Informations sur le test de dépistage des anticorps anti-VIH   

 

Table des matières

Introduction
Quelles sont les raisons de faire un test?
Quelles sont les raisons de faire un test de dépistage du VIH du point de vue médical?
Pourquoi le conseil individuel est-il aussi important?
Où puis-je me faire conseiller?
Où puis-je me faire tester?
Qui décide d'un test de dépistage du VIH?
Quand aurai-je le résultat?
Qui d'autre est informé du résultat?
Quels sont les différents tests de dépistage du VIH existants?
Comment interpréter le résultat du test?
Quelles conséquences un résultat de test positif peut-il avoir pour moi?
L'essentiel en bref sur le test de dépistage du VIH
Comment le VIH se transmet-il et comment ne se transmet-il pas?
Qu'est-ce qu'une prophylaxie postexposition (PEP)?
Adresses

Introduction

Vous vous demandez si vous vous êtes infecté par le VIH ou non et vous savez qu'il existe un test qui peut confirmer qu'une infection est présente ou non. Que faire?
Un entretien individuel de conseil avec votre médecin, une antenne régionale de l'Aide Suisse contre le Sida ou un centre de dépistage anonyme vous aidera dans vos réflexions sur le pour et le contre d'un test du VIH.

Cette brochure vous propose des informations sur le test du VIH et vous aide à prendre votre décision pour ou contre le test. Elle ne peut cependant pas remplacer un entretien de conseil.

Quelles sont les raisons de faire un test

  • Vous craignez de vous être infecté par le virus du VIH parce que vous avez vécu une situation présentant un risque de transmission.
    Ces situations sont:
    - les rapports sexuels vaginaux et/ou anaux non protégés
    - les rapports sexuels bucco-génitaux non protégés, quand du sperme ou du sang
      des règles pénètre dans la bouche et/ou est avalé
    - l'utilisation commune de seringues et d'aiguilles usagées lors de l'usage
      de drogues intraveineuses
  • Vous vivez dans une relation fidèle. Vous aimeriez renoncer à l'avenir aux préservatifs et voulez vous assurer que vous ne vous êtes pas infecté par le passé.
  • Vous êtes enceinte et n'êtes pas sûre de ne pas vous être infectée par le passé. Vous souhaitez protéger votre enfant d'une transmission du VIH.
  • Vous avez des symptômes qui pourraient être dus à une infection par le VIH et votre médecin désire en déterminer la cause.
  • Vous voulez prendre une assurance privée pour laquelle un test du VIH est exigé.

Quelles sont les raisons de faire un test de dépistage du VIH
du point de vue médical?

Le test donne une certitude sur la présence d'une infection par le VIH (test positif) ou l'absence de celle-ci (test négatif). Si le test est positif, votre médecin vous proposera d'autres analyses médicales. Ces analyses fournissent une base pour décider de traiter l'infection ou non. Un dépistage précoce de l'infection par le VIH est donc une condition importante pour utiliser au mieux les possibilités médicales. Au contraire, un diagnostic tardif de l'infection diminue les chances de succès du traitement. Du point de vue médical, on peut donc dire: si vous avez pris un risque, faites-vous conseiller et tester.

Pourquoi le conseil individuel est-il aussi important?

Au cours d'un entretien de conseil, vous pouvez poser des questions sur la base de votre vécu et de votre situation personnelle, demander des précisions, parler de vos peurs et problèmes. Quand vous vous sentez suffisamment informé et que le risque de transmission couru est clair, vous pouvez prendre votre décision.
Un résultat de test positif a de nombreuses conséquences personnelles, médicales, juridiques et sociales (voir paragraphe « Quelles conséquences un résultat de test positif peut-il avoir pour moi? »). Un entretien de conseil individuel sur le test de dépistage du VIH et le sida prend du temps et doit avoir lieu dans une atmosphère de confiance. N'acceptez pas que l'on fasse pression sur vous et ne vous mettez pas non plus vous-même sous pression. Si, à l'issue d'un entretien, vous avez encore des questions à poser ou si vous hésitez encore à prendre une décision, prenez un nouveau rendez-vous.

Où puis-je me faire conseiller?

Vous pouvez vous faire conseiller en détail auprès d'une antenne régionale de l'Aide contre le sida, auprès de votre médecin ou d'un centre de dépistage anonyme (voir paragraphe « Adresses »).

Où puis-je me faire tester?

Vous pouvez vous faire tester dans un centre de dépistage anonyme ou dans un cabinet médical. Dans un centre de dépistage anonyme, le test devra être payé directement sur place.
Si le test est effectué dans un cabinet médical, vous avez deux possibilités: soit le test est effectué sous votre nom, et les coûts, y compris pour l'entretien de conseil, sont pris en charge par la caisse-maladie. Soit le test est effectué de manière anonyme par votre médecin et le prix devra être réglé au cabinet médical. Si vous souhaitez cette solution, dites-le clairement à votre médecin.

Qui décide d'un test de dépistage du VIH?

Le test de dépistage du VIH est une affaire personnelle. C'est vous qui décidez librement de faire le test ou non. Personne n'a le droit de vous y obliger. Vous avez le droit de refuser le test. Les médecins, les hôpitaux et les laboratoires ne sont autorisés à vous tester que si vous en avez été informé et avez expressément donné votre accord.

Quand aurai-je le résultat?

En principe, le résultat est disponible au bout de deux ou trois jours. On peut le demander par téléphone auprès des centres de dépistage anonyme ou du médecin. Le résultat peut également être communiqué dans le cadre d'un entretien dans le cabinet du médecin ou au centre de dépistage.

Qui d'autre est informé du résultat?

Le secret médical s'applique aussi au test de dépistage du VIH. Les médecins, le personnel soignant et les personnes qui conseillent n'ont pas le droit de renseigner des tierces personnes sur votre test ou sur le résultat. Si la caisse-maladie prend en charge le test, la facture lui apprend qu'un test a été fait. Elle n'est pas mise au courant du résultat, mais celui-ci est mentionné dans votre dossier médical. Si vous souhaitez que votre médecin effectue le test de manière anonyme, exprimez clairement ce souhait. Dans ce cas, le résultat sera également enregistré dans le dossier médical, sauf si vous vous y opposez expressément.

Quels sont les différents tests de dépistage du VIH existants?

Le test de dépistage des anticorps anti-VIH
Dans le langage courant, le test de dépistage des anticorps anti-VIH est appelé test de dépistage du VIH ou test du sida. Dans cette brochure également, il est question de test de dépistage du VIH, il s'agit là en fait du test de dépistage des anticorps anti-VIH. Ce test détecte la présence de défenses immunitaires, les anticorps, qui ont été produits en réponse au virus.

Même dans de très bonnes conditions, il faut compter en principe plus de trois semaines, dans certains cas jusqu'à trois mois, avant de pouvoir détecter les anticorps. Le résultat d'un test de dépistage des anticorps anti-VIH n'est donc suffisamment fiable que trois mois après la dernière prise de risque.

En plus des tests effectués en laboratoire, il existe aujourd'hui un test rapide autorisé en Suisse qui fournit un résultat en l'espace d'une demi-heure. Son usage n'est autorisé que dans les cabinets médicaux, les centres de dépistage et de conseil anonymes dirigés par des médecins et les hôpitaux.

Test de confirmation
Si le premier test est positif (c'est-à-dire qu'on trouve des anticorps) ou si le résultat est incertain, un deuxième échantillon de sang est analysé plus à fond dans un laboratoire de confirmation. Une infection par le VIH n'est considérée comme confirmée que si cette deuxième analyse est également positive.

Test à faire soi-même
Ces tests à faire "à la maison" ne sont pas autorisés en Suisse. Ils ne sont pas suffisamment fiables, c'est-à-dire qu'ils présentent trop de risques d'erreurs. N'utilisez en aucun cas un tel test.

Dépistage direct du virus
Les tests décrits plus haut décèlent la réponse du système immunitaire au virus VIH. Mais il est également possible de détecter le virus lui-même. Ces tests directs ne sont pas adaptés au dépistage normal d'une infection par le VIH. En effet, un résultat négatif (c'est-à-dire que l'analyse ne montre pas de virus) ne peut pas exclure complètement une infection.

Comment interpréter le résultat du test?

Un résultat "négatif" (séronégatif):

  • signifie que vous ne vous êtes pas infecté par le VIH puisqu'on n'a pas trouvé d'anticorps dans votre sang. Attention, ce résultat n'est fiable que si la dernière transmission éventuelle du virus remonte à au moins trois mois avant le test;
  • ne signifie pas que vous êtes immunisé contre le VIH ou résistant au virus. Continuez à appliquer les règles du sexe à moindres risques, à savoir:
    - lors de rapports vaginaux et/ou anaux, utilisez toujours des préservatifs et
    - lors de rapports bucco-génitaux, prenez garde que le sperme ou le sang des règles
      ne pénètrent pas dans la bouche et ne soient pas avalés.
    - N'utilisez pas d'aiguilles et de seringues déjà utilisées.

Le respect des règles du sexe à moindres risques et de l'usage de drogues à moindres risques est la meilleure protection contre une infection par le VIH.

Un résultat "positif" confirmé par un deuxième test (séropositif) :

  • signifie que vous vous êtes infecté par le VIH;
  • n'indique pas si vous allez tomber malade du sida et si oui, quand. Ce résultat ne permet donc aucun pronostic sur l'évolution de l'infection. D'autres analyses permettent par contre de faire un pronostic plus fiable;
  • permet de réfléchir à l'éventualité d'un traitement. En effet, les nouveaux traitements existants permettent - si on les démarre à temps - de retarder le moment où le sida se déclare. Malgré leurs effets secondaires éventuels, ces traitements permettent d'améliorer nettement la qualité de vie;
  • signifie que vous pouvez infecter votre partenaire par le VIH. Protégez autrui en appliquant les règles du sexe à moindres risques.

Quelles conséquences un résultat de test positif peut-il avoir pour moi?

Un résultat de test positif peut avoir diverses conséquences personnelles, juridiques et médicales. Il est préférable d'en parler au cours d'un entretien de conseil individuel. Adressez-vous à votre antenne régionale de l'Aide contre le Sida ou à votre médecin. Ils parleront avec vous des conséquences éventuelles d'un test positif et vous informeront sur le soutien disponible: soutien psychologique, traitement médical, groupes d'entraide. Les antennes régionales de l'Aide contre le sida proposent également un conseil téléphonique qui vous permet de garder l'anonymat.

Il est difficile mais indispensable d'informer son ou sa partenaire afin que celui-ci/celle-ci puisse également peser le pour et le contre d'un test.

Pour l'assurance-maladie obligatoire, un test positif n'est pas un problème. Les personnes atteintes du VIH ou du sida peuvent changer de caisse-maladie sans problème, les assureurs n'ont pas le droit de poser des questions sur l'état de santé.

Par contre, pour les autres assurances et sur le lieu de travail, il peut y avoir des difficultés en raison d'un test positif:

  • Les assureurs ont le droit de poser des questions sur l'état de santé - et donc aussi sur une infection par le VIH dans le cas d'une assurance complémentaire à l'assurance-maladie, d'une assurance-vie, d'une assurance indemnité journalière (perte de gain par suite d'une maladie) et d'une assurance retraite complémentaire (d'une caisse de pension). Les assureurs et les caisses de retraites peuvent exclure les personnes atteintes du VIH ou encore les accepter sous réserve.
  • Si vous passez sous silence le diagnostic "séropositif", vous courez le risque que l'assureur résilie un jour le contrat.
  • Il y a malheureusement encore des employeurs qui veulent savoir si vous avez fait un test - et si oui, quel en a été le résultat - et qui refusent d'embaucher des personnes séropositives.

Les antennes régionales de l'Aide contre le Sida sont en mesure de vous informer de manière actuelle sur toutes ces questions.

L'essentiel en bref sur le test de dépistage du VIH

  • Si vous craignez de vous être infecté par le VIH, faites-vous conseiller. S'il ressort de l'entretien que le risque d'infection se confirme, il est recommandé de faire un test.
  • Il est interdit de faire un test de dépistage du VIH sans que vous soyez au courant et ayez donné votre accord. Personne ne peut vous obliger à faire un test. Que vous fassiez un test ou non: c'est vous qui décidez.
  • Le résultat d'un test de dépistage du VIH n'est fiable qu'au bout de trois mois après une transmission éventuelle. En effet, la réaction de défense de l'organisme contre le VIH ne peut pas être décelée avec certitude avant ce délai.
  • Le test de dépistage du VIH n'est ni une mesure de prévention ni une mesure de protection. Le seul moyen de vous protéger est d'appliquer les règles du sexe à moindres risques et de l'usage de drogues à moindres risques.

Comment le VIH se transmet-il et comment ne se transmet-il pas?

Le sida (syndrome d'immuno-déficience acquise) est provoqué par le VIH (virus d'immuno-déficience humaine). Le VIH peut se transmettre:

  • au cours de rapports sexuels vaginaux et/ou anaux non protégés,
  • au cours de rapports sexuels bucco-génitaux non protégés, c'est-à-dire si du sperme ou du sang des règles pénètre dans la bouche ou est avalé;
  • lors de l'utilisation de seringues ou d'aiguilles usagées

ainsi que

  • de la mère séropositive à l'enfant au cours de la grossesse, pendant l'accouchement ou l'allaitement.

Le VIH ne se transmet ni par l'air, ni par les piqûres d'insectes; ni par la toux, les éternuements, les caresses, les baisers, ni par l'utilisation commune de vaisselle et de couverts, de toilettes, de salles de bains, ni lors de soins médicaux ou dentaires. Une transmission du VIH par transfusion sanguine est aujourd'hui pratiquement exclue en Suisse tous les dons de sang sont testés.

Qu'est-ce qu'une prophylaxie postexposition (PEP)?

A la suite d'une situation à haut risque de transmission du VIH, il est possible de faire un traitement appelé PEP (prophylaxie postexposition). Ce traitement a pour but d'empêcher que vous deveniez séropositif. Une situation à haut risque est par exemple l'utilisation d'une seringue ayant été utilisée auparavant par une personne séropositive. Ou des rapports sexuels sans préservatif avec un partenaire séropositif ou une partenaire séropositive.

Dans un tel cas, il est recommandé de contacter immédiatement un centre VIH ou le service des urgences d'un hôpital, car la PEP doit être commencée dans les 72 heures suivant la transmission supposée. Selon le risque encouru, on vous proposera éventuellement une PEP.

Pour ce traitement, il faut prendre plusieurs médicaments en même temps pendant deux à quatre semaines. Il présente des effets secondaires qui ne permettent pas de l'employer à la légère. La PEP n'est pas en mesure de garantir que l'infection n'aura pas lieu. Il ne faut donc pas la prendre pour une "pilule du lendemain".

Adresses

Centres VIH et centres de dépistage anonyme

Romandie

Fribourg
Hôpital cantonal de Fribourg
Centre de transfusion sanguine
Croix-Rouge suisse
1700 Fribourg
Tél. 026 426 81 80

Genève
Information et consultation Sida
Hôpital cantonal
1205 Genève
Tél. 022 372 96 17
et 022 372 95 25

Lausanne
Consultation Sida
Centre Hospitalier Universitaire
Vaudois
46, rue du Rugnon
1011 Lausanne
Tél. 021 314 10 22

Neuchâtel
Hôpital de la Ville de Neuchâtel
Hôpital des Cadolles
4, Avenue des Cadolles
2002 Neuchâtel
Tél. 032 722 91 03

Tessin
Bellinzona
Ospedale "San Giovanni"
Ambulatorio per le malattie
infettive
6500 Bellinzona
Tél. 091 820 91 1 1

Locarno
Ospedale "La Carità"
Reparto di medicina
6600 Locarno
Tél, 091 756 77 16

Lugano
Ospedale Civico
Ambulatorio per le malattie
infettive
6900 Lugano
Tél. 091 805 60 21

Mendrisio
Ospedale "Beata Vergine"
Consultazione HIV
6850 Mendrisio
Tél. 091 646 01 01

Suisse allemande

Argovie
Kantonsspital Aarau
Medizinisches Ambulatorium
Haus 7
5000 Aarau
Tél. 062 838 68 12

Bâle
Aids-Beratung Kantonsspital
Hebelstrasse 2
4056 Bâle
Tél. 061 265 24 31

Aids-Beratungsstelle
Kantonsspital Liestal
Rheinstrasse 26
4410 Liestal
Tél. 061 925 25 25

Berne
Anonyme HIV-Beratungs- und
-Testsstelle am Inselspital
3010 Berne
Tél. 031 632 25 25

Saint-Gall
Aids-Sprechstunde
Kantonsspital
Rorschacher Strasse 95
9007 St. Galien
Tél. 071 494 10 28

Zurich
Aids-Sprechstunde
Universitätsspital
8091 Zurich
Tél. 01 255 23 06

Adresses des antennes régionales de l'ASS

Aids-Hilfe Aargau
Entfelderstrasse 17
5000 Aarau
Tél. 062 824 44 50

Aids-Hilfe beider Basel
Clarastrasse 4
4058 Basel
Tél. 061 692 21 22

Aids-Hilfe Bern
Monbijoustrasse 32
Postfach 5020, 3001 Bern
Tél. 031 390 36 36

Dialogai
Association homosexuelle
11, rue de la Navigation
Case postale
1211 Genève 21
Tél. 022 906 40 40

Empreinte
Fondation Le Tremplin
57, bd. Pérolles
1700 Fribourg
Tél. 026 424 24 84

Sozialdienst des Kt. Glarus
Aidsprävention/-beratung
Winkelstrasse 22
8750 Glarus
Tél. 055 646 66 24

Groupe Sida Genève (GSG)
17, rue Pierre-Fatio (Rive)
1204 Genève
Tél. 022 700 15 00

Aids-Hilfe Graubünden
Lürlibadstrasse 15
7000 Chur
Tél. 081 252 49 00

Groupe Sida Jura
6, route de Porrentruy
2800 Delémont
Tél. 032 423 23 43

Aids-Hilfe Luzern
Wesemlinrain 20
Postfach 6183, 6000 Luzern 6
Tél. 041 410 69 60

Groupe Sida Neuchâtel
18, Grand-Rue
2034 Peseux
Tél. 032 737 73 37

Aids-Hilfe Oberwallis
Spittelgasse 2
Postfach 30
3930 Visp
Tél. 027 946 46 68

Aids-Hilfe
Thurgau/Schaffhausen
Rathausbogen 15
8200 Schaffhausen
Tél. 052 625 93 38

Fachstelle für Aidsfragen
Schwyz
Gotthardstrasse 31
6410 Goldau
Tél. 041 859 17 27

Aids-Hilfe Solothurn
Gibelinstrasse 10
4502 Solothurn
Tél. 032 622 42 82

Aids-Hilfe St. Gallen/Appenzel
Tellstrasse 4
Postfach 8
9001 St. Gallen
Tél. 071 223 68 08

Aiuto Aids Ticino
Via Zurigo 3
Casella postale 4034
6904 Lugano
Tél. 091 923 80 40

Aids-Hilfe
Thurgau/Schaffhausen
Oberstadtstrasse 6
Postfach 28
8500 Frauenfeld
Tél. 052 722 30 33

Antenne Sida
du Valais romand
14, rue de Condémines
1950 Sion
Tél. 027 322 87 57

Point fixe
14, rue Louis-Curtat
1005 Lausanne
Tél. 021 320 40 60

Aids-Infostelle Winterthur
Technikumsstrasse 84
Postfach 1251
8401 Winterthur
Tél. 052 212 81 41

Fachstelle für Aidsfragen Zug
Zeughausstrasse 9
6300 Zug
Tél. 041 710 48 65

Zürcher Aids-Hilfe
Birmensdorferstrasse 169
Postfach 8018
8036 Zürich
Tél. 01 461 15 16

Aids-Hilfe Liechtenstein
lm Malarsch 4
Postfach 207
FL-9494 Schaan
Tél. 075 232 05 20

Autres adresses

Office fédéral de la santé
publique (OFSP)

Case postale
3003 Berne
Tél. 031 322 21 11
Fax 031 322 95 07
E-mail info@bag.admin.ch
Internet www.admin.ch/bag/

Section sida
Tél. 031 323 88 11
Fax 031 322 24 54
E-mail aids@bag.admin.ch
Internet www.admin.ch/bag/aids

Sida Info Doc Suisse
Centre de documentation
pour l'information sur le sida
Case postale 5064
3001 Berne
Tél. 031 312 12 66
Fax 031 311 64 14
E-mail lnfo@aid.ch
Internet www.aidsnet.ch

Aide Suisse contre le Sida
(ASS)
Case postale 1118
8031 Zurich
Tél. 01 447 11 11
Fax 01 447 11 12
E-Mail aids@aids.ch
Internet www.aids.ch

Vous pouvez obtenir ici des adresses d'organisations
pour personnes touchées et de groupes d'entraide pour
les personnes vivant avec le VI H ou le sida.

Impressum

Editeur
Office fédéral de la santé publique (OFSP) en
collaboration avec la Commission fédérale pour
les problèmes liés au sida (CFS)
Juin 2000

Renseignements
Office fédéral de la santé publique
Section sida
Case postale, 3003 Berne
Tél. 031 323 88 11
Fax 031 322 24 54

Rédaction
Flavia Schlegel, OFSP, Berne; Mathis Brauchbar,
Locher, Brauchbar & Partner AG, Bâle;
Wolfgang Wettstein, Kommunikationsberatung
und Medienarbeit, Zurich

Maquette
Gerber Typografik, Berne

Adresse de commande
Sida Info Doc Suisse
case postale 5064, 3001 Berne
Tél. 031 318 32 70
Fax 031 311 05 65
E-Mail
bestellungen@aid.ch
ou sur
www.admin.ch/bag/aids

Versions linguistiques
français, allemand, italien

Reproduction autorisée avec indication de la source (également extraits).



retour_zap.gif (5643 octets)home.gif (2082 octets)