Stade moyen

Avec l'évolution de la maladie, les problèmes pour l'entourage augmentent encore. Les patients dépendent maintenant de l'aide de tiers. Dès lors l'entourage porte cette lourde charge. Le soignant doit penser pour deux et presque chaque jour il doit trouver de nouvelles solutions. Vous ne pouvez plus partager vos soucis avec le patient, il ne peut plus les comprendre.

Les proches se donnent toute la peine du monde pour remplir parfaitement leur rôle envers le patient. Ceci n'est cependant pas toujours suffisant, puisque chaque jour surviennent des éléments nouveaux et inconnus. Les proches sont envahis par toutes sortes de sentiments. Parfois attristés et se sentant abandonnés, puis de nouveau en colère, puis en proie au doute. Ils se torturent sans arrêt avec des auto-accusations. Malgré ces crises, la plupart des entourages parviennent, par leur grand engagement et en faisant preuve d'une grande créativité, à trouver des solutions pratiques pour le patient et pour eux pour résoudre les problèmes qui surviennent. Pour y parvenir, il faut cependant qu'ils connaissent et acceptent leurs sentiments et émotions. C'est leur devoir de prendre également soin d'eux-mêmes.

Idées et conseils pour les problèmes courants et les situations particulières

Perte de mémoire.

Le patient éprouve des difficultés avec les gestes de la vie de tous les jours. Il oublie d'éteindre la plaque de la cuisinière... Il laisse traîner une cigarette allumée... Il oublie de sortir les poubelles... et autres oublis qui montrent qu'il n'est plus capable de vivre seul, de faire sa cuisine, son ménage et ses achats. C'est ainsi qu'il devient dépendant d'autrui.

Troubles du langage.

Le patient a de plus en plus de peine à s'exprimer correctement. Son vocabulaire s'appauvrit. Il utilise le peu qui lui reste pour former des périphrases.

Désorientation dans l'espace.

Le patient se perd maintenant même dans la maison. Il ne retrouve pas les toilettes. S'il sort, il ne retrouve pas le chemin du retour.

Désorientation dans le temps.

Le patient a perdu ses repères dans le temps. Il confond les saisons. Il a oublié sa date de naissance. Il confond même le jour et la nuit. Il demande son petit déjeuner à minuit. Il oublie qu'il est marié depuis de nombreuses années.

Idées délirantes, idées de persécution.

Le patient entend parfois des voix, ou il voit soudain les personnages d'un film se promener dans sa chambre. Il est constamment angoissé à l'idée que l'on veut le voler. Il prend pour des intrus les amis de la famille.

Désintérêt.

Le patient a oublié tout ce qui l'intéressait autrefois, mais lui-même n'en souffre pas. Il a perdu toute initiative.

Comportement extravagant en public.ima38810.gif (8821 octets)

Le patient fait des remarques déplacées dans le tram. Il peut aussi, par exemple dans un supermarché, pointer son index sur quelqu'un et se mettre à rire. Il enlève son pantalon. Il fait beaucoup de bruit en mangeant.

Comportement épuisant.

Un patient pose sans arrêt les mêmes questions. Jusqu'à cinquante fois en une matinée. Il poursuit comme son ombre la personne qui s'occupe de lui.

Agitation intérieure et tension nerveuse.

Le patient marche sans cesse de long en large. Il ne peut rester assis un seul instant. Il se dirige constamment vers la porte de la maison. Il semble être constamment à la recherche de quelque chose.

Agressivité et violence.

Le patient a soudain une crise de colère. Il décharge sa colère surtout sur vous, vous rendant responsable, pour prendre un exemple, du retrait de son permis de conduire. Il peut user de violence physique lorsqu'il ne peut pas obtenir quelque chose qu'il veut à tout prix.

Sexualité.

La maladie d'Alzheimer peut aussi avoir des répercussions sur le domaine de la sexualité. Il peut arriver que toute libido soit abolie. Il peut cependant aussi arriver que le patient exprime soudain des désirs sexuels inhabituels, qui peuvent paraître à l'entourage indécents et choquants.ima38811.gif (10488 octets)

 

SOMMAIRE