Le cancer du colon et du rectum

Causes. Symptômes.
Diagnostic. Traitement. Pronostic.

Ligue suisse contre le cancer

Qu'est-ce que le cancer ?

La vie commence toujours à l'intérieur d'une cellule qui se divise et se multiplie avant de se spécialiser. Les cellules normales fonctionnent entre elles de manière synchrone et harmonieuse. Elles se rassemblent pour former des tissus bien différenciés qui formeront eux-mêmes les organes du corps.
La maladie cancéreuse apparaît lorsqu'une partie des cellules normales commence à se transformer et à se diviser de façon anarchique pour devenir malignes ou dangereuses. Si les mécanismes de défense du corps ne sont pas capables de détruire ces cellules malades, leur nombre continue d'augmenter pour former une tumeur, tout d'abord bien délimitée. Avec le temps, cependant, la tumeur va envahir les tissus voisins pour les détruire progressivement. Les cellules cancéreuses peuvent également utiliser la voie lymphatique ou sanguine pour atteindre des régions du corps très éloignées de leur point de départ, où elles formeront de nouvelles tumeurs appelées métastases.
Le mot "cancer" est un terme générique qui' désigne près de 150 types de tumeurs différentes affectant les divers organes du corps, le tissu myéloïde (ou moelle osseuse) qui fabrique les cellules du sang ainsi que le système lymphatique.
Si le cancer est la deuxième cause de décès en Suisse, suivant de près les maladies cardiovasculaires, il n'est pas toujours mortel puisque plus de la moitié des 30'000 personnes atteintes chaque année guérissent définitivement. Il faut savoir en outre que les chances de guérison augmentent dans tous les cas où la tumeur est encore bien délimitée. C'est pourquoi il est essentiel de détecter et traiter les maladies cancéreuses à un stade précoce.

La Ligue contre le cancer tient à votre disposition une documentation riche et variée.
  • des dépliants vous informent de manière générale sur les cancers les plus fréquents;
  • une documentation détaillée vous apprend comment vous pouvez prévenir le cancer en vous alimentant de façon saine et équilibrée, en modérant votre consommation d'alcool, en évitant de fumer, en vous exposant raisonnablement au soleil et en vous soumettant à des examens de détection ;
  • enfin, des brochures élaborées spécialement à l'intention des personnes atteintes d'un cancer leur expliquent quelles sont les méthodes thérapeutiques les plus courantes (chirurgie, médicaments et autres) et les moyens de se faire suivre après le traitement afin de confirmer la guérison ou de contrôler l'évolution de la maladie.
  • Toutes ces publications sont disponibles en français, en italien et en allemand. Pour les obtenir, il vous suffit d'appeler le 157 30 05 (Fr. 1.49 la minute).

Si vous avez des questions particulières ou si vous souhaitez mieux connaître le cancer, vous pouvez aussi utiliser notre ligne téléphonique gratuite, ouverte du lundi au vendredi, de 16 h 00 à 19 h 00, au 0800 55 42 48.

Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40, case postale 8219 3001 Berne

Le cancer du colon et du rectum

Le gros intestin, appelé aussi côlon, se situe dans la cavité abdominale où il prend la forme d'un U renversé. Il fait suite à l'intestin grêle dans la fosse iliaque droite puis remonte le long de l'abdomen, qu'il traverse dans sa partie supérieure, pour redescendre ensuite jusque dans la fosse iliaque gauche où il forme une boucle en S (côlon sigmoïde). Il se continue ensuite avec le rectum puis, 15 cm plus bas, avec le canal anal pour se terminer par l'anus. Les tumeurs malignes de l'intestin se développent dans 70 pour cent des cas dans le sigmoïde ou le rectum, issues de la muqueuse (couche interne) ou plus souvent d'un polype (tumeur bénigne qui s'est cancérisée).

Fréquence

Le cancer du côlon et du rectum (ou carcinome rectocolique) est le deuxième cancer le plus fréquent en Suisse. Il touche chaque année environ 3500 personnes (50 sur 100000), hommes et femmes à égalité. Le risque de développer un cancer du côlon ou du rectum commence à l'âge de 40 ans et augmente ensuite progressivement. Dans 60 pour cent des cas, le diagnostic est posé après l'âge de 70 ans.
(Source: Association suisse des registres des cancers, 1983-1987)

Symptômes

Il faut attendre très longtemps, souvent plusieurs mois pour voir apparaître les premiers symptômes qui se déclarent généralement par la présence de sang ou de glaires dans des selles noires, et par des troubles du transit durant plus de trois semaines, caractérisés principalement par une alternance de diarrhées et de constipation. En l'absence de traitement, le cancer du côlon peut provoquer une occlusion intestinale, plus rarement une perforation de la paroi intestinale. Plus tard encore, l'hémorragie chronique qui se produit au niveau de la tumeur provoque une anémie et une perte de poids involontaire.

Causes

Si l'on ne connaît pas encore les causes exactes du cancer du côlon, on pense cependant que certaines maladies inflammatoires graves de l'intestin ainsi que les aliments riches en graisses et pauvres en fibres favorisent son apparition.

On pense par ailleurs que cinq pour cent environ des cancers rectocoliques ont très certainement un caractère familial, c'est-à-dire qu'ils sont favorisés par des gènes héréditaires. On sait par exemple que les enfants, les frères et les soeurs des personnes qui ont eu un cancer du côlon risquent eux aussi de développer cette maladie. Ce risque est particulièrement élevé dans les familles atteintes d'une "polypose familiale". Cette affection est caractérisée par la présence dans le côlon de nombreux polypes, tumeurs bénignes qui se transforment presque toujours en cancer si elles ne sont pas ôtées à temps. Les progrès du génie génétique nous permettront bientôt de rechercher le gène responsable de la maladie chez les enfants de ces familles, de contrôler régulièrement ceux qui le possèdent et de les opérer si nécessaire, tout en évitant des investigations et des craintes inutiles à ceux qui ne le possèdent pas.

Prévention et détection précoce

S'il n'existe aucun moyen vraiment efficace de prévenir le cancer du côlon, il est toutefois vivement recommandé de manger des aliments riches en fibres et de boire beaucoup de liquides. L'exérèse systématique des polypes découverts au cours d'une endoscopie constitue en fait la principale mesure de prévention du cancer du côlon.

Il est tout aussi impossible de pratiquer une détection précoce, par exemple à l'aide d'un auto-examen. La seule façon de déceler le cancer du côlon est de consulter un médecin sans tarder dès l'apparition des symptômes évoqués ci-dessus, à savoir la présence de sang dans les selles et les troubles du transit. Il convient par conséquent d'observer régulièrement l'aspect des selles. La présence de sang ne devrait jamais être imputée à des hémorroïdes, du moins chez les personnes qui ont plus de quarante ans, avant d'examiner entièrement l'intestin par une endoscopie (examen direct à l'aide d'un instrument souple que l'on introduit par le rectum). Quant aux examens qui consistent à détecter la présence invisible de sang dans les selles à la recherche d'une hémorragie chronique, ils peuvent se révéler utiles mais ne sont pas suffisants, car ils ne permettent presque jamais de détecter la tumeur au stade précoce, lorsqu'elle est encore guérissable. Par ailleurs, la présence de sang dans les selles n'est pas toujours le signe d'un cancer du côlon. Le seul moyen de poser un diagnostic avec certitude est l'endoscopie qui permet d'examiner directement, soit la partie inférieure du gros intestin (rectosigmoïdoscopie) où se développent presque toutes les tumeurs de l'intestin, soit l'ensemble du gros intestin (coloscopie).

Enfin, il est vivement recommandé à toutes les personnes :

Confirmation de diagnostics

Nous l'avons dit, le moyen le plus sûr de poser le diagnostic est d'examiner tout le côlon en pratiquant une endoscopie. Cet examen, sans danger et indolore, se déroule ambulatoirement et possède le grand avantage de permettre le prélèvement de tissus et l'exérèse simultanée de polypes éventuels, qui peuvent se cancériser. Le diagnostic sera confirmé par l'examen histologique des tissus prélevés (biopsie). Enfin, l'ultrasonographie, la radiographie, le scanner et les autres examens de laboratoire permettront de déceler la présence d'éventuelles métastases (p.ex. dans le foie).

Traitement

Le traitement classique consiste à ôter complètement la tumeur, y compris le segment intestinal atteint et le tissu graisseux qui l'entoure et qui contient les ganglions lymphatiques. La continuité entre les deux segments sains est rétablie par une simple suture chirurgicale. L'ablation des tumeurs du rectum situées très bas, tout près du canal anal, et d'un grand nombre de tumeurs rectocoliques, doit inclure l'ablation du canal et du sphincter, et nécessite par conséquent la confection d'un anus artificiel (colostomie) sur le côté gauche de l'abdomen. C'est le cas pour le quart des tumeurs rectales et la moitié des tumeurs rectocoliques. Celles-ci peuvent également être soignées à l'aide de la radiothérapie et de la chimiothérapie, du moins au stade précoce, ce qui permet très souvent d'éviter la colostomie.

L'opération est presque toujours de rigueur afin de prévenir l'hémorragie chronique ou l'occlusion intestinale, même si elle ne permet pas d'obtenir la guérison en cas de métastases. Le traitement chirurgical des cancers rectocoliques est généralement précédé ou suivi d'une radiothérapie et d'une chimiothérapie. Le laser et la cryothérapie (traitement par le froid) se révèlent souvent utiles pour diminuer la taille de la tumeur. Quant à la chirurgie, elle permet aussi de supprimer en partie les métastases hépatiques.

Enfin, les personnes qui souffrent d'une tumeur avancée doivent souvent suivre un traitement médicamenteux après l'opération (immunochimiothérapie adjuvante).

Suivi médical et séquelles

L'opération est généralement suivie de fréquentes défécations et de troubles du transit à cause du raccourcissement de l'intestin. La "phase d'adaptation" dure environ trois mois.

Les personnes qui ont subi une lourde intervention doivent absolument se faire suivre régulièrement par un gastro-entérologue. Par ailleurs, il est vivement recommandé à toutes les personnes qui ont été opérées de l'intestin, quelle que soit la localisation de la tumeur, de se soumettre chaque année à une coloscopie afin de prévenir les récidives et détecter un second carcinome. Si tout se passe bien, on peut espacer les contrôles tous les deux ou trois ans. Quant aux personnes qui ont été opérées d'un cancer du rectum, elles devraient également faire pratiquer une rectosigmoïdoscopie tous les trois mois pendant la première année. Enfin, il convient de déceler à temps d'éventuelles métastases en pratiquant régulièrement des examens de laboratoire (à la recherche des marqueurs tumoraux) et une ultrasonographie du foie et de l'abdomen.

La présence d'une colostomie (anus artificiel) bouleverse la vie de la personne qui la porte. Les selles s'écoulent de façon très irrégulière par l'ouverture et sont recueillies dans une poche de plastique interchangeable, collée à la peau mais imperméable aux odeurs. Dès les premiers jours après l'opération, la personne apprend à manipuler correctement la poche et à soigner la peau tout autour. Les vraies difficultés débutant très souvent lors du retour à la maison et de la reprise d'une vie normale, il ne faut pas hésiter à consulter l'un des nombreux centres de consultation spécialisés ou un groupe d'entraide, qui existent dans toute la Suisse. La Ligue contre le cancer est à la disposition de chacun pour fournir les adresses et numéros de téléphone utiles, ainsi qu'une brochure détaillée qu'elle a publiée sous le titre "une stomie, vivre avec...".

Il faut savoir par ailleurs que l'ablation du rectum et du sphincter anal peut provoquer chez l'homme une impuissance sexuelle partielle. Les problèmes psychologiques qui surgissent souvent après cette intervention (inhibitions et craintes nombreuses) peuvent toutefois être résolus par un dialogue attentif, si nécessaire avec l'aide du médecin, de l'infirmière ou d'un psychologue.

Chances de guérison

Le cancer du côlon serait guérissable s'il était plus souvent détecté et soigné à temps. Malheureusement, ce type de tumeur étant asymptomatique pendant très longtemps, puis les symptômes banalisés tout aussi longtemps, la moitié des patients ont déjà une tumeur avancée au moment du diagnostic, avec une atteinte des ganglions lymphatiques souvent accompagnée de métastases (généralement hépatiques). Aujourd'hui, un patient sur deux seulement peut donc être guéri.

Les personnes dont la tumeur n'a pas encore perforé la paroi intestinale ni envahi les ganglions lymphatiques gardent leur espérance de vie pratiquement intacte après l'opération. Par contre, si la paroi a été perforée, les chances de guérison ne sont plus que de 60 à 70 pour cent quand les ganglions ne sont pas atteints, et seulement de 30 à 40 pour cent quand ils le sont.

Enfin, les personnes qui ont déjà des métastases au moment du diagnostic guérissent rarement, mais peuvent vivre longtemps et décemment à l'aide de la chimiothérapie et de la chirurgie (exérèse des métastases).

La recherche aujourd'hui

Il convient essentiellement d'améliorer le diagnostic précoce, surtout dans les groupes à risques. Les progrès du génie génétique nous permettront peut-être, dans quelques années, de rechercher les personnes susceptibles de développer un cancer de type familial et de les traiter le cas échéant. Les scientifiques s'efforcent également de trouver de nouvelles substances pour améliorer l'efficacité de la chimiothérapie. Enfin, les techniques modernes de radiothérapie devraient nous permettre de diminuer les effets indésirables du traitement sur les organes voisins, surtout dans les cas où les doses d'irradiation locale sont très élevées.

Répartition des cas mortels en suisse
(par groupes d'âge de quatre ans en moyenne, 1990-1993)

Chaque année en Suisse, 1900 personnes environ meurent d'un cancer du côlon ou du rectum. Cette maladie est responsable du 10,9 pour cent des décès par cancer chez l'homme, qui sont estimés à 9200, et du 12,5 pour cent des décès par cancer chez la femme, estimés à 7300. La graphique montre l'âge des personnes atteintes d'un cancer du côlon ou du rectum au moment de leur décès.

Auteur : Prof. U. Metzger
Responsable d'édition : Hans Krebs
Graphisme : Agnes Weber, Bern
Réalisation : Elisabeth Rohrer, LSC
Impression : Werner Druck AG Basel
Copyright : ã 1995 Ligue suisse contre le cancer
LSC 6.95 / F 10 000 / 2063

THE ASSOCIATION OF EUROPEAN CANCER LEAGUES MEMBERS OF THE UICC

Aargau
Aargauische Krebsliga
Buchserstrasse 19, 5000 Aarau
Tel. 062 824 08 86
Solothurn
Krebsliga des Kantons Solothurn
Dornacherstrasse 33, 4500 Solothurn
Tel. 032 622 58 68
Basel-Baselland
Krebsliga beider Basel
Engelgasse 77, 4052 Basel
Tel. 061 313 48 48
St Gallen-Appenzell
Krebsliga St. Gallen-Appenzell
Rorschacherstrasse 15, 9000 St. Gallen
Tel. 071 245 01 01
Bern
Bernische Krebsliga
Marktgasse 55, Postfach, 3000 Bern 7
Tel. 031 312 35 39
Thurgau
Thurgauische Krebsliga
Rathausstrasse 30, 8570 Weinfelden
Tel. 071 622 61 11
Fribourg
Ligue fribourgeoise contre le cancer
Route des Daillettes 1, 1709 Fribourg
Tél. 026 426 02 90
Ticino
Lega ticinese contro il cancro
Via L. Colombi 1, 6500 Bellinzona 4
Tel. 091 826 35 25
Genève
Ligue genevoise contre le cancer
10, place des Philosophes, 1205 Genève
Tél. 022 322 13 33
Valais
Ligue valaisanne contre le cancer
Rue de la Dixence 19,1950 Sion
Tél. 027 322 99 74
Spitalstrasse 5, 3900 Brig
Tel. 027 922 93 21
Glarus
Krebsliga des Kantons Glarus
Kantonsspital, 8750 Glarus
Tel. 055 646 33 33
Vaud
Ligue vaudoise contre le cancer
Case postale 17, 1011 Lausanne
Tél. 021 314 72 22
Graubünden
Bündner Krebsliga, Chu
Ottostrasse 25, 7000 Chur
Tel. 081 252 50 90
Zentralschweiz
Zentralschweizerische Krebsliga
Frankenstrasse 3, 6003 Luzern
Tel. 041 210 25 50
Jura
Ligue jurassienne contre le cancer
Case postale 582, 2800 Delémont
Tél. 032 421 44 50
Zug
Krebsliga des Kantons Zug
Poststrasse 18, 6300 Zug
Tel. 041 728 35 40
Neuchâtel
Ligue neuchâteloise contre le cancer
Rue de la Maladière 35, 2000 Neuchâtel
Tél. 032 721 23 25
Zürich
Krebsliga des Kantons Zurich
Klosbachstrasse 2, 8032 Zürich
Tel. 01 383 05 07
Schaffhausen
Schaffhauser Liga für Krebsbekâmpfung
Kantonsspital, 8208 Schaffhausen
Tel. 052 634 28 16
Liechtenstein
Krebs-Hilfe Liechtenstein
Im Malarsch 4, FL-9494 Schaan
Tel. 075 233 18 45


retour_zap.gif (5643 octets) home.gif (2082 octets)