Vers Geneve.ch

Site officiel de l'Etat de Genève

Home | Recherche | Annuaires | Départements  

Journal complet en version pdf
La Une de la dernière FAO
Les anciennes Unes
Les FAO historiques et les séries estivales
Point de Presse
Abonnement
Analyse
F.A.Q.
Contact
Impressum
Liens

31 mai 2004: Journée mondiale sans tabac

Pierre-François Unger, conseiller d'EtatJe souhaite remercier le Dr Jean-Charles Rielle, médecin responsable du CIPRET-Genève, Centre d'information et de prévention du tabagisme, pour son engagement éternellement renouvelé dans la lutte antitabac, mais également pour la qualité de son travail effectué en partenariat avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et en proximité avec l'ensemble des partenaires genevois.

Monsieur Pierre-François Unger, conseiller d'Etat, en charge du Département de l'action sociale et de la santé, entouré (de droite à gauche) de Madame Esther Gosteli, directrice suppléante de l'Armée du Salut, du Dr. Jean-Charles Rielle, médecin responsable du CIPRET-Genève, de Madame Sabrina Cavallero, infirmière coordinatrice, Département de médecine communautaire, de Monsieur Christian Coulet, vice-président de Genève-Natation, du Dr Nadia Bessire, médecin d'entreprise des HUG, de Monsieur Noël Constant, Jardin de Montbrillant, du Dr Vera Luiza da Costa e Silva, director, Tobacco Free Initiative, OMS, de Monsieur Georges Chevieux, Communauté d'Emmaüs, et de Monsieur Jean-Luc Forni, vice-président de l'Association pour la prévention du tabagisme (APRET). Photo M. FaustinoC'est avec grand plaisir que je souhaite également la bienvenue à la représentante de l'OMS et salue la présence des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et des responsables des lieux d'accueil genevois.

Le thème retenu cette année est "Tabac et pauvreté"

L'industrie du tabac ne s'y trompe pas; si la consommation stagne ou est en baisse dans les pays occidentaux, elle augmente rapidement dans la plupart des pays en voie de développement et en Europe de l'Est.

Comme le dit fort bien l'OMS, tabac et pauvreté forment un couple vicieux pour les raisons suivantes :

En premier lieu, la consommation de tabac est caractérisée par un gradien social. Les études montrent que le tabagisme est plus élevé chez les personnes ayant reçu un faible niveau d'instruction. Ce sont les maladies cardiovasculaires et le cancer du poumon qui contribuent le plus aux écarts de mortalité et de morbidité entre les classes sociales.

Or, le tabagisme est un des principaux facteurs de risque de ces maladies, à côté de l'hypertension artérielle, de la sédentarité et de l'obésité.

A Genève, le Bus Santé, sous la responsabilité du Professeur Alfredo Morabia, a mesuré ces facteurs de risque sur une période de huit ans allant de 1993 à 2000 auprès de la population genevoise adulte. Selon le travail et le niveau d'éducation, trois degrés socio-économiques (élevé, médium et bas) ont été définis.

Les résultats de l'étude montrent que la plupart de ces facteurs de risque existent davantage parmi les populations défavorisées et que l'écart de ces facteurs n'a pas diminué entre 1993 et 2000. Cela nous permet de dire que les inégalités sociales, en termes de mortalité et de morbidité liées aux maladies chroniques, persisteront durant les prochaines décennies.

En second lieu, les frais liés à l'achat de tabac le sont souvent au détriment d'autres dépenses, plus essentielles pour le développement de l'être humain.

Troisièment, l'exposition néfaste au tabagisme passif augmente avec de mauvaises conditions de logement.

Enfin, la faible prédisposition d'une personne en situation de précarité à utiliser les services à disposition de la population, les barrières sociales et financières ainsi que son état de santé perçu vont grandement déterminer l'utilisation optimale des soins médicaux.

Ces éléments peuvent être à l'origine d'une importante disparité dans le recours aux soins. Ce constat, loin d'être exhaustif, met en évidence le fait que les conséquences sanitaires et économiques du tabagisme sont plus graves et plus lourdes à supporter pour les populations précarisées.

Il est donc essentiel de définir des stratégies globales de prévention et de promotion de la santé auprès de ces personnes.

Politique de prévention du tabagisme

Le Département de l'action sociale et de la santé (DASS) s'est engagé et s'engage avec force pour une politique de prévention du tabagisme.

Notre politique, qui a souvent été citée en modèle en Suisse et est déjà primé par l'OMS, est en cohérence avec le Programme national de prévention du tabagisme en suivant deux axes :

  1. des activités d'information, de sensibilisation et d'éducation pour la santé ;
  2. une offre de méthodes de sevrage assurée principalement par les HUG avec un programme de formation pour l'ensemble des médecins appelé " Vivre sans tabac ".

Genève dispose également des mesures législatives de protection avec la loi sur l'interdiction de publicité sur les lieux publics et privés visibles de la voie publique.

Rappelons aussi que l'Etat de Genève s'est déclaré en 1996 " Administration cantonale sans fumée " et que de nombreuses entreprises ont adopté cette politique. Pour développer cette politique de prévention du tabagisme, le DASS soutient notamment le CIPRET-Genève en lui accordant un financement de 1'000'000 de francs par an.

Logo CIPRETCette année, le CIPRET a mis en place un Centre de tabacologie dont la responsable est Madame Corinne Wahl. Ce centre répond aux besoins des collectivités et des professionnels de la formation et de l'information en matière de sevrage. Il vient compléter l'offre des HUG, puisque cette dernière s'adresse principalement aux professionnels, tandis que la nouvelle offre vise surtout les individus ou les entreprises et autres organismes.

Ce centre porte une attention particulière aux populations précarisées, puisqu'il offre une réponse aux personnes pour qui le recours à des prestations payantes est très difficile.

Le DASS soutient également le site Stop-tabac sous la responsabilité de Jean François Etter. Nous pouvons être fiers de son succès, puisqu'il est classé parmi les cinq meilleurs sites mondiaux sur l'arrêt du tabac.

Ce tableau brièvement esquissé montre la richesse et la diversité des acteurs que je remercie pour l'énorme travail accompli avec beaucoup de dévouement.

Toutefois le constat dressé sur les inégalités nous demande de rester modestes et de ne pas nous complaire dans l'auto-célébration. En effet, combler cet écart représente pour nous un immense défi que nous devons relever. En ces temps budgétairement difficiles, j'aimerais que l'on n'oublie pas que la pauvreté est le plus grand ennemi de nos sociétés.

Position du canton de Genève sur la Convention-cadre de l'OMS

Nous sommes on ne peut plus favorables à ce que la Suisse signe la Convention-Cadre de l'OMS. Cette position, le Conseil d'Etat genevois l'a formulée en septembre dernier à Monsieur le conseiller fédéral Pascal Couchepin lors de la procédure de consultation de révision de l'ordonnance fédérale sur le tabac et les produits du tabac.

Une politique cantonale forte en matière de prévention du tabagisme portera d'autant plus ses fruits qu'elle sera en cohérence avec des engagements internationaux.

Pierre-François Unger
Conseiller d'Etat

Intervention de Monsieur Pierre-François Unger, conseiller d'Etat, en charge du Département de l'action sociale et de la santé, lors de la présentation à la presse de la Journée mondiale sans tabac 2004.



 

 

haut de la page