Cancer de la glande thyroïde
Causes. Symptômes.
Diagnostic. Traitement. Pronostic.
Ligue suisse contre le cancer

Qu'est-ce que le cancer ?

La vie commence toujours à l'intérieur d'une cellule qui se divise et se multiplie avant de se spécialiser. Les cellules normales fonctionnent entre elles de manière synchrone et harmonieuse. Elles se rassemblent pour former des tissus bien différenciés qui formeront eux-mêmes les organes du corps.
La maladie cancéreuse apparaît lorsqu'une partie des cellules normales commence à se transformer et à se diviser de façon anarchique pour devenir malignes ou dangereuses. Si les mécanismes de défense du corps ne sont pas capables de détruire ces cellules malades, leur nombre continue d'augmenter pour former une tumeur, tout d'abord bien délimitée. Avec le temps, cependant, la tumeur va envahir les tissus voisins pour les détruire progressivement. Les cellules cancéreuses peuvent également utiliser la voie lymphatique ou sanguine pour atteindre des régions du corps très éloignées de leur point de départ, où elles formeront de nouvelles tumeurs appelées métastases.
Le mot "cancer" est un terme générique qui' désigne près de 150 types de tumeurs différentes affectant les divers organes du corps, le tissu myéloïde (ou moelle osseuse) qui fabrique les cellules du sang ainsi que le système lymphatique.
Si le cancer est la deuxième cause de décès en Suisse, suivant de près les maladies cardiovasculaires, il n'est pas toujours mortel puisque plus de la moitié des 30'000 personnes atteintes chaque année guérissent définitivement. Il faut savoir en outre que les chances de guérison augmentent dans tous les cas où la tumeur est encore bien délimitée. C'est pourquoi il est essentiel de détecter et traiter les maladies cancéreuses à un stade précoce.

La Ligue contre le cancer tient à votre disposition une documentation riche et variée.
  • des dépliants vous informent de manière générale sur les cancers les plus fréquents;
  • une documentation détaillée vous apprend comment vous pouvez prévenir le cancer en vous alimentant de façon saine et équilibrée, en modérant votre consommation d'alcool, en évitant de fumer, en vous exposant raisonnablement au soleil et en vous soumettant à des examens de détection ;
  • enfin, des brochures élaborées spécialement à l'intention des personnes atteintes d'un cancer leur expliquent quelles sont les méthodes thérapeutiques les plus courantes (chirurgie, médicaments et autres) et les moyens de se faire suivre après le traitement afin de confirmer la guérison ou de contrôler l'évolution de la maladie.
  • Toutes ces publications sont disponibles en français, en italien et en allemand. Pour les obtenir, il vous suffit d'appeler le 157 30 05 (Fr. 1.49 la minute).

Si vous avez des questions particulières ou si vous souhaitez mieux connaître le cancer, vous pouvez aussi utiliser notre ligne téléphonique gratuite, ouverte du lundi au vendredi, de 16 h 00 à 19 h 00, au 0800 55 42 48.

Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40, case postale 8219 3001 Berne

Cancer de la glande thyroïde

La glande thyroïde est une glande munie d'un lobe gauche et d'un lobe droit, qui se trouve sous le larynx et entoure la trachée en demi-cercle. Elle produit des hormones vitales réglant beaucoup de métabolismes, guidant la croissance et assurant que le système nerveux, l'appareil circulatoire, les glandes et la musculature se développent et fonctionnent normalement.

Les tumeurs bénignes de la glande thyroïde (goitre) sont beaucoup plus fréquentes que les tumeurs malignes qui, la plupart du temps, existaient déjà avant sous la forme d'un goitre. Elles n'apparaissent que rarement comme une tumeur se développant avec rapidité. Parmi les tumeurs malignes de la glande thyroïde, on distingue la "moyennement maligne" (carcinomes papillaires, médullaires et folliculaires) de la "hautement maligne" (carcinome anaplastique). Dans 95 pour cent des cas, il s'agit de tumeurs moyennement malignes qui, traitées précocement, ont de bonnes chances de guérison.

Fréquence

Au début du XXe siècle, la Suisse était encore le pays avec le taux de mortalité dû au cancer de la glande thyroïde le plus élevé en Europe. Le manque d'iode fréquent dans les pays continentaux éloignés d'une côte (surtout les régions alpines), favorisait la formation de goitres. Depuis que le sel de consommation est enrichi en iode, les cas de cancers de la thyroïde ont fortement diminué.

Ce type de cancer touche actuellement environ 300 personnes chaque année en Suisse. Plus des deux tiers des personnes concernées sont des femmes. Ce sont 4 à 5 nouveaux cas par année pour 100'000 habitants. Les personnes de tous âges peuvent être touchées par le cancer de la glande thyroïde: sur dix nouveaux cas, deux personnes ont moins de 40 ans, quatre ont entre 40 et 65 ans et quatre autres sont âgées de plus de 65 ans.
(Source: Association suisse des registres des cancers 1990-1994)

Symptômes

Les signes de modifications malignes de la glande thyroïde sont parfois difficiles à distinguer de ceux des modifications moins dangereuses ou inflammatoires chroniques. Il n'est pas rare que les premiers diagnostics soient établis sur les tumeurs-filles (métastases) des modules lymphatiques du cou du poumon ou des os.

Les signes suspects du développement malin d'une tumeur de la glande thyroïde sont l'augmentation du volume de la glande, des sensations d'essoufflement lors d'efforts, des troubles de la déglutition, un mauvais glissement de la peau sur la glande (adhérences), l'apparition d'un goitre après une exposition aux rayons x dans la petite enfance, le développement et le durcissement de certains nodules sur le goitre existant, le saignement dans un nodule préexistant, la réapparition d'un goitre après son ablation chirurgicale.

Une surface rugueuse et bosselée, des ganglions palpables sur le cou ainsi qu'un enrouement causé par l'envahissement du nerf laryngé sont généralement les signes tardifs du stade avancé d'une tumeur maligne.

Causes

Les facteurs de risque du cancer de la glande thyroïde sont l'exposition aux rayons x de la tête et de la gorge dans la petite enfance (par ex. en raison de tumeurs des ganglions, de tumeurs vasculaires ou d'acné), le développement d'un goitre (fréquent dans les régions pauvres en iode), une hyperfonction de la glande thyroïde (maladie de Basedow) ainsi que l'apparition fréquente du cancer de la glande thyroïde dans la famille.

La catastrophe du réacteur de Tchernobyl (1986), durant laquelle de l'iode radioactif fut libéré, montre qu'une dose exceptionnelle de radiations est susceptible de provoquer le cancer de la glande thyroïde: dans un rayon de 270 km, des centaines d'enfants développèrent en quelques années un cancer de la glande thyroïde.

Prévention et détection précoce

La prévention de ce type de tumeur n'est pas simple. Le cancer de la glande thyroïde est souvent dépisté par hasard. Toutefois, quelques facteurs de risque peuvent être éliminés: dans les régions pauvres en iode, on proposera du sel de cuisine enrichi; il faudra également éviter, si possible, d'exposer les enfants à des radiations. Les examens de prévention seront indispensables là où les facteurs de risque existent, car précocement traités, beaucoup de patients peuvent être guéris.

Malgré le risque infime d'un accident nucléaire, les autorités suisses ont pris des mesures de prévention: en cas de catastrophe, des comprimés d'iodure de potassium stable seront distribués à temps à la population en danger et protégeront ainsi la glande thyroïde de l'iode radioactif.

Confirmation du diagnostic

La précision du diagnostic est décisive, puisque pour la plupart des patients atteints, une guérison est possible s'ils sont précocement traités.

Lorsqu'un nodule isolé de la glande thyroïde est palpable, l'échographie permet d'en déterminer la taille et de dépister éventuellement d'autres nodules (atteinte des ganglions). La scintigraphie de la glande thyroïde révèle les nodules suspects parce qu'absorbant moins d'iode. Le meilleur moyen de distinguer les nodules bénins des nodules malins de la glande thyroïde est toutefois de pratiquer une biopsie à l'aiguille fine (ponction du nodule douteux et examen des cellules ainsi prélevées). Si la ponction révèle un cancer, la tumeur devra être opérée. Les tumeurs bénignes seront surveillées et opérées au moindre doute.

Traitement

Au stade précoce, les personnes atteintes d'un cancer de la thyroïde moyennement malin subissent l'ablation chirurgicale complète du lobe concerné de la glande thyroïde ainsi que l'ablation partielle du lobe opposé. Tandis que pour les cancers de la glande hautement malins, les deux lobes sont opérés.

Suivi médical

Etant donné qu'après l'ablation de la glande thyroïde, les hormones qu'elle produisait font défaut, les patients doivent absorber à vie des comprimés de substitution. Ils sont également soumis durant de nombreuses années à des contrôles réguliers. Grâce à des examens d'imagerie spéciaux (scintigraphie), il est possible de dépister l'apparition éventuelle de métastases des tumeurs captant de l'iode et de les traiter avec de l'iode radioactif.

Chances de guérison

Les carcinomes de la glande thyroïde moyennement malins ont un excellent pronostic: plus de 90 pour cent des patients qui en sont atteints survivent les cinq premières années après l'opération. En revanche, pour les personnes atteintes de tumeurs hautement malignes, le pronostic est beaucoup moins bon: durant la même période, leur taux de survie ne s'élève qu'au plus à 20 pour cent.

La recherche aujourd’hui

Depuis quelques temps, la recherche se concentre surtout sur les questions génétiques, telles les modifications du patrimoine génétique, qui permettent un diagnostic précoce et qui sont aussi en partie transmises par voie héréditaire. Pour un des types de cancer de la glande thyroïde relativement rares (le carcinome médullaire de la glande thyroïde), qui apparaît souvent avec d'autres tumeurs produisant des hormones, ces recherches ont permis, ces dernières années, de réaliser des progrès considérables.

Répartition des décès par groupe d’âge en Suisse
(Moyenne sur quatre ans, 1990-1993)

Chaque année en Suisse, 80 à 100 personnes environ meurent d'un cancer de la glande thyroïde. Cette maladie est responsable de 0,3 pour cent des décès par cancer chez l'homme, qui sont estimés à 9'200, et de 0,8 pour cent des décès par cancer chez la femme, qui sont estimés à 7'300. Le graphique montre la répartition selon l'âge des personnes décédées d'un cancer de la thyroïde.

Conseillers médicaux: Prof. Dr Felix Harder, Dr R. Rosso et Dr E. Iff
Responsable d'édition: Hans Krebs
Graphisme : Agnes Weber, Bern
Réalisation : Elisabeth Rohrer, LSC
Impression : Werner Druck AG, Basel
Copyright :© 1997 Ligue suisse contre le cancer
LSC 9.97 / 7000 / 2079

Ligue suisse contre le cancer
Effingerstr. 40, case postale 8219, 3001 Berne
Tél. 031 389 91 00, Fax 031 389 91 60
http://www.swisscancer.ch
e-mail: info@swisscancer.ch

Aargau
Aargauische Krebsliga
Buchserstrasse 19, 5000 Aarau
Tel. 062 824 08 86
Solothurn
Krebsliga des Kantons Solothurn
Dornacherstrasse 33, 4500 Solothurn
Tel. 032 622 58 68
Basel-Baselland
Krebsliga beider Basel
Engelgasse 77, 4052 Basel
Tel. 061 313 48 48
St Gallen-Appenzell
Krebsliga St. Gallen-Appenzell
Rorschacherstrasse 15, 9000 St. Gallen
Tel. 071 245 01 01
Bern
Bernische Krebsliga
Marktgasse 55, Postfach, 3000 Bern 7
Tel. 031 312 35 39
Thurgau
Thurgauische Krebsliga
Rathausstrasse 30, 8570 Weinfelden
Tel. 071 622 61 11
Fribourg
Ligue fribourgeoise contre le cancer
Route des Daillettes 1, 1709 Fribourg
Tél. 026 426 02 90
Ticino
Lega ticinese contro il cancro
Via L. Colombi 1, 6500 Bellinzona 4
Tel. 091 826 35 25
Genève
Ligue genevoise contre le cancer
10, place des Philosophes, 1205 Genève
Tél. 022 322 13 33
Valais
Ligue valaisanne contre le cancer
Rue de la Dixence 19,1950 Sion
Tél. 027 322 99 74
Spitalstrasse 5, 3900 Brig
Tel. 027 922 93 21
Glarus
Krebsliga des Kantons Glarus
Kantonsspital, 8750 Glarus
Tel. 055 646 33 33
Vaud
Ligue vaudoise contre le cancer
Case postale 17, 1011 Lausanne
Tél. 021 314 72 22
Graubünden
Bündner Krebsliga, Chu
Ottostrasse 25, 7000 Chur
Tel. 081 252 50 90
Zentralschweiz
Zentralschweizerische Krebsliga
Frankenstrasse 3, 6003 Luzern
Tel. 041 210 25 50
Jura
Ligue jurassienne contre le cancer
Case postale 582, 2800 Delémont
Tél. 032 421 44 50
Zug
Krebsliga des Kantons Zug
Poststrasse 18, 6300 Zug
Tel. 041 728 35 40
Neuchâtel
Ligue neuchâteloise contre le cancer
Rue de la Maladière 35, 2000 Neuchâtel
Tél. 032 721 23 25
Zürich
Krebsliga des Kantons Zurich
Klosbachstrasse 2, 8032 Zürich
Tel. 01 383 05 07
Schaffhausen
Schaffhauser Liga für Krebsbekâmpfung
Kantonsspital, 8208 Schaffhausen
Tel. 052 634 28 16
Liechtenstein
Krebs-Hilfe Liechtenstein
Im Malarsch 4, FL-9494 Schaan
Tel. 075 233 18 45



........................................