Le cancer du sein

Causes. Symptômes.
Diagnostic. Traitement. Pronostic.

  Ligue suisse contre le cancer

Qu'est-ce que le cancer?

La vie commence toujours à l'intérieur d'une cellule qui se divise et se multiplie avant de se différencier. Les cellules normales fonctionnent entre elles de manière synchrone et harmonieuse. Elles se rassemblent pour former des tissus bien différenciés qui formeront eux-mêmes les organes du corps.
La maladie cancéreuse apparaît lorsqu'une partie des cellules normales commencent à se transformer et à se diviser de façon anarchique pour devenir malignes ou dangereuses. Si les mécanismes de défense du corps ne sont pas capables de détruire ces cellules malades, leur nombre continue d'augmenter pour former une tumeur, tout d'abord bien délimitée. Avec le temps, cependant, la tumeur va envahir les tissus voisins pour les détruire progressivement. Les cellules cancéreuses peuvent également utiliser la voie lymphatique ou sanguine pour atteindre des régions du corps très éloignées de leur point de départ, où elles formeront de nouvelles tumeurs appelées métastases.
Le mot "cancer" est un terme générique qui désigne près de 150 types de tumeurs différentes affectant les divers organes du corps, le tissu myéloïde (ou moelle osseuse) qui fabrique les cellules du sang ainsi que le système lymphatique.
Si le cancer est la deuxième cause de décès en Suisse, suivant de près les maladies cardiovasculaires, il n'est pas toujours mortel puisque plus de la moitié des 30 000 personnes atteintes chaque année guérissent définitivement. Il faut savoir en outre que les chances de guérison augmentent dans tous les cas où la tumeur est encore bien délimitée. C'est pourquoi il est essentiel de détecter et traiter les maladies cancéreuses à un stade précoce.

La Ligue contre le cancer tient à votre disposition une documentation riche et variée:
  • des dépliants vous informent de manière générale sur les cancers les plus fréquents;
  • une documentation détaillée vous apprend comment vous pouvez prévenir le cancer en vous alimentant de façon saine et équilibrée, en modérant votre consommation d'alcool, en évitant de fumer, en vous exposant raisonnablement au soleil et en vous soumettant à des examens de détection;
  • enfin, des brochures élaborées spécialement à l'intention des personnes atteintes d'un cancer leur expliquent quelles sont les méthodes thérapeutiques les plus courantes (chirurgie, médicaments et autres) et les moyens de se faire suivre après le traitement afin de confirmer la guérison ou de contrôler l'évolution de la maladie.
  • Toutes ces publications sont disponibles en français, en italien et en allemand. Pour les obtenir, il vous suffit d'appeler
    le 0844 85 00 00.

Si vous avez des questions particulières ou si vous souhaitez mieux connaître le cancer, vous pouvez aussi utiliser notre ligne téléphonique gratuite, ouverte le lundi, mardi, mercredi de 10 h 00 à 18 h 00 et le jeudi et vendredi, de 14 h 00
à 18 h 00, au 0800 55 42 48.

Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40, case postale 8219 3001 Berne

Le cancer du sein
(carcinome mammaire)

Le cancer du sein est une tumeur maligne qui prend naissance dans les cellules de la glande mammaire. Il ne doit pas être confondu avec les nombreuses autres nodosités palpables, généralement bénignes, qui se développent dans le tissu conjonctif ou graisseux du sein. Ces nodosités ne sont pas non plus des précurseurs du cancer.

Fréquence

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme et touche chaque année en Suisse environ 3600 d'entre elles (100 sur 100 000). Le diagnostic est posé une fois sur cinq chez des femmes âgées de 35 à 49 ans, deux fois sur cinq entre 50 et 70 ans, et à nouveau deux fois sur cinq après 70 ans. Le cancer du sein touche très rarement les hommes.
(Source. Association suisse des registres des cancers, 1983-1987)

Symptômes

L'induration ou la nodosité palpable, généralement indolore mais comme "fixée" à la peau, constitue généralement le symptôme le plus fréquent du cancer du sein. Elle est parfois accompagnée de douleurs ou d'une sensation de tension ou de lourdeur. Les modifications palpables du sein ne sont pas toutes des cancers mais doivent toujours être examinées par un médecin, seule personne apte à poser un diagnostic.

D'autres signes peuvent apparaître, par exemple une rougeur ou une rétraction de la peau, une lésion du mamelon ou (rarement) un écoulement sanguinolent. La majorité des femmes atteintes d'un cancer du sein ne présentent aucun signe d'altération de l'état général et se sentent "en bonne santé" au moment du diagnostic.

Au stade avancé, les symptômes du cancer du sein sont très variables et dépendent principalement de la localisation et de l'étendue de la tumeur. Ils peuvent se manifester sous la forme de gros ganglions dans le creux axillaire du côté atteint, de douleurs dorsales (métastases osseuses), d'une toux d'irritation accompagnée d'une gêne respiratoire (métastases pulmonaires), d'une perte de l'appétit, d'une perte pondérale, d'un ictère (jaunisse, métastases hépatiques), etc. Tous ces symptômes doivent faire immédiatement consulter un médecin, même s'ils ne sont pas forcément le signe d'un cancer du sein.

Causes

Les causes exactes du cancer du sein ne sont pas connues. En revanche, nous savons qu'il existe de nombreux facteurs de risque qui augmentent la probabilité d'avoir un jour un cancer du sein. Outre les cancers du sein chez les femmes de la famille proche, qui constituent le principal facteur de risque, il faut signaler l'apparition précoce des premières règles, l'absence de grossesse, une première grossesse tardive, une ménopause tardive, certaines formes de "mastopathies" (indurations nodulaires bénignes, partiellement kystiques, survenant dans le corps glandulaire) ainsi que les tumeurs malignes du gros intestin, de l'utérus et des ovaires survenant chez la femme jeune. En outre, les femmes qui ont déjà eu un cancer du sein ont un risque plus élevé d'avoir un cancer dans l'autre sein. Enfin, l'excès de poids et une nourriture riche en graisses animales semblent également favoriser l'apparition du cancer du sein.

La pilule contraceptive et l'allaitement ne constituent en aucun cas des facteurs de risque de cancer du sein. Quant au traitement hormonal proposé aux femmes après la ménopause, il n'augmente pas le risque de cancer du sein mais ne devrait pas être prescrit avant d'avoir exclu la présence d'un cancer. En effet, l'apport d'oestrogènes seuls pourrait favoriser l'évolution d'un cancer déjà existant.

Prévention et détection précoce

Les femmes souffrant d'un excès pondéral devraient perdre du poids. On suppose par ailleurs qu'une alimentation riche en légumes et pauvre en graisses animales diminue le risque de cancer du sein, bien qu'il soit impossible de prévenir réellement le cancer du sein. En revanche, il est important de détecter et soigner le cancer du sein à un stade précoce d'autant plus que les petites tumeurs bien localisées offrent de plus grandes chances de guérison que les tumeurs avancées. De plus, le traitement des petites tumeurs n'implique pas toujours une ablation de la glande mammaire (mastectomie). Enfin, les femmes qui possèdent des facteurs de risque doivent accorder à la détection précoce toute l'importance qu'elle mérite.

Toutes les femmes devraient palper attentivement leurs seins une fois par mois (juste après les règles ou le même jour du mois après la ménopause) et consulter leur médecin sans tarder en cas de modification suspecte. Les femmes qui souhaitent savoir comment pratiquer l'autopalpation du sein peuvent se procurer le dépliant ad hoc intitulé "observer-prévenir" auprès de la Ligue contre le cancer, où elles pourront également louer une vidéo.

Les femmes âgées de plus de cinquante ans sont vivement encouragées à se soumettre tous les deux ou trois ans à une mammographie (tous les ans si elles ont des facteurs de risque). La quantité de rayons X émis pendant cet examen ne représente aucun danger pour la santé. Au contraire, la mammographie permet de détecter de toutes petites tumeurs à un stade très précoce, lorsqu'elles ne sont pas encore palpables. De plus, elle est très utile pour poser un diagnostic lorsque la palpation se révèle incertaine ou difficile, par exemple lorsque le sein contient de nombreux nodules ou lorsque son volume est très important, parce qu'elle permet de mettre en évidence la taille et la localisation exacte de la tumeur.

Confirmation du diagnostic

Les tumeurs suspectes découvertes à la palpation ou à la mammographie doivent faire l'objet d'une biopsie (prélèvement de cellules ou de fragments de tissus pour les soumettre à l'analyse microscopique) afin de confirmer le diagnostic de cancer et définir le type de la tumeur. Il convient par ailleurs de déterminer l'étendue de la maladie en pratiquant diverses investigations de la peau, des ganglions lymphatiques, du squelette, ainsi qu'une radiographie du thorax et des examens de laboratoire.

Traitement

Le traitement est chirurgical dans 85 pour cent des cas, chez toutes les femmes dont la tumeur ne dépasse pas le sein ni les ganglions lymphatiques axillaires du côté atteint. L'opération consiste à ôter complètement la masse tumorale et les ganglions axillaires. Les femmes qui doivent subir une ablation complète de la glande mammaire peuvent bénéficier, juste après l'opération ou plus tard, d une reconstruction à l'aide d'une greffe (prélèvement de tissu au niveau de l'abdomen ou d'un muscle du dos) ou d'un implant (par exemple en silicone). La reconstruction d'un sein nécessite généralement plusieurs interventions pour donner des résultats satisfaisants sur le plan esthétique. Les prothèses de silicone sont aujourd'hui remplies d'un liquide très épais et recouvertes d'une surface spéciale permettant d'éviter la fuite de liquide ou la formation d'une capsule fibreuse autour de l'implant.

La chirurgie conservatrice a cependant remplacé les grosses amputations d'autrefois. Les femmes atteintes d'une petite tumeur, isolée et n'ayant pas encore envahi tous les ganglions lymphatiques, peuvent conserver une partie de leur sein et de leurs ganglions lymphatiques, moyennant une radiothérapie post-opératoire qui consiste à irradier la glande mammaire, la paroi thoracique et dans certains cas le creux axillaire.

On recommande par ailleurs aux femmes qui ont un gros risque de récidive de se soumettre à une chimiothérapie de courte durée ou à une hormonothérapie après l'opération. Il convient également de bloquer la production d'oestrogènes par les ovaires. Après la ménopause, la prise de Tamoxifen, médicament qui bloque l'action des oestrogènes, permet d'inhiber la croissance de la tumeur.

Au stade avancé, le cancer du sein peut faire des métastases (migration des cellules cancéreuses) dans de nombreux autres organes, principalement les os, les ganglions lymphatiques, les tissus mous, les poumons, le foie, les ovaires et le cerveau. Le traitement consiste alors à aider la patiente à conserver une vie de qualité en soignant les symptômes de la maladie par l'administration de cytostatiques, d'hormones, de médicaments (antalgiques) ou par une radiothérapie.

Suivi médical et soutien psychologique

Les femmes qui ont été opérées d'un cancer du sein doivent généralement se soumettre à un contrôle radiologique une ou deux fois par année (selon le risque de récidive) et à des examens de sang. Le cas échéant, des exercices de gymnastique permettront de retrouver la mobilité du bras et de l'épaule du côté opéré, et de prévenir ou soigner le lymphoedème (gonflement de la peau dû à la diminution du nombre de ganglions lymphatiques).

Les femmes qui ont subi une mastectomie et qui n'ont pas pu bénéficier d'une reconstruction mammaire devraient porter un soutien-gorge spécial, pour des raisons à la fois médicales, psychologiques et esthétiques.

Il convient enfin d'accorder toute l'importance qu'il mérite au soutien psychologique, qui doit être offert à toutes les femmes et à leurs conjoints dès le diagnostic, avant et après l'opération, au moment du choix du traitement (radiothérapie ou chimiothérapie) et après le retour à domicile. Outre sa relation privilégiée avec son médecin, la patiente pourra bénéficier de la fréquentation d'un groupe d'entraide, qui lui offrira un soutien psychologique d'une forme un peu particulière, en lui permettant de rencontrer d'autres femmes atteintes de la même maladie. La Ligue contre le cancer se tient par ailleurs à la disposition de toutes les personnes qui souhaitent recevoir des adresses et des numéros de téléphone, ou la brochure intitulée "Vivre comme avant" spécialement écrite à l'intention des femmes ayant subi une mastectomie.

Chances de guérison

Le pronostic du cancer du sein dépend de la taille et du stade de la tumeur (étendue, métastases), ainsi que du type de tumeur. Les femmes dont la tumeur a été découverte à un stade précoce (petite tumeur, pas d'atteinte des ganglions lymphatiques, pas de signe permettant de penser que la tumeur est agressive) ont les plus grandes chances de guérison. D'où l'importance de la détection précoce. Malheureusement, le cancer du sein, souvent très agressif, est aussi souvent découvert à un stade avancé, lorsqu'il a déjà fait des métastases. Dans ce cas, seules quelques patientes guérissent. Toutefois, les traitements dont nous disposons aujourd'hui nous permettent de faire régresser la tumeur pendant de nombreuses années, d'aider les patientes à conserver une vie de qualité et de soigner les symptômes douloureux ou handicapants. Les femmes ont largement contribué à ces progrès thérapeutiques en acceptant de participer aux études cliniques.

La recherche aujourd'hui

Les scientifiques tentent de déterminer avec plus de précision les facteurs de risque du cancer du sein (facteurs héréditaires, environnementaux, alimentaires et autres), de trouver des moyens de prévenir le cancer du sein (par exemple à l'aide de médicaments pour les femmes à risques), de développer des techniques chirurgicales moins agressives afin d'éviter le sentiment de mutilation, et d'améliorer l'efficacité de la chimiothérapie et de l'hormonothérapie afin d'augmenter le taux de guérison et d'aider les femmes atteintes d'un cancer du sein à conserver une vie de qualité.

Répartition des cas mortel en Suisse
(par groupes d'âge de quatre ans en moyenne, 1990-1993)

Chaque année en Suisse, 1700 femmes environ meurent d'un cancer du sein. Cette maladie est responsable du 23 pour cent des décès par cancer chez la femme, qui sont estimés à 7300. Le graphique montre l'âge des femmes atteintes d'un cancer du sein au moment de leur décès.

Conseiller médical: Prof. A. Goldhirsch
Responsable d'édition: Hans Krebs
Graphisme: Agnes Weber, Bern
Réalisation: Elisabeth Rohrer, LSC
Impression: Werner Druck AG Basel
Copyright: ©1995 Ligue suisse contre le cancer
LSC 6.95 / F10000 / 2071


THE ASSOCIATION OF EUROPEAN CANCER LEAGUES
MEMBERS OF THE UICC

Ligue suisse contre le cancer par région

Krebsliga Aargau
Milchgasse 41, 5000 Aarau
Tel. 062 824 08 86 / Fax 062 824 80 50
www.krebsliga-aargau.ch
E-Mail: admin@krebsliga-aargau.ch

Krebsliga beider Basel
Mittlere Strasse 35
4056 Basel
Tel. 061 319 99 88 / Fax 061 319 99 89
www.krebsliga-basel.ch
E-Mail: info@klbb.ch

Bernische Krebsliga
Marktgasse 55, Postfach 184, 3000 Bern 7
Tel. 031 313 24 24 / Fax 031 313 24 20
www.bernischekrebsliga.ch
E-Mail: info@bernischekrebsliga.ch

Ligue fribourgeoise contre le cancer
Krebsliga Freiburg
Route des Daillettes 1, case postale 181, 1709 Fribourg
tél. 026 426 02 90 / Fax 026 426 02 88
www.liguecancer-fr.ch.ch
E-Mail: info@liguecancer-fr.ch

Ligue genevoise contre le cancer
Boulevard des Philosophes 17
1205 Genève
tél. 022 322 13 33 / fax 022 322 13 39
E-Mail: ligue.cancer@mediane.ch
www.lgc.ch

Krebsliga Glarus
Kantonsspital, 8750 Glarus
Tel. 055 646 32 47 / Fax 055 646 43 00
E-Mail: krebsliga-gl@bluewin.ch

Bündner Krebsliga
Alexanderstrasse 38, 7000 Chur
Tel. 081 252 50 90 / Fax 081 253 76 08
E-Mail: js@krebsliga-gr.ch
www.krebsliga-gr.ch

Ligue jurassienne contre le cancer
Rue de l'Hôpital 40, case postale 2210, 2800 Delémont
tél. 032 422 20 30 / fax 032 422 26 10
e-mail: ligue.ju.cancer@bluewin.ch

Ligue neuchâteloise contre le cancer
Faubourg du Lac 17
Case postale
2001 Neuchâtel
Tel. 032 721 23 25
e-mail: lncc@ne.ch
www.lncc.ch

Krebsliga Schaffhausen
Kantonsspital, 8208 Schaffhausen
Tel. 052 634 29 33 / Fax 052 634 29 34
e-mail: krebsliga.sozber@kssh.ch

Krebsliga Solothurn
Dornacherstrasse 33, 4500 Solothurn
Tel. 032 628 68 10 / Fax 032 628 68 11
e-mail: info@krebsliga-so.ch
www.krebsliga-so.ch

Krebsliga St. Gallen-Appenzell
Flurhofstrasse 7, 9000 St. Gallen
Tel. 071 242 70 00 / Fax 071 242 70 30
www.krebsliga-sg.ch
E-Mail: beratung@krebsliga-sg.ch

Thurgauische Krebsliga
Bahnhofstrasse 5, 8570 Weinfelden
Tel. 071 626 70 00 / Fax 071 626 70 01
www.tgkl.ch
E-Mail: info@tgkl.ch

Lega ticinese contro il cancro
Via L. Colombi 1, 6500 Bellinzona 4
tel. 091 820 64 20 / fax 091 826 32 68
www.legacancro.ch
E-Mail: info@legacancro.ch

Ligue valaisanne contre le cancer
Walliser Liga für Krebsbekämpfung
Rue de la Dixence 19, 1950 Sion
tél. 027 322 99 74 / fax 027 322 99 75
E-mail: lvcc.sion@netplus.ch
Beratungsbüro
Spitalstrasse 5, 3900 Brig
Tel. 027 922 93 21 / 079 644 80 18
Fax 027 922 93 25
E-mail: wkl.brig@bluewin.ch

Ligue vaudoise contre le cancer
Av. de Gratta-Paille 2
1000 Lausanne 30 Grey
tél. 021 641 15 15 / fax 021 641 15 40
www.lvc.ch
E-mail: info@lvc.ch

Krebsliga Zentralschweiz
Hirschmattstrasse 29, 6003 Luzern
Tel. 041 210 25 50 / Fax 041 210 26 50
www.krebsliga.info
Allgemeine E-mail-Anfragen: info@krebsliga.info
Stellenleitung: yasmina.petermann@krebsliga.info

Beratungsstellen in Luzern, Stans, Schwyz, Lachen
info@krebsliga.info

Krebsliga Zug
Alpenstrasse 14, 6300 Zug
Tel. 041 720 20 45 / Fax 041 720 20 46
www.krebsliga-zug.ch
E-mail: info@krebsliga-zug.ch

Krebsliga Zürich
Klosbachstrasse 2, 8032 Zürich
Tel. 01 388 55 00 / Fax 01 388 55 11
www.krebsliga-zh.ch
E-mail: info@krebsliga-zh.ch
PC 80-868-5
Bibliothek:
Tel. 01 388 55 07
E-mail: pruettiman@krebsliga-zh.ch

Krebshilfe Liechtenstein
Im Malarsch 4, FL-9494 Schaan
Tel. 00423 233 18 45 / Fax 00423 233 18 55
www.krebshilfe.li
E-mail: admin@krebshilfe.li


retour_zap.gif (5643 octets) home.gif (2082 octets)