ima23801.gif (21789 octets)

Informations à l'intention des parents

IMMUNISATION
PREVENTIVE
contre la rougeole, les
oreillons et la rubéole

Les vaccinations sont-elles obligatoires ?

En Suisse, les vaccinations reposent sur une base volontaire. On établit des recommandations deima23802.gif (3742 octets) vaccination dont l'objectif est la protection vaccinale optimale de la population, et par là même, de chaque individu. C'est ainsi grâce à la vaccination orale contre la poliomyélite (paralysie infantile) que l'on doit la disparition pratiquement complète de cette maladie en Suisse. La vaccination contre la poliomyélite doit cependant être poursuivie, car l'agent de la maladie est réimporté d'autres pays. L'élimination de la variole dans les années 80 est un très bon exemple qui montre qu'une maladie peut être éliminée à l'échelle mondiale par une immunisation préventive. Cette brochure a pour but de vous apporter les informations essentielles concernant la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole.

"Les maladies d'enfance ne sont pas dangereuses
- alors pourquoi vacciner ?"

De nombreuses personnes pensent que la rougeole, les oreillons et la rubéole ne sont pas des maladiesima23803.gif (24845 octets) dangereuses, parce qu'elles n'ont elles-mêmes, par chance, pas souffert de complications graves de ces maladies. Cette appréciation ne correspond cependant pas à la réalité. Ces infections sont certes devenues plus rares, mais en aucun cas moins dangereuses. De plus, l'amélioration progressive de notre niveau de vie a pour conséquence que des maladies d'enfance comme la rougeole, les oreillons ou la rubéole se décalent de plus en plus vers l'âge adulte, et ce phénomène augmente le risque de développer des complications graves. (A noter que cette évolution ne concerne pas seulement les maladies contre lesquelles on pratique la vaccination.)

Contre quelles maladies la vaccination protège-t-elle ?

La rougeole, les oreillons et la rubéole sont provoqués par des virus. Ces trois maladies se transmettent principalement par des gouttelettes infectées, par exemple lorsque l'on tousse ou éternue. La rougeole est particulièrement contagieuse.ima23804.gif (7514 octets)

La rougeole est accompagnée d'une forte fièvre, de toux, d'une inflammation des conjonctives et d'une éruption cutanée typique. La maladie dure environ deux semaines. Les pneumonies et les otites en sont des complications fréquentes. Chez les enfants en bas âge, on observe un cas d'encéphalite (inflammation du cerveau) sur 10'000 cas de rougeole, alors que l'on observe un cas d'encéphalite sur 1000 cas de rougeole chez les enfants plus grands et les adolescents. Environ 30% des enfants qui développent cette complication en décèdent ; environ 20% des survivants souffrent de séquelles permanentes au niveau du cerveau.

Les oreillons se manifestent par de la fièvre, des maux de tête etima23805.gif (8064 octets) une enflure des glandes salivaires (parotidite). Chez au moins un malade sur dix, les oreillons se compliquent d'une méningite (inflammation des méninges) et occasionnellement d'une encéphalite. La perte auditive est par ailleurs une complication rare, mais cependant typique des oreillons. Ces derniers représentent d'ailleurs aujourd'hui l'une des causes les plus fréquentes de surdité définitive chez l'enfant. Chez un adolescent ou un homme adulte sur quatre, il apparaît une enflure et une inflammation des testicules.

La rubéole présente le plus souvent une évolution bénigne. La fièvre, l'éruption cutanée et l'enflure des ganglions lymphatiques en sont les symptômes typiques. La rubéole est surtout redoutée au cours de la grossesse. L'infection peut atteindre l'enfant qui se développe au sein de la mère et provoquer chez lui de graves lésions, particulièrement au cours des 3 premiers mois. Les conséquences possibles vont des malformations au niveau des yeux, des oreilles et du coeur, auxima23806.gif (24765 octets) malformations cérébrales et à la fausse-couche. Le problème est particulièrement sournois, car plus de la moitié des infections rubéoleuses évoluent sans éruption, voire même sans symptômes du tout, de sorte que les femmes enceintes ne savent souvent même pas qu'elles ont été infectées. En outre, de nombreuses femmes pensent avoir déjà eu la rubéole durant leur enfance, ce qui, malheureusement, n'est souvent pas exact. Dans ce contexte, seul le test recherchant les anticorps contre le virus de la rubéole peut apporter une certitude - le mieux étant de l'effectuer avant le début de la grossesse.

Pour quelles raisons pratiquer la vaccination ?

Il n'existe aucun médicament permettant de soigner la rougeole, les oreillons et la rubéole. C'est pourquoi l'immunisation préventive représente la seule possibilité de protéger son enfant contre les complications de la rougeole ou des oreillons décrites ci-dessus. L'immunisation préventive des filles et des garçons contre la rubéole a pour but d'éviter qu'ils ne puissent constituer une source d'infection pour les femmes enceintes ; c'est en effet le seul moyen de protéger les enfants à naître de malformations sévères, aussi longtemps que l'on trouve des femmes enceintes non immunisées. Il s'agit donc aussi d'une vaccination à caractère social.

Quand faut-il vacciner ?

On recommande en Suisse une vaccination combinée contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (vaccin ROR). Elle est administrée en une seule injection. Tous les enfants devraient être vaccinés pour la première fois à partir de 15 mois, et pour la seconde fois à partir de 4 ans (c.-à-d. entre 4 et 7 ans). Les adultes peuvent également être vaccinés en cas de besoin, car le vaccin ROR peut être utilisé à tout âge (excepté pendant la grossesse).

De quoi le vaccin est-il composé ?

Le vaccin ROR est composé de virus vivants atténués des trois sortes. Les virus du vaccin se multiplient dans l'organisme de la personne vaccinée, comme les virus normaux responsables desima23807.gif (17366 octets) maladies. L'organisme est ainsi stimulé à produire des moyens de défense, les anticorps. Tout se déroule donc comme lors d'une véritable infection - à deux exceptions près : d'une part les virus ont pratiquement complètement perdu leur pouvoir de déclencher la maladie, et d'autre part on pourra choisir le moment de la vaccination, de façon à être certain que votre enfant est en bonne santé au moment de la vaccination.

Pourquoi vaccine-t-on deux fois ?

On recommande l'administration d'une deuxième dose de vaccin ROR entre 4 et 7 ans dans le but d'améliorer la protection individuelle, car il s'est avéré dans la pratique que quelques enfants ne développent pas d'anticorps après la première vaccination. Il est possible en effet que l'enfant possédait encore dans son sang beaucoup d'anticorps maternels au moment de la première vaccination, et que ces anticorps ont immédiatement détruit les virus du vaccin. Par la suite, les anticorps maternels disparaissent et l'enfant n'a pas l'occasion de développer sa propre immunité - il est alors sans protection.

Le moyen le plus judicieux pour combler ces lacunes dans la couverture vaccinale est de vacciner uneima23808.gif (9164 octets) deuxième fois tous les enfants contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. En effet, si l'on effectuait, avant la deuxième vaccination, une recherche visant à déterminer si l'enfant a déjà des anticorps contre ces trois maladies, cela impliquerait pour commencer de pratiquer une prise de sang, et il serait tout de même souvent nécessaire de revacciner, parce que la recherche aurait mis en évidence l'absence ou la trop faible quantité d'anticorps contre l'une ou l'autre de ces trois maladies. La deuxième vaccination systématique par contre garantit que l'on n'aura à pratiquer qu'une seule injection ; tout au plus peut-elle être superflue, mais en aucun cas nuisible, car si votre enfant est déjà immunisé contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, ses anticorps vont simplement détruire les virus du vaccin.

La deuxième vaccination est donc recommandée parce que la pratique a montré que c'est le seul moyen de vaincre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Quelques pays en Europe sont parvenus à éliminer pratiquement ces trois maladies après l'introduction de la deuxième vaccination (p. ex. en Scandinavie). Aussi longtemps que ce ne sera pas le cas chez nous, il est en outre recommandé de vacciner encore une fois contre la rubéole les jeunes filles entre 12 et 15 ans.

Quelles sont les réactions possibles après la vaccination ?

Il peut apparaître pendant la vaccination ou peu après, une légère sensation de brûlure ou une rougeur ima23809.gif (4873 octets)au point d'injection. Comme la vaccination imite une infection sous forme atténuée, il est possible qu'une légère fièvre apparaisse occasionnellement environ 8 à 12 jours après la vaccination et qu'elle dure 1 à 2 jours. En outre, on observe parfois une légère éruption cutanée (rougeole vaccinale). Ces réactions à la vaccination sont parfaitement normales et sans danger. En outre, la rougeole vaccinale n'est pas contagieuse ! Si vous constatez chez votre enfant des symptômes inhabituels quels qu'ils soient, demandez conseil à votre médecin. Il peut s'agir en l'occurrence d'une autre maladie n'ayant aucun rapport avec la vaccination et qui devrait naturellement dans tous les cas être examinée.

La vaccination est-elle dangereuse ?

La vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole est une immunisation préventive sûre. On ne connaît aucun cas de troubles de la santé durables après cette vaccination.

Remarque : La maladie est dans tous les cas plus dangereuse que la vaccination !

Qui ne devrait pas être vacciné ?ima23810.gif (10020 octets)

Les personnes qui souffrent d'une affection fébrile aiguë ou d'une faiblesse du système immunitaire ne doivent pas être vaccinées. Si vous avez des doutes à ce sujet, le mieux est d'en parler à votre médecin. Sur la base de réflexions théoriques, on ne vaccine pas non plus les femmes enceintes. Pour la même raison, il faudrait éviter une grossesse pendant les trois mois qui suivent la vaccination. On n'a cependant observé aucun problème après que des femmes aient été vaccinées alors qu'elles étaient enceintes sans le savoir.

D'autre part, les virus du vaccin ne sont pas transmissibles. Un enfant peut donc être vacciné même s'il vit dans l'entourage d'une femme enceinte.

Le fait que la personne qui reçoit le vaccin soit déjà immunisée contre l'une des maladies ne pose pas non plus de problèmes. Les anticorps présents détruisent simplement les virus du vaccin.

Une chance d'obtenir un monde sans rougeole, oreillons ni rubéole !

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est donnée comme but à long terme d'éradiquer la rubéole, la rougeole et les oreillons. Ces trois virus ne peuvent survivre qu'à l'intérieur du corps humain. Si l'on parvient un jour à immuniser suffisamment d'êtres humainsima23811.gif (17250 octets) contre ces virus, ces maladies et leurs possibles complications pourront disparaître complètement. Pour atteindre ce but, il est cependant nécessaire d'arriver à un taux de vaccination de plus de 95% de la population, car le virus de la rougeole est très contagieux. Quelques pays en Europe (p. ex. la Finlande) ont déjà atteint cet objectif, mais tant que la rougeole est continuellement réimportée d'autres pays, la vaccination doit se poursuivre dans ces pays également.

Avez-vous encore d'autres questions ?

ima23812.gif (3396 octets)

Si vous avez
encore des questions
au sujet de la
vaccination
contre la rougeole,
les oreillons et
la rubéole,
n'hésitez pas à vous
adresser à votre
médecin.

ima23813.gif (16400 octets)

1996 Un service de Pro Vaccine SA, 6301 Zoug



........................................