ima34514.jpg (4178 octets)

L'insuffisance cardiaque
ima34513.gif (2683 octets)Brochure d'information à l'intention du patient offerte
par la Fondation Suisse de Cardiologie

Introduction

Si votre médecin vous parle d'insuffisance cardiaque, qu'est-ce que cela signifie ? Il veut dire par là que votre cœur ne pompe pas vraiment aussi bien qu'il devrait et qu'il travaille moins efficacement. Lors des efforts notamment, il n'est pas en mesure de fournir une quantité optimale de sang et d'oxygène aux muscles et aux organes, sa capacité de pompage étant réduite.
L'insuffisance cardiaque peut être une affection sérieuse du cœur et du système circulatoire, qui se manifeste le plus souvent chez les personnes âgées. Un sexagénaire sur quarante souffre d'insuffisance cardiaque, puis la proportion augmente : un septuagénaire sur vingt, un octogénaire sur dix. Comme la plupart des maladies du cœur s'accompagnent, à terme, d'une insuffisance cardiaque, il faut s'attendre à ce que les cas se multiplient du fait de la progression constante de l'espérance de vie.
L'insuffisance cardiaque peut être décrite de manière simplifiée : le cœur malade ou surchargé n'envoie plus assez de sang dans le système circulatoire. Cela ne se produit généralement que lors de l'effort, mais parfois aussi au repos dans les cas plus graves. Certains organes ne peuvent ainsi pas remplir correctement leur fonction. On voit alors se manifester des troubles typiques : fatigue, baisse rapide de la résistance, essoufflement lors de l'effort, enflure des chevilles. Un mode de vie raisonnable, une médication conséquente, voire une intervention chirurgicale, permettent souvent d'arrêter la progression insidieuse de l'insuffisance cardiaque, ou au moins de la ralentir.
Les pages qui suivent vous renseignent sur les causes et les symptômes de l'insuffisance cardiaque, ainsi que sur les méthodes diagnostiques et thérapeutiques. Cette brochure ne répondra peut-être pas à toutes vos questions : elle ne peut ni ne veut remplacer un entretien avec votre médecin. Adressez-vous à lui si vous avez besoin d'informations complémentaires.

Le cœur imprime son rythme au système circulatoire

Le cœur est un puissant muscle creux qui comporte quatre cavités : deux oreillettes et deux ventricules. Inlassablement, il propulse le sang dans les artères, qui se ramifient presque à l'infini pour alimenter tous les organes.
Le cœur se compose de deux parties : le cœur droit et le cœur gauche. Après avoir livré l'oxygène à l'organisme, le sang «usagé» circule dans les veines pour affluer dans l'oreillette droite. De là, il passe par une valve qui n'autorise le passage que dans une seule direction, celle du ventricule droit. Il traverse ensuite une autre valve pour rejoindre la circulation pulmonaire. Là, dans de minuscules ramifications (les capillaires), il se débarrasse de son dioxyde de carbone - récupéré par les alvéoles pulmonaires - et se recharge en oxygène fourni par la respiration. Ainsi purifié et «rajeuni», il emprunte les veines pulmonaires jusqu'à l'oreillette gauche et franchit encore une valve pour se retrouver dans le ventricule gauche. Ce dernier exerce un mouvement rythmé pour propulser énergiquement le sang dans l'aorte.
Au fil des ramifications artérielles, le sang se propage alors dans tous les tissus et les organes jusqu'aux moindres extrémités. Les minuscules ramifications finales (les capillaires) alimentent les cellules en nutriments et en oxygène. Simultanément, le sang fait office d'éboueur en récupérant au passage les produits métaboliques et le dioxyde de carbone. Ayant procédé à cet échange, il reprend alors le chemin des veines qui le ramèneront au cœur, et le cycle recommence (illustration 1).

ima34502.gif (30559 octets)

Illustration 1 : La circulation sanguine

Le cœur, un muscle creux qui pompe sans relâche

Le cœur ne peut pas se permettre de s'accorder du repos : notre vie durant, il travaille jour et nuit (illustration 2). Même quand nous dormons, les ventricules gauche et droit pompent 5 à 6 litres de sang par minute. A chaque pulsation, ils propulsent de 0,7 à 1 dl de sang, ce qui représente 200 000 mètres cubes (200 millions de litres !) au cours d'une vie, soit l'équivalent d'un cube de 60 mètres de côté.
La circulation sanguine s'accélère lors de l'activité physique, de façon à fournir suffisamment de sang oxygéné aux muscles qui travaillent. C'est le système neurovégétatif (c'est-à-dire qui ne dépend pas de notre volonté) qui règle le travail cardiaque en fonction des conditions et des besoins. Le pouls (rythme cardiaque) est plus rapide, la puissance du pompage augmente. Lors de sollicitations physiques extrêmes, le cœur peut pomper jusqu'à 25 litres de sang à la minute. Le sang se répartit en fonction des besoins : du fait que les muscles qui travaillent relâchent la résistance de leurs artères, le sang y accède plus facilement.

ima34503.gif (23492 octets)

Illustration 2 : Le cœur, un muscle creux qui remplit la fonction de pompe
Les ventricules se contractent (systole) pour propulser le sang dans les artères. Les ventricules se relâchent (diastole) et se remplissent de sang venant des oreillettes.

Quand le cœur faiblit, l'organisme essaie de compenser

Diverses maladies cardio-vasculaires peuvent entraver le bon fonctionnement du muscle cardiaque. Quand le muscle cardiaque faiblit, il ne parvient à propulser qu'une quantité de sang réduite à chaque pulsation. Le flux sanguin ralentit d'autant. L'organisme essaie alors de s'adapter pour compenser le déficit de pompage. Les couches musculaires du cœur peuvent s'épaissir pour augmenter leur puissance de propulsion du sang et les cavités s'agrandissent. Quand le cœur se dilate ainsi, ses fibres musculaires sont plus tendues et se contractent davantage (illustration 3).

ima34504.gif (35933 octets)

Illustration 3 : Cœur normal et cœur en insuffisance
En cas d'insuffisance cardiaque, les cavités (oreillettes et ventricules) se dilatent et les parois musculaires s'épaississent, réduisant d'autant la quantité de sang traitée par chaque mouvement de pompage.

Si, en dépit de son épaississement et de son agrandissement, le cœur n'arrive toujours pas à envoyer assez de sang dans le système circulatoire, l'organisme va mettre en œuvre toute une série de processus d'adaptation pour l'aider dans sa tâche (illustration 4). Le système neurovégétatif augmente la fréquence des contractions : le pouls s'accélère et le volume de sang qui parvient chaque minute au système circulatoire augmente. Comme la pression artérielle menace dangereusement de baisser quand le pompage est faible, des influx nerveux se chargent de contracter les petites artères. Cela permet certes d'éviter une baisse de tension, mais sollicite davantage le cœur puisqu'il rencontre une plus grande résistance. Le système neurovégétatif provoque aussi le resserrement des veines qui ramènent le sang jusqu'au cœur. Le remplissage du cœur se fait alors mieux, ce qui a un effet positif : bien plein, le ventricule se contracte plus énergiquement et propulse davantage de sang dans les artères. Mais cet effet n'est positif qu'à court terme quand il est suscité par le système neurovégétatif. En effet, ces impulsions nerveuses ont des conséquences indésirables à long terme. Le cœur est excessivement sollicité, ce qui ne fait qu aggraver l'insuffisance cardiaque !
Les reins, eux aussi, contribuent à compenser l'insuffisance cardiaque. Un système hormonal - le système rénine-angiotensine-aldostérone - joue à cet égard un rôle important. La rénine, une hormone produite par les reins, participe à la formation de l'angiotensine 1. Transformée par l'enzyme de conversion de l'angiotensine ECA, elle devient une substance dérivée très efficace, l'angiotensine II, qui resserre les petites artères, empêchant ainsi une baisse de tension. L'inhibition de l'ECA revêt une importance majeure dans le traitement de l'insuffisance cardiaque (pour en savoir plus à ce sujet, voir le chapitre «Les divers traitements thérapeutiques de l'insuffisance cardiaque»). L'angiotensine Il déclenche également la sécrétion d'aldostérone dans les glandes surrénales. L'aldostérone est une hormone qui règle l'élimination du sel et de l'eau par les reins. Elle retient le sel et l'eau pour que les reins excrètent moins d'urine et conservent davantage d'eau dans l'organisme. Les reins aident ainsi le cœur à mieux se remplir de sang. Mais, bien souvent, les reins pèchent par excès de zèle : leur assistance provoque une charge supplémentaire pour le cœur et l'insuffisance cardiaque s'aggrave encore ! Le liquide en excès dans le système circulatoire a tendance à migrer dans les tissus et à provoquer des œdèmes (gonflements), par exemple au niveau des chevilles, des pieds, dans les poumons ou dans la région abdominale.

Le pouls s'accélère pour que
le cœur puisse pomper
davantage de sang par minute.

ima34505.gif (2320 octets)

Les veines se contractent
pour mieux remplir le cœur

ima34506.gif (2349 octets)

Ces mécanismes apportent
une aide rapide au système
circulatoire. Mais s'ils se
prolongent sur des semaines
ou des mois, ils se révèlent
nuisibles puisqu'ils entraînent
une sollicitation excessive du
cœur.

ima34508.gif (2376 octets)

 

 

Les petites artères se
contractent pour empêcher
une baisse de la tension
artérielle.

ima34507.gif (2325 octets)

 

 

Les reins excrètent
moins d'urine et retiennent
davantage de liquide dans
le système circulatoire
pour mieux remplir le cœur

Illustration 4 : Les mécanismes d'adaptation de l'organisme en cas d'insuffisance cardiaque

Les méfaits de l'insuffisance cardiaque

Dans un premier temps, l'organisme fait tout pour s'adapter et pour compenser provisoirement l'insuffisance cardiaque. Mais, avec le temps, ces efforts ne suffisent plus – pire : ils sollicitent excessivement le cœur, au point que certains troubles commencent à se manifester visiblement.
Quand la fonction de pompage du cœur n'est plus tout à fait suffisante, le sang a tendance à stagner dans les veines voisines du cœur gauche et du cœur droit. Le liquide stagnant migre dans les tissus. Cette rétention d'eau dans les poumons provoque un essoufflement à l'effort et même, à terme, au repos et durant la nuit. Les personnes concernées ne peuvent plus se tenir à l'horizontale, elles se réveillent la nuit parce qu'elles manquent d'air et doivent se relever à plusieurs reprises pour uriner. La stase (accumulation d'eau) peut aussi se produire dans les alvéoles pulmonaires, les bronches et dans la plèvre qui enveloppe les poumons. La respiration devient difficile, et l'incorporation de sang peut donner une couleur rougeâtre aux crachats.
La stagnation du sang aux portes du cœur droit se répercute jusque dans les jambes et les organes abdominaux. L'eau s'accumule dans les pieds et la partie inférieure des jambes, surtout le soir et même la journée quand la situation se dégrade. Mais cette accumulation d'eau (œdèmes) n'est pas toujours le symptôme d'une insuffisance cardiaque : elle peut avoir d'autres causes. La stagnation du sang dans les organes abdominaux induit la perte de l'appétit, des douleurs gastro-intestinales et un gonflement du foie. A un stade plus avancé, il arrive que de l'eau vienne aussi s'accumuler dans le ventre.

Les quatre degrés de l'insuffisance cardiaque

Médicalement parlant, on peut distinguer quatre degrés de gravité déterminés en fonction des performances. Selon la classification utilisée internationalement, celle de la New York Heart Association (NYHA), ces degrés sont les suivants :

NYHA I :
Il y a maladie
cardiaque mais
sans conséquence
sur la résistance
physique. Pas de
troubles.

 

NYHA II :
Légère dégradation
de la résistance
physique. Les
troubles
n'apparaissent que
lors d'efforts
inaccoutumés.
Insuffisance
cardiaque légère.

 

 

NYHA III :
La résistance physique
est nettement réduite.
Des troubles sont
évidents lors d'efforts
pourtant normaux.
Insuffisance cardiaque
moyenne.

 

 

 

YHA IV :
La résistance physique
est massivement réduite.
Le patient se plaint de
troubles au moindre
effort, voire au repos.
Insuffisance cardiaque
sévère.

Les causes de l'insuffisance cardiaque

Il existe de nombreuses affections qui peuvent être à l'origine d'une éventuelle insuffisance cardiaque susceptible de devenir chronique (illustration 5) :
• Il arrive souvent que des artères coronaires sténosées (rétrécies) entravent la fonction de pompage parce que le muscle cardiaque n'est plus suffisamment alimenté en sang richement oxygéné (maladie coronarienne). Quand une artère coronaire sténosée s'obstrue complètement, la région du cœur qui n'est plus irriguée meurt (infarctus). La partie survivante du muscle cardiaque, qui doit assumer seule tout le travail de pompage, est parfois dépassée par cette tâche. L'infarctus du myocarde entraîne alors une insuffisance cardiaque.
• Si le muscle cardiaque est surchargé à longueur d'année, il tend à s'épuiser. C'est pourquoi une hypertension insuffisamment ou non traitée induit une insuffisance cardiaque à long terme.
• L'insuffisance cardiaque peut aussi provenir de diverses affections des fibres du muscle cardiaque. C'est ainsi que des inflammations ou des maladies infectieuses peuvent affecter le cœur (myocardite). Les substances toxiques (par exemple une consommation excessive d'alcool) endommagent, elles aussi, le muscle cardiaque. Il existe aussi des maladies du muscle cardiaque, les cardiomyopathies, dont l'origine reste encore inexpliquée.
• Les déficiences valvulaires peuvent, par sollicitation excessive du cœur, également entraîner une insuffisance cardiaque. Elles ont de multiples causes, parmi lesquelles les anomalies héréditaires, les processus inflammatoires, les facteurs constitutionnels et les phénomènes d'usure.
• Les malformations cardiaques congénitales sont souvent à l'origine d'une insuffisance cardiaque dès l'enfance.

ima34509.jpg (42710 octets)

Illustration 5 : Les causes les plus fréquentes d'insuffisance cardiaque

Des situations dramatiques peuvent se produire en cas d'insuffisance cardiaque aiguë. Les causes possibles en sont :

• Des arythmies sévères (troubles du rythme cardiaque).
• Une hausse rapide et importante de la tension artérielle lors d'une crise d'hypertension.
• Une embolie pulmonaire, quand un caillot de sang oblitère subitement une artère pulmonaire.
• Un infarctus sévère provoquant la nécrose de toute une région non irriguée du muscle cardiaque.
• Des intoxications aiguës.

Examens médicaux en cas d'insuffisance cardiaque

Avant l'examen proprement dit, le médecin va vouloir obtenir un maximum d'informations sur votre état de santé, vos troubles antérieurs et l'évolution de l'affection qui vous préoccupe actuellement. Cette anamnèse (questionnaire de départ) permettra déjà d'obtenir des données sur les causes de l'insuffisance cardiaque. Ce n'est qu'ensuite que l'on passera à l'examen physique.
• Cet examen comporte, entre autres :
- La mesure du poids comparé à la taille. Les changements rapides du poids sont souvent consécutifs à des rétentions d'eau dans les tissus.
- La prise du pouls. En effet, ce dernier peut être nettement altéré en cas d'insuffisance cardiaque.
- L'examen de la coloration des lèvres : un bleuissement révèle une irrigation déficiente.
• En se servant du stéthoscope pour ausculter la cage thoracique, le médecin écoute les bruits caractéristiques des poumons et du cœur pour déceler une éventuelle faiblesse cardiaque ou une rétention d'eau dans les poumons. Cette méthode permet quelquefois de diagnostiquer immédiatement la cause de l'insuffisance cardiaque; par exemple, les déficiences des valves cardiaques produisent des souffles parfaitement reconnaissables. On recourt à l'électrocardiogramme (ECG) pour repérer des arythmies, entre autres. L'ECG enregistre, à l'aide d'électrodes, les impulsions électriques infimes que produisent les différentes régions cardiaques et les reproduit de manière augmentée sous la forme de courbes.
L'examen radiologique du thorax révèle bien souvent un élargissement de la silhouette cardiaque en cas d'insuffisance cardiaque. La dilatation des veines pulmonaires et les œdèmes sont également bien visibles sur les clichés radiologiques.
• Pour observer en direct la capacité de pompage du cœur, les cardiologues recourent à un procédé parfaitement indolore qui est l'échocardiographie (examen aux ultrasons). Grâce à l'échocardiographie, on peut :
- Mesurer les dimensions des cavités du cœur (ventricules et oreillettes).
- Mesurer l'épaisseur des parois du muscle cardiaque.
- Examiner les valves et repérer d'éventuelles malformations.
- Faire la distinction entre une insuffisance cardiaque systolique (vidage incomplet des ventricules quand le muscle cardiaque se contracte insuffisamment, par exemple après un infarctus du myocarde) et une insuffisance cardiaque diastolique (pression excessive lors du remplissage des ventricules due à la perte d'élasticité du muscle cardiaque, par exemple suite à une longue période d'hypertension).
• Des examens des artères coronaires à l'aide de cathéters et de produits de contraste ne sont effectués que lorsqu'une affection coronarienne est la cause de la déficience du muscle cardiaque.

Les divers traitements de l'insuffisance cardiaque

La survenue subite d'une insuffisance cardiaque aiguë constitue un cas de première urgence nécessitant un traitement immédiat dans un service de soins intensifs.
Mais c'est là une exception, puisqu'on connaît plutôt l'insuffisance cardiaque chronique. Dans ce cas, le traitement repose sur trois piliers :

Le traitement de la maladie causale
Autant que possible, il faut traiter la maladie causale. Par exemple, on traitera l'hypertension avec les préparations appropriées, les arythmies avec des médicaments adaptés ou par l'implantation d'un pacemaker, les déficiences valvulaires par une intervention chirurgicale. En présence d'une maladie coronarienne (angine de poitrine, infarctus du myocarde), fréquemment à l'origine d'une insuffisance cardiaque, on cherchera à améliorer l'irrigation du cœur, en intervenant si nécessaire sur les parties rétrécies des artères coronaires soit en utilisant un ballonnet gonflable pour les dilater, soit en réalisant un pontage en se servant d'une artère mammaire ou d'une veine des jambes.

Une autre hygiène de vie
Les patients doivent adapter leur mode de vie à leur maladie. Astreignez-vous aux exercices modérés (p. ex. promenades régulières) que votre médecin vous aura recommandés. Evitez tout effort excessif. Si vous souffrez d'une insuffisance cardiaque sévère et que vous présentez une importante rétention d'eau dans les poumons ou dans les jambes, quelques jours d'alitement ou de chaise longue ne peuvent que vous faire du bien. Mais il ne faudra pas omettre de mouvoir régulièrement vos jambes de façon à éviter une thrombose (formation de caillots sanguins dans les veines).
Si votre balance accuse quelques kilos de trop, vous pouvez soulager votre cœur en perdant du poids. Contrôlez régulièrement votre poids ! Restreignez drastiquement les mets salés : la présence de sel dans l'organisme entraîne la rétention d'eau, ce qui complique considérablement le travail de pompage du cœur. Donc, pas de salière sur la table. Inquiétez-vous de la teneur en sel des plats que vous consommez, tout particulièrement s'il s'agit de conserves ou de préparations précuisinées.
Renoncez à l'alcool ou, à défaut, n'en consommez que très rarement et très peu. L'alcool peut abîmer le muscle cardiaque et provoquer des arythmies. Quant aux fumeurs, ils devraient arrêter de fumer le plus tôt possible pour sauvegarder leurs vaisseaux sanguins et leurs poumons.

Les médicaments
Il existe des médicaments destinés à soulager les inconvénients de l'insuffisance cardiaque. A cet effet, on a recours à quatre groupes de médicaments spécifiques qui sont les inhibiteurs de l'ECA, les diurétiques, la digitale et les bêtabloquants. Chacun de ces médicaments induit des effets particuliers : certains déchargent le cœur, d'autres renforcent sa puissance.
Pour traiter l'insuffisance cardiaque, il est courant de combiner des médicaments provenant des différents groupes, par exemple un inhibiteur de l'ECA avec un diurétique. Cette multithérapie permet d'adapter le traitement de l'insuffisance cardiaque à la situation particulière de chaque patient. Il peut arriver que des effets indésirables se manifestent durant le traitement. Dans ce cas, il ne faut surtout pas s'empresser de renoncer à la médication, mais plutôt en parler immédiatement à son médecin pour envisager d'éventuelles modifications.

La suite du traitement

Si l'insuffisance cardiaque n'est que légère - consécutive par exemple à un petit infarctus - on peut souvent cesser le traitement après quelques semaines ou quelques mois. Après un infarctus, le plus important est d'éliminer autant que possible les facteurs de risque existants. Des contrôles réguliers permettent de dépister en temps voulu les signes précurseurs d'une nouvelle insuffisance cardiaque.
Mais, en principe, l'insuffisance cardiaque nécessite un traitement à long terme. Des contrôles médicaux réguliers permettent d'adapter la thérapie aux éventuels changements de conditions. Si les troubles s'aggravent, une hospitalisation peut se révéler nécessaire jusqu'à ce que la situation se stabilise.
Du fait que l'insuffisance cardiaque implique une certaine inactivité, elle peut entraîner une fonte musculaire qui nuit elle-même aux performances. C'est pourquoi certaines institutions de réhabilitation proposent des programmes spécialement destinés aux insuffisants cardiaques, leur permettant ainsi de suivre un entraînement ciblé pour retrouver de la force, de l'endurance et leur joie de vivre.
Il peut arriver que toutes les possibilités thérapeutiques que nous avons citées se révèlent insuffisantes pour venir à bout d'une insuffisance cardiaque sévère. Dans des cas extrêmes, on peut envisager une transplantation cardiaque. Toutefois, comme les donneurs sont rarissimes, les candidats à la transplantation doivent répondre à des critères draconiens. La transplantation améliore autant la qualité de vie que les chances de survie. Il n'en reste pas moins que l'existence d'un transplanté comporte nécessairement certains risques (rejet, infections, tumeurs). C'est une des raisons pour lesquelles on teste de nouvelles thérapies pharmacologiques, cellulaires et génétiques.

Médicaments pour le traitement de l'insuffisance cardiaque

Les inhibiteurs de l'ECA sont des médicaments qui bloquent les fonctions de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA). La formation d'angiotensine Il se voit ainsi limitée et les petites artères se contractent moins. Les inhibiteurs de l'ECA réduisent ainsi la sollicitation à laquelle le cœur est soumis. D'importantes études ont montré que les inhibiteurs de l'ECA influencent favorablement l'évolution de la maladie chez les insuffisants cardiaques, qu'ils réduisent le nombre d'hospitalisations et qu'ils augmentent l'espérance de vie. Il peut arriver que le médecin renonce à prescrire des inhibiteurs de l'ECA à cause d'effets indésirables pour leur préférer d'autres médicaments (p. ex. des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II).

Les diurétiques soulagent le cœur en réduisant les œdèmes dans l'organisme et en diminuant la tension lors du remplissage du cœur. Ces médicaments réduisent également la stagnation du sang dans les poumons et facilitent donc la respiration. L'eau est éliminée par les reins en même temps que les sels organiques (essentiellement du chlorure de sodium, c'est-à-dire du «sel de cuisine»). Certains diurétiques augmentent non seulement l'élimination du sodium dans les urines, mais aussi celle du potassium. Une carence de potassium peut, selon les cas, provoquer de graves arythmies, mais on peut lutter contre cette carence en adoptant une alimentation riche en potassium (p. ex. pommes de terre, bananes, fruits secs, jus d'orange). Si l'apport en potassium se révèle malgré tout insuffisant, le médecin prescrira des tablettes de potassium. Mais il existe aussi des diurétiques qui ménagent le potassium (antagonistes de l'aldostérone) : ils diminuent l'élimination du potassium par les reins et se sont révélés efficaces pour le traitement de l'insuffisance cardiaque. L'action bénéfique des diurétiques se manifeste par la disparition progressive des œdèmes, notamment dans les jambes ainsi que par une nette perte de poids.

La digitale améliore la force du muscle cardiaque, renforce la capacité de pompage et amène le cœur à battre plus lentement et plus régulièrement. Elle agit surtout sur la fibrillation des oreillettes. Par une analyse de sang, le médecin peut mesurer le taux de digitale dans le sang, ce qui lui permet de régler le dosage. En effet, si l'on abuse de cette substance et que son taux devient excessif, on doit redouter des effets indésirables (perte de l'appétit, vomissements, bourdonnements d'oreille, troubles de la vue, arythmie). Pendant un traitement à la digitale, il faut veiller à ce que le taux de potassium reste suffisant.

Les bêtabloquants protègent le cœur et le système cardio-vasculaire contre des influx nerveux excessifs en provenance du système neurovégétatif sympathique. A long terme, ces influx nerveux surchargent le cœur déjà affaibli et peuvent causer des arythmies. Les bêtabloquants peuvent contribuer à l'amélioration de la capacité de pompage. Au début, le médecin optera pour un dosage très bas, que l'on augmentera très lentement au fur et à mesure des semaines et des mois. En procédant ainsi, on voit souvent les bêtabloquants exercer une influence positive sur l'évolution de l'insuffisance cardiaque.

La recherche est prioritaire

On peut mener une vie active malgré l'insuffisance cardiaque. Dans la plupart des cas, c'est une maladie qui se traite très bien aujourd'hui par la prise de médicaments et l'adaptation de l'hygiène de vie. Les chercheurs travaillent continuellement à mieux comprendre les causes de l'insuffisance cardiaque. Les connaissances incessamment accumulées débouchent sur des médicaments toujours plus efficaces. On travaille par exemple sur des médicaments capables d'arrêter la nécrose des cellules du muscle cardiaque. La recherche est extraordinairement importante dans le domaine de l'insuffisance cardiaque, et c'est pourquoi la Fondation Suisse de Cardiologie soutient les projets de recherche les plus prometteurs.

Voici les réponses à quelques questions que vous vous posez peut-être :

L'activité physique se justifie-t-elle ?
En cas d'insuffisance cardiaque chronique stable, une activité musculaire douce se révèle profitable : il peut s'agir de promenades quotidiennes d'une demi-heure ou d'un entraînement tranquille de vingt minutes sur un vélo d'appartement. L'entraînement à la mobilité empêche la fonte musculaire, tout comme il améliore la qualité de vie et le potentiel de performances. Votre respiration vous indique si votre activité physique est adaptée à votre état. Un essoufflement excessif vous signale que vous avez dépassé vos limites. En cas d'insuffisance cardiaque sévère, il faut limiter l'activité physique. Voyez avec votre médecin ce qui vous convient le mieux en matière d'activité physique, d'intensité et de durée.

Dois-je changer de régime alimentaire ?
Vous devez dans tous les cas vous débarrasser de vos kilos superflus, puisqu'une surcharge pondérale nuit considérablement au cœur et au système cardio-vasculaire, déjà au repos, mais encore plus lors de l'effort (surtout pour la montée d'escaliers). En cas d'insuffisance cardiaque avancée, il faut limiter l'apport de sel. Mais il n'est plus indispensable de s'astreindre à un régime sans sel grâce aux diurétiques qui facilitent l'élimination du sel. Hormis les jours très chauds, l'ingestion de liquide ne devrait pas dépasser 1 à 1,5 litre par jour. Parlez aussi de ces questions alimentaires avec votre médecin traitant.

Qu'en est-il de la fumée et de la consommation d'alcool ?
Les cardiaques devraient absolument cesser de fumer. Au cas où l'on soupçonne une affection cardiaque d'être due à la consommation d'alcool (cardiomyopathie), ou en cas d'arythmie, on évitera absolument toute consommation d'alcool. Dans tous les autres cas, une consommation raisonnable (deux verres de vin rouge par jour pour les hommes, un verre pour les femmes) est permise. Mais si vous devez perdre du poids, tenez compte des calories contenues dans les boissons alcooliques.

Puis-je séjourner en altitude ?
Jusqu'à 1500 mètres, il n'y a normalement aucun problème pour les cardiaques. On recommande de s'accorder deux ou trois jours d'acclimatation avant d'entreprendre de petites randonnées. Au début, les promenades ne devraient pas comporter de déclivités. L'idéal est de parler avec votre médecin de votre forme et de vos performances.

Les voyages en avion sont-ils problématiques ?
La plupart des avions de ligne sont équipés de cabines pressurisées reproduisant une pression équivalant au maximum à 2000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Les vols brefs (de 60 à 90 minutes) n'entraînent en principe aucune nuisance. En revanche, les longs vols sont déconseillés en cas d'insuffisance cardiaque sévère. Si vous devez prendre l'avion, veillez à arriver assez tôt à l'aéroport pour ne pas être pressé par le temps. Dans des cas particuliers, vous pouvez (vous, ou de préférence votre médecin) demander l'assistance du personnel au sol et de cabine. Mais avant de prendre l'avion, prenez l'avis de votre médecin.

La réédition de cette brochure a été rendue possible grâce à l'important soutien financier de la maison Roche Pharma (Suisse) SA.

ima34510.jpg (2454 octets)

ima34511.jpg (3142 octets)

Cette brochure vous est offerte par la Fondation Suisse de Cardiologie. La Fondation de Cardiologie s'efforce de publier régulièrement des informations à l'intention des patients et des bien-portants pour leur présenter en toute objectivité les problèmes cardiaques et circulatoires, ainsi que leur prévention et leur traitement. De plus, la Fondation Suisse de Cardiologie soutient des projets scientifiques dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Ces deux activités exigent des sommes d'argent considérables chaque année. Par un don, vous nous aiderez à poursuivre notre activité pour le bien des malades cardiaques et de la population en général. Nous vous remercions cordialement de votre aide.

ima34512.jpg (2829 octets)

Le label de qualité ZEWO garantit
une affectation correcte et désintéressée
de vos dons à des fins d'utilité publique

Le ZEWO (Bureau central des œuvres de bienfaisance) confère ce label de qualité aux institutions d'utilité publique en Suisse qui respectent les directives strictes du ZEWO quant à la présentation des comptes, la gratuité et la transparence. Ce label de qualité est digne de confiance ; il vous protège contre le détournement de vos dons.

La Fondation Suisse de Cardiologie - reconnue d'utilité publique par le ZEWO

ima34513.gif (2683 octets)Fondation Suisse de Cardiologie
Schwarztorstrasse 18, 3000 Berne 14
Téléphone 031 388 80 80, fax 031 388 80 88
E-mail : info@herzstiftung.ch
Compte de chèques postaux 10-65-0




retour_zap.gif (5643 octets) home.gif (2082 octets)