble des produits dangereux, des objets contondants et coupants, des casseroles en équilibre précaire...) et communiquer avec lui pour lui apprendre la vie,.. et les dangers

  • le prévenir que les animaux domestiques qu'il connaît ne sont pas toujours très patients et que ceux qu'il ne connaît pas sont à priori dangereux.

Entre 18 mois et 2 ans :
L'autonomie de l'enfant s'accroît. Son désir d'escalade également : les risques de chute par les fenêtres deviennent élevés.

  • utiliser des taquets pour caler les fenêtres, poser grillages et garde-fou sur les balcons

  • il aborde l'âge où son vocabulaire lui permet de comprendre " c'est chaud, tu risques de te brûler, c'est coupant, tu peux te blesser...". Renforcer les échanges verbaux.

Entre 2 et 3 ans :
Les progrès dans la locomotion et dans la manipulation des objets sont importants, tout comme les risques d'incendie, de coupures et de chutes.

  • ranger tous les outils dès l'interruption d'une activité, mettre les allumettes hors de portée.

De 3 à 4 ans :
Le raisonnement et la compréhension s'aiguisent. Il est en mesure de faire la part entre permis et interdit. L'autonomie est telle qu'on risque d'oublier qu'il est inconscient du danger dans la rue. Intoxications, brûlures et coupures deviennent des dangers permanents.

  • éviter de laisser l'enfant seul; mettre les médicaments et les produits d'entretien hors de portée.

  • la cuisine doit faire l'objet d'une vigilance extrême : couteaux, appareils électriques doivent être soigneusement rangés et inaccessibles pour l'enfant. Les queues des casseroles ne doivent en aucun cas déborder du plan de cuisson; la station devant une porte de four doit être proscrite, le passage observé avec précaution et accompagné.

Dès 4 ans:
L'acquisition d'autonomie s'accompagne de vitesse. Le goût du risque, l'agressivité s'installent.

  • établir une communication d'explication permanente.

Pourquoi l'enfant est-il aussi souvent victime d'accidents ?

Pour progresser et se développer l'enfant doit découvrir le monde. Les acquisitions qu'il va réaliser se feront de plusieurs manières :

Les accidents sont-ils inévitables ?

La pédagogie du risque passe d'abord par une identification, par les parents, des dangers qui entourent l'enfant. Une fois que les parents ont cette conscience des dangers de l'environnement, ils doivent avoir une attitude adaptée à leur enfant en fonction de sa personnalité et de son âge. Si les règles de protection sont simples : mettre hors de portée des produits dangereux, l'attitude pédagogique est beaucoup plus complexe car elle devrait pouvoir aboutir à un évitement des situations de danger par l'enfant lui-même: il s'agit ici d'une composante à part entière de l'éducation, par exemple, les parents doivent, eux-mêmes, se mettre à l'abri des situations dangereuses, et expliquer à leur enfant chaque situation qu'ils évitent.
Cependant, certains accidents peuvent survenir chez l'enfant même quand toutes les précautions ont été prises, il peut, dans certains cas, s'agir d'équivalents " dépressifs", l'accident survenant alors après la séparation des parents, un décès dans la famille ou en coïncidence avec un événement grave au sein de la famille.
D'une manière générale, on constate que les mesures de lutte contre les accidents de la vie courante produisent des effets significatifs. Ainsi, grâce à l'action des associations de prévention et de consommateurs, grâce à la mise en place de normes de fabrications plus strictes, grâce aux compagnes de sensibilisation, grâce aux décisions des pouvoirs publics, les accidents mortels chez les enfants âgés de moins de 15 ans ont très fortement diminué en l'espace de dix années. Alors qu'en 1982 on déplorait 1 200 morts, on en dénombrait 526 en 1992. Les efforts de tous doivent donc s'intensifier pour continuer à progresser dans cette voie.

ADRESSES UTILES

CFES
Comité Français d'Education pour la Santé
2, rue Auguste Comte
92170 VANVES
Tél : 01.41.33.33.33

PREVENTION MAIF
Le Pavois
50, avenue Salvador Allende
79000 NIORT
Tél : 05.49.73.84.95

ADEIC FEN
Association d'Education et d'information du Consommateur de la FEN
3, rue de la Rochefoucauld
75009 PARIS
Tél : 01.44.53.73.93

CHEZ MOI, PAS DE BOBO
Association pour la prévention des accidents domestiques chez les enfants
44, avenue Gabriel Peri
93400 SAINT OUEN
Tél : 01.49.48.96.00

CIRPAE
Centre d'Information et de Rencontre pour la Prévention des Accidents d'Enfants

et

APMS
Association pour la Prévention en Matière de Santé
26, boulevard Haussman
75009 PARIS
Tél : 01.42.47.90.62

 


Pour la sécurité de nos enfants,
ensemble, agissons !

PREVENTION MAIF
Le Pavois - 50 avenue Salvador Mende - 79000 NIORT
Téléphone : 05 49 73 84 95 - Télécopie : 05 49 73 78 07


L'éducation au service de la santé

Tour Maine-Montparnasse - 34e étage
33, avenue du Maine - 75015 Paris
Tél. : 01 45 38 71 93 - Fax 01 43 20 33 87

Document réalisé par l'ADOSEN. Tous droits de reproduction soumis à autorisation de l'Adosen.


retour_zap.gif (5643 octets)home.gif (2082 octets)