Qu'est-ce que l'arthrose ?

L’arthrose est une maladie due à une usure précoce du cartilage. Elle peut toucher toutes les articulations, mais elle se manifeste plus fréquemment au niveau de certaines articulations: genoux, hanches, doigts (articulations métacarpo-phalangiennes du pouce, articulations interphalangiennes proximales et distales) ainsi que les métarso-phalangiennes du gros orteil. D'autres articulations, comme celles de l'épaule, du coude et de la cheville, sont moins souvent atteintes. La colonne vertébrale, qui peut également être touchée par l'arthrose, présente une situation particulière dans la mesure où un grand nombre d'articulations, de muscles, de ligaments et de nerfs se mobilisent les uns par rapport aux autres. Nous n'en traiterons pas dans cette brochure. L’arthrose est une maladie chronique qui évolue lentement. Très souvent, le cartilage a déjà subi une dégradation avant que les douleurs n'apparaissent. Des signes d'arthrose peuvent être visibles sur des radiographies sans que le patient ne ressente des douleurs.

L’arthrose touche plus souvent les femmes que les hommes. A un âge plus avancé, la maladie se manifeste presque aussi souvent chez les hommes que chez les femmes.

Le risque d'avoir une arthrose augmente avec l'âge - vraisemblablement parce que le cartilage se régénère moins bien chez les personnes âgées. Dans le langage populaire, l'arthrose associe âge et usure, comme si la personne atteinte de cette maladie était «usée». Cela ne correspond toutefois pas à la réalité.

Quels sont les mécanismes d'une arthrose?

Pour répondre à cette question, il faut tout d'abord comprendre le fonctionnement d'une articulation saine.

 

Anatomie d'une articulation

Une articulation est composée d'extrémités osseuses qui se mobilisent l'une par rapport à l'autre. Ces extrémités sont recouvertes de cartilage qui les enveloppe comme une coquille. Ce cartilage a un effet amortissant et permet aux extrémités osseuses d'effectuer des mouvements souples entre elles. Les extrémités osseuses sont tenues les unes aux autres par une capsule et des ligaments de l'articulation. La face interne de la capsule articulaire est recouverte d'une épaisseur de muqueuse appelée synoviale. Cette dernière fabrique un liquide articulaire qui lubrifie l'articulation. Les ligaments assurent la stabilité des articulations.

Mécanismes du processus arthrosique

En cas d'arthrose, la cartilage s'abîme pour différentes raisons. Il perd en qualité, sa surface devient rugueuse, et il y a un risque de fissures. Le cartilage abîmé ne se régénère pas. Avec le temps, il peut totalement disparaître. Le cartilage diminuant peu à peu, l'espace articulaire se réduit, et l'articulation n'amortit plus que modérément les chocs provoqués par le mouvement, exactement comme pour une voiture dont les amortisseurs seraient abîmés. Les extrémités osseuses deviennent alors moins lisses et moins souples. Le poids subi par l'os situé sous le cartilage se modifie; une force plus importante est exercée sur lui. L'os tend à amortir cette charge plus importante et il devient ainsi plus épais. Des proliférations osseuses (ostéophytes) peuvent se développer et des kystes se former au niveau de l'os adjacent.

Les modifications articulaires - la diminution du cartilage et l'élargissement des extrémités osseuses - peuvent entraîner une modification de la position de l'articulation (par exemple une arthrose du genou peut entraîner des genoux cagneux) ainsi que des déformations. L’arthrose est désignée en latin par «arthrosis deformans», ce qui signifie «déformation des articulations». Les dégâts sont irréversibles. En d'autres termes, le cartilage ou l'os dont la forme a subi une modification ne peut retrouver son état initial.

A un stade évolué, l'os peut également adopter une position inappropriée. Les tendons et les muscles responsables de la mobilisation de l'articulation sont soumis à des sollicitations inhabituelles. Il en résulte souvent une surcharge avec des douleurs, des raideurs et une mobilité diminuée.

En plus des modifications mentionnées, des inflammations peuvent apparaître. Celles-ci sont causées par des fragments qui se sont séparés du cartilage et qui se mobilisent dans l'espace articulaire. La fine couche de cellules muqueuses (synoviale) élimine ces fragments et l'articulation peut alors s'enflammer et fabriquer du liquide articulaire en excès, causant un gonflement de l'articulation.